Onyx Boox T68 : une vraie liseuse Android pour lire le Web

19 juin 2014 à 18h39
0
Le fabricant chinois Onyx a finalement mis en vente l'Onyx Boox T68 Lynx, une liseuse haut de gamme qui sort du lot en reposant sur Android et en donnant accès au Google Play Store.

Onyx est un OEM et ODM chinois qui développe et/ou fabrique des liseuses depuis 2008, initialement exclusivement pour le compte de partenaires occidentaux qui y apposent leurs propres marques. Mais depuis peu il vend directement aux utilisateurs finaux des liseuses Android, telles que sa nouvelle Onyx Boox T68 Lynx, qu'on pourrait aussi bien qualifier de tablette à écran E Ink.

0000019007445751-photo-onyx-boox-t68-lynx.jpg
194,2 x 132 x 8,8 mm pour 236 g

Enfin une liseuse Android pour lire le Web confortablement



De nombreuses liseuses de grandes marques reposent sur Android sans qu'on le sache. Sur celles de l'américain Barnes & Noble, de l'allemand Tolino ou de Sony par exemple, Android ne sert que de plateforme et n'est pas accessible par l'utilisateur. Les plus téméraires peuvent passer outre l'environnement fermé en rootant leur appareil, mais ils accèdent alors à une interface bancale inadaptée à la lenteur des écrans à encre électronique.

Tout comme ses devancières, la nouvelle Onyx Boox T68 Lynx bénéficie quant à elle d'une intégration optimisée d'Android, débarrassée d'effets visuels notamment. Ce n'est que la version 4.0 Ice Cream Sandwich, qui a près de trois ans, mais c'est au moins la branche actuelle et non la branche 2.x de liseuses concurrentes, avec laquelle de nombreuses applications populaires ne sont plus compatibles.

Car la force de cette liseuse est d'assumer Android et de donner accès au Google Play Store, ce qui fait qu'on pourrait aussi la présenter comme une véritable tablette Android à écran à encre électronique. On peut naturellement y lire des livres, mais on peut aussi y lire des articles de sites Internet, à l'aide d'applications comme Instapaper, Pocket ou Readability, consulter l'actualité via RSS et consorts, consulter ses emails, ou même écouter de la musique depuis une carte microSD ou depuis un service de musique en ligne.

Cet appareil convient même mieux à de nombreux usages de consultation qu'une tablette. Son écran à encre électronique est certes lent et monochrome, mais il est parfaitement lisible en plein soleil et fatigue moins la vue dans l'obscurité.

0140000007445763-photo-onyx-boox-t68-lynx.jpg

Presque une tablette Android à écran E Ink



Par rapport à la Onyx Boox C65 AfterGlow existante, la nouvelle liseuse bénéficie d'ailleurs d'un écran E Ink Pearl de 6,8 pouces, bien plus proche des 7 pouces de nombreuses tablettes Android de poche. Cet écran tactile et éclairé, le même que sur la Kobo Aura HD, affiche une définition confortable de 1440 x 1080 pixels avec 16 niveaux de gris.

La T68 abrite par ailleurs une puce Freescale i.MX avec un CPU ARM Cortex-A9 à 1 GHz, 512 Mo de mémoire vive, 4 Go de mémoire interne, extensible de 32 Go par microSD. Elle dispose enfin de connectiques Wi-Fi 802.11n et Bluetooth 4.0, d'un port micro USB 2.0 et d'une sortie casque (mais pas d'une entrée micro).

000000F007445755-photo-onyx-boox-t68-lynx.jpg
000000F007445757-photo-onyx-boox-t68-lynx.jpg
000000F007445759-photo-onyx-boox-t68-lynx.jpg

L'Onyx Boox T68 Lynx est disponible dès à présent en Europe, au travers de la boutique en ligne du fabricant, au prix de 180 euros.

Articles relatifs
Modifié le 18/09/2018 à 15h12
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top