Facebook teste un bouton « downvote » : première étape vers le « dislike » ?

Par ,
le 09 février 2018
 0
Le réseau social de Mark Zuckerberg a surpris ses utilisateurs américains, du moins une toute partie d'entre eux, avec une nouvelle fonctionnalité apparue sur l'application mobile : un bouton appelé « Downvote ». Un test confirmé par Facebook qui pourrait ouvrir la voie au largement réclamé bouton « Dislike » dont Facebook ne veut pas entendre parler.

Le système du « Downvote » ne manque pas de rappeler celui mis en place depuis des années par Reddit qui permet de faire remonter ou redescendre des commentaires (et même les cacher automatiquement).

Un bouton « Downvote » qui n'est pas un bouton « Dislike »


La journaliste Taylor Lorenz du DailyBeast a été la première à voir ce nouveau bouton sur son application mobile Facebook... et à faire le rapprochement avec le système mis en place sur Reddit. Facebook a confirmé par la suite le test qui serait en cours auprès de 5% des utilisateurs américains de l'application et qui ne serait pas un bouton « Dislike ».

Ce sont les utilisateurs de Twitter qui ont initialement estimé que ce bouton « Downvote » était en fait le très demandé bouton « Dislike ». Mais ce n'est pas le cas : le bouton sert un autre objectif qui est celui d'aider Facebook à lutter contre les Fake News et le harcèlement en utilisant les internautes comme premier niveau de ciblage, comme il le fait déjà avec la possibilité de signaler les groupes ou les publications.




Un bouton « Downvote » pour lutter contre le harcèlement


Le bouton « Downvote », pour commencer, n'est semble-t-il pas présent en sous des publications mais uniquement en sous des commentaires. En cela, il diverge fortement du bouton « Dislike »réclamé par les utilisateurs. En outre, lorsque l'on appuie dessus, le commentaire en question est tout simplement caché.

L'utilisateur peut alors faire un retour à Facebook en lui signalant la nature de ce commentaire et la raison du « Downvote » : commentaire offensant, commentaire trompeur... Le harcèlement et les Fake News sont clairement ciblés.

Si Facebook généralise ce système, ce qui est loin d'être certain, le réseau social aurait alors une nouvelle arme pour améliorer son IA mais également pour identifier les comptes diffusant des Fake News et pratiquant le harcèlement... afin de les bloquer le cas échéant.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top