Facebook : l’outil anti-fake news en test en Allemagne

le 16 janvier 2017
 0
La fronde contre Facebook et les autres réseaux sociaux qui est montée à la suite de l'élection américaine, dans laquelle les fausses informations auraient, selon plusieurs observateurs, influencé le résultat final, semble avoir porté ses fruits. Facebook a annoncé plusieurs mesures pour vérifier les informations : le réseau social veut notamment faire appel au fact-checking et à des organismes indépendants.

Dimanche 15 janvier 2017, le géant de Menlo Park a annoncé qu'il commencerait à déployer les premières mesures en Allemagne dès cette année : au deuxième semestre, se dérouleront outre-Rhin, les élections fédérales où Angela Merkel brigue un nouveau mandat.

Le "fact-checking" pour vérifier les informations en Allemagne



Après avoir été accusé d'avoir joué un rôle important dans l'élection de Donald Trump aux Etats-Unis, Facebook semble vouloir éviter des accusations similaires en Allemagne. Comme le signale International Business Times dans un article publié le 16 janvier 2017, le site Buzzfeed a déjà identifié une multiplication des fausses informations de l'extrême-droite allemande en amont des élections fédérales.

Facebook a donc réagi et a annoncé que les premières mesures pour identifier les fausses informations circulant sur son réseau social seront déployées en Allemagne pour cette occasion. Le géant américain va travailler avec des organismes indépendants qui répondent aux codes du fact-checking de l'institut de journalisme Poynter. Les organismes signaleront ainsi à Facebook si telle ou telle news est vraie ou si elle est totalement fausse, entraînant, le cas échéant, des sanctions.

0258000008635008-photo-facebook-fact-checking.jpg

Pas de censure mais une mise en garde



Facebook confirme qu'il n'y aura pas de censure sur son réseau social : les internautes pourront continuer de partager les fausses informations. Mais ces dernières seront identifiées comme ayant fait l'objet d'une vérification et comme étant sujettes à débat, invitant ainsi les internautes à vérifier les informations d'eux-mêmes.

Le groupe de Mark Zuckerberg prévoit également des actions visant à réduire les revenus des faux sites, notamment ceux qui copient le code graphique et le nom de sites mondialement connus.

Si Facebook a annoncé des mesures en Allemagne, le site ne semble pour l'instant rien avoir prévu en amont de l'élection présidentielle française qui se tiendra fin avril - début mai 2017. Peut-être par manque de temps : les élections allemandes se dérouleront entre le 27 août et le 22 octobre 2017 ce qui laisse, à Facebook, plus de marge pour signer les partenariats et mettre en place le côté technique.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Le Honor 20i, qui devait être présenté le 21 mai, fuite sur un site de vente
Les puces 5G by Apple ne seront probablement pas une réalité avant plusieurs années
La Tesla Model 3 est la voiture qui se vend le mieux en Norvège, aux Pays-Bas et en Suisse
Lime vous indiquera bientôt si vous êtes trop saoul pour grimper sur une trottinette
Mega Drive Mini : SEGA confirme dix nouveaux titres (et pas des moindres)
Un ancien cadre de Mozilla accuse Google d’avoir sciemment saboté Firefox
Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
scroll top