Safety Check : Facebook communique sur son dispositif utilisé lors des attentats parisiens

01 juin 2018 à 15h36
0
Durant les attentats au bilan dramatique survenus vendredi soir à Paris, Facebook a réagi très rapidement en activant son dispositif Safety Check, qui permet aux internautes de signaler qu'ils étaient à l'abri durant les attaques. Un système qui n'a pas été enclenché à Beyrouth, ce qui a suscité une vive polémique.

Vendredi soir, alors que des fusillades terrorisaient Paris, les utilisateurs de Facebook pouvaient signaler à leur entourage qu'ils étaient sains et saufs, à l'aide de la fonction « Contrôle d'absence de danger » (ou Safety Check en anglais). En quelques clics, les internautes pouvaient signaler leur présence dans la zone de danger, mais également le fait qu'ils étaient en sécurité.

Le dispositif existe depuis plusieurs années, et avait été mis en place en 2011 lors de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Facebook l'avait, jusque-là, uniquement activé lors de catastrophes naturelles, mais l'initiative a pris un nouveau tournant vendredi dernier.

Paris, mais pas Beyrouth

Si la démarche a été saluée dans le contexte parisien, elle a soulevé une vive polémique en parallèle. En effet, en marge des attentats de Paris, d'autres événements meurtriers ont eu lieu le jeudi 12 novembre au Liban, dans la banlieue de Beyrouth. 43 morts, des centaines de blessés, et pas de Facebook Safety Check.

0320000008245414-photo-facebook-safety-check.jpg

Des critiques auxquelles a rapidement réagi le réseau social, à commencer par son fondateur et PDG, Mark Zuckerberg. Dans les commentaires de sa photo de profil aux couleurs du drapeau français, il a fait un mea culpa. « De nombreuses personnes ont légitimement demandé pourquoi nous avions activé Safety Check pour Paris mais pas pour Beyrouth et d'autres endroits. Jusqu'à vendredi, notre politique était d'activer Safety Check uniquement dans le cadre de catastrophes naturelles. Nous avons décidé de changer ça et de l'activer, désormais, pour d'autres catastrophes humaines à l'avenir. »

Alex Schultz, le vice-président en charge de la croissance de Facebook, a de son côté reconnu que le programme n'était pas parfait. « Dans le cadre de catastrophes naturelles, nous appliquons un ensemble de critères qui comprend la portée, l'ampleur et l'impact. » explique-t-il dans un long billet publié samedi. « Durant une crise en cours, comme une guerre ou une épidémie, Safety Check n'est pas très utile dans sa forme actuelle, parce qu'il n'y a pas de points de départ et de fin clairs, ce qui signifie que, malheureusement, il est impossible de savoir quand quelqu'un est vraiment en sécurité ».

Safety Check devrait donc évoluer prochainement, et être activé plus fréquemment. Lors de son activation à Paris vendredi, 5,4 millions de personnes ont utilisé Safety Check durant les terribles événements, permettant à 360 millions de personnes d'être informées de la situation de leurs proches.

A lire également :
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Le créateur du Bitcoin n’est finalement pas celui que l’on croyait
Black Friday : elle achète un iPhone 6 et se retrouve avec des patates
iPhone 6 : un prototype (?) en vente sur eBay pour 7 000 dollars
L'Ukraine dans le noir à cause d'un virus informatique ?
Tesla Model S 75 kWh : plus autonome, mais plus chère
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page