Abus de position dominante : Google formule des propositions à Bruxelles

10 octobre 2012 à 16h20
0
Face à l'enquête menée par la Commission Européenne pour abus de position dominante, Google a formulé quelques réponses.
0064000004963694-photo-google-target-logo-cible-sq-gb.jpg

Depuis novembre 2010, Google doit faire face à une enquête menée par les autorités de Bruxelles. La Commission Européenne traite effectivement les plaintes émanant de plusieurs éditeurs accusant les pratiques de Google au sein de son moteur de recherche. La firme californienne est accusée de favoriser la visibilité de ses propres services au détriment d'outils plus spécialisés tels que des comparateurs de prix.

Le mois dernier, Joaquin Almunia, le commissaire européen chargé de la concurrence, expliquait que Google n'avait toujours pas suggéré de compromis satisfaisants. Si la firme est effectivement reconnue coupable d'entretenir un abus de position dominante, celle-ci pourrait être sanctionnée et devoir payer jusqu'à 10% de son chiffre d'affaires soit 2,9 milliards d'euros, si l'on se base sur les revenus annuels de 2011.

Cependant, le Financial Times rapporte que Google vient de formuler de nouvelles propositions. La société souhaite apposer sa marque auprès de ses propres services lorsque ces derniers seront présentés pour une requête donnée. Des recherches portées sur des termes génériques comme "agenda", "map" ou "documents" retournent les services de Google en première position et selon les propositions de la société, ces liens pourraient se voir accompagnés d'un macaron identifiant les services comme des propriétés de Google.

0000008C05455051-photo-google-recherche.jpg
0000008C05455053-photo-google-recherche.jpg
0000008C05455055-photo-screen-shot-2012-10-10-at-15-41-02.jpg


Comme le souligne Ben Edelman, maître de conférence à l'université de Harvard, cette solution n'empêcherait cependant pas Google de placer les produits concurrents sur d'autres pages au sein de ses résultats afin de les rendre moins visibles aux internautes. D'autres pratiques sont également pointées par M. Almunia et notamment la présence d'un graphique extrait de Google Finance en haut de page pour attirer l'attention de l'internaute, l'utilisation sans consentement du contenu de certains sites ou l'impossibilité pour un annonceur de migrer ses campagnes promotionnelles vers un autre moteur de recherche.

Google détiendrait à ce jour 95% du marché de la recherche sur Internet en Europe. Cependant, la société a toujours affirmé que les utilisateurs étaient libres de choisir un autre service de recherche en ligne. Reste à savoir si la suggestion formulée par Google saura convaincre l'Union Européenne. En attendant le gouvernement français vient de prendre connaissance des inquiétudes formulées par la SNCF et Voyageurs du Monde. Les deux société estiment que Google pourrait se positionner comme une menace - et entretenir un abus de position dominante - dans le secteur du tourisme avec ses services de comparaison Google Flight et Google Hotel Finder ou encore son annuaire de restaurants Zagat.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Renault accuse une perte nette de 141 millions d'euros en 2019
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Citroën devrait dévoiler une voiture électrique particulièrement abordable le 27 février
L'iPhone 11 Pro émet deux fois plus de radiations que la limite recommandée
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Le Batman interprété par Robert Pattinson se dévoile en vidéo

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top