Safety Check : Facebook se plante et l’active à Bangkok

29 décembre 2016 à 10h31
0
Le système « Safety Check » de Facebook est particulièrement utile : en cas de catastrophe naturelle, en cas d'attaque, en cas d'attentat, il permet de dire à ses proches que l'on est en sécurité. Mais le système est activé par l'algorithme de Facebook qui, lui, n'est pas infaillible.

Le 28 décembre 2016, le Safety Check a été activé dans la ville de Bangkok, en Thaïlande, pays qui est loin d'être politiquement stable. La possibilité qu'une bombe ait explosé dans la capitale est donc réelle et son activation plausible. Sauf qu'il s'agissait d'une erreur.

L'algorithme de Facebook floué par un article ?

Lorsque le Safety Check s'est activé, beaucoup de personnes ont signalé être en sécurité et leurs amis se sont donc demandés ce qu'il se passait. Selon les premières informations, une bombe aurait explosé en centre-ville ; mais la situation est confuse, comme souvent en cas d'attentat. Puis, rapidement, les confirmations tombent : il s'agissait d'une erreur. Aucun attentat n'avait eu lieu à Bangkok.

L'algorithme de Facebook a pourtant activé le Safety Check. Ce dernier serait parti d'un article concernant un attentat survenu le 28 décembre 2015, soit l'année précédente, qui aurait commencé à circuler sur les réseaux sociaux et notamment celui de Mark Zuckerberg. L'algorithme a donc été floué par une multiplication de l'occurrence des mots-clés liés à une attaque à la bombe.

0258000008417008-photo-facebook.jpg


Une confirmation par un « tiers de confiance » ?

Le Safety Check a été activé pendant près d'une heure avant que les équipes de Facebook ne le désactivent manuellement après une vérification de l'information. Facebook, pourtant, précise que ce dernier est activé lorsqu'un « tiers de confiance » confirme l'événement. Il y a donc bien eu confirmation par quelqu'un.

Ce dernier aurait, selon la BBC, confondu une manifestation contre le pouvoir au Parlement avec une attaque à la bombe, à cause de feux d'artifice utilisés par les manifestants. Les explosions n'étaient donc que des pétards mais lorsqu'il a été demandé au tiers de confiance s'il y avait eu une explosion il aurait répondu « oui ».

L'activation erronée du Safety Check a pu causer un peu d'inquiétude mais le bug n'aura finalement fait de mal à personne à part à celle de l'image de Facebook. Et heureusement que le réseau social n'a pas été floué par une fausse information... la situation aurait été beaucoup plus cocasse, Facebook étant accusé depuis la Présidentielle américaine de véhiculer, comme de nombreux autres sites, des hoax à foison.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Android 12 : bientôt une corbeille sur nos smartphones ?
Vous pouvez lancer les programmes dans la barre des tâches via des raccourcis clavier sur Windows 10
Salon auto de Shanghai : le Mercedes EQB se révèle en détail
Apple : les nouveaux iPad dévoilés demain ?
Accident mortel pour les passagers d'une Tesla sans personne au volant
Volkswagen a dévoilé son modèle électrique ID.6 au Salon de Shanghai
Fitbit lancerait un nouveau bracelet connecté « élégant » sobrement nommé Fitbit Luxe
L'Apple Mac mini (2020) dans sa version 256 Go en promotion (-10%)
La pénurie de semi-conducteurs met à l’arrêt les usines de Stellantis (Peugeot/Citroën)
Pour la 6G, Huawei veut repenser le Web afin d'appliquer plus facilement la censure
Haut de page