Tweets antisémites : l'association UEJF attaque Twitter en justice

L'Union des étudiants juifs de France (UEJF) vient d'annoncer avoir déposé plainte contre Twitter et son PDG, suite à l'inaction du réseau social dans la démarche d'identification de ses utilisateurs impliqués dans l'affaire des tweets antisémites, publiés en octobre 2012. L'association réclame 38,5 millions d'euros à la plateforme.

00FA000005394003-photo-twitter-logo-mobile.jpg
En octobre dernier,une série de tweets publiés avec le hashtag #UnBonJuif avait enflammé la Toile : durant la diffusion sur TF1 du film La Rafle, certains utilisateurs de Twitter avaient alors diffusé des messages antisémites sur le réseau social. En réaction à la polémique et aux constats effectués par les associations SOS Racisme et UEJF, Twitter avait supprimé les tweets antisémites quelques jours plus tard, mais n'avait pas consenti à fournir les identités des utilisateurs à l'origine des messages.

« L'UEJF fera tout de même appel à la justice pour que cette dernière exige de Twitter qu'elle respecte la loi française et puisse dorénavant fournir les données d'identification des auteurs. » avait alors déclaré Jonathan Hayoun, le président de l'UEJF. 6 mois après l'affaire, cette dernière n'est pas réglée et l'association attaque au pénal Twitter et son président Dick Costolo. « Twitter joue la carte de l'indifférence en ne respectant pas la décision du 24 janvier » a déclaré Jonathan Hayoun à l'AFP, rappelant qu'à cette date, le tribunal de grande instance de Paris avait donné deux semaines au réseau social pour identifier les auteurs des tweets, ce qui n'a pas été fait.

« En protégeant l'anonymat des auteurs de ces tweets, ils se rendent complices et offrent un boulevard aux racistes et aux antisémites » a ajouté le président de l'association. L'UEJF réclame aujourd'hui 38,5 millions d'euros à Twitter : une somme qu'elle s'engage à reverser au Mémorial de la Shoah.

De son côté, Twitter, explique avoir eu « des discussions en permanence avec l'UEJF » et estime que les membres de l'association sont « malheureusement plus intéressés par les grandes envolées que par la façon de trouver la procédure internationale adéquate pour obtenir les informations demandées ». L'affaire est désormais à nouveau entre les mains de la justice.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Test des AirTags : l'accessoire Apple indispensable des têtes en l'air ?
FLoC : Brave, DuckDuckGo, GitHub, WordPress… Pourquoi une telle levée de boucliers contre Google ?
Des chercheurs ont réussi à pirater une Tesla à l'aide d'un drone (et Tesla a déjà patché la faille)
Saliout-1 : la première station spatiale, et pas la plus heureuse
Test de Resident Evil Village : une balade à la campagne qui tourne mal
Idéal pour le télétravail, cet ordinateur HP Chromebook passe à moins de 300€ !
Mini-LED à l’assaut de l’OLED ? On fait le point sur cette ambitieuse technologie LCD
Portal : un fan du jeu a transformé son Alexa en une GLaDOS plus vraie que nature
Test du Moustache Friday 27 FS Speed : un speedbike efficace, mais aussi des contraintes
Un prototype du Cybertruck de Tesla se pavane dans les rues de New-York
Haut de page