IoT : le Royaume-Uni veut légiférer pour optimiser la sécurité des objets connectés

Alexandre Boero Contributeur
02 mai 2019 à 20h58
0
iot-pixabay-c.jpg

La ministre en charge du Numérique britannique, Margot James, a dévoilé un projet de loi visant à renforcer la protection des objets connectés face aux cyberattaques.

Les consommateurs du Royaume-Uni se sont équipés, ces dernières années, de plusieurs millions d'objets connectés. Ces derniers sont particulièrement exposés aux actes de piratage du fait de leur relative jeunesse et de la méconnaissance du public des mécanismes utilisés par les hackers pour les piéger. C'est en ce sens que Margot James, ministre d'État britannique à la Culture, aux Communications et aux Industries créatives, porte un projet de loi au nom du gouvernement, pour renforcer la sécurité autour de l'IoT.

Un étiquetage obligatoire pour informer et rassurer les consommateurs

Parmi les mesures intégrées au projet de loi, le gouvernement britannique souhaite instaurer un étiquetage similaire à ce qui se fait pour les téléviseurs, les appareils ménagers intelligents et les jouets. Dans cette hypothèse, seuls les objets connectés se targuant d'arborer la fameuse étiquette de sécurité pourront être vendus par les détaillants.

« Ce système d'étiquetage novateur est une bonne nouvelle pour les consommateurs, car il leur permet de prendre des décisions éclairées concernant la technologie qu'ils introduisent chez eux », a réagi Ian Levy, Directeur technique du Centre national de la cybersécurité britannique (NCSC).

Le gouvernement britannique définit trois priorités et veut que les fabricants les respectent

Au-delà de cette idée symbolique, le gouvernement du Royaume-Uni a défini trois priorités de sécurité, parmi lesquelles l'instauration d'un mot de passe unique pour les objets connectés, comme les thermostats intelligents, facilement accessibles aujourd'hui pour les pirates, qui utilisent les mots de passe par défaut codés en dur dans les appareils au moment de leur conception.

Le projet de loi prodigue également la création d'un point de contact public qui permet de soumettre les vulnérabilités décelées dans les différents appareils. Enfin, et dans le cas où le projet est adopté, les fabricants devront de manière explicite donner des détails sur les mises à jour de sécurité des appareils.

Pour accélérer le processus, Margot James a organisé une table ronde sur la sécurité des objets connectés à laquelle ont participé Amazon, Samsung, Philips, Legrand, Miele ou encore Panasonic. Tous ont souhaité s'engager à prendre des mesures pour « garantir la mise en œuvre de solutions de sécurité efficaces sur les produits IoT du marché », indique le gouvernement britannique, qui souhaite par ailleurs pousser les détaillants à ne vendre que les objets connectés qui suivent les trois priorités fixées.

0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
Certains MacBook Pro récents s'éteignent
Cyberharcèlement, usurpation d'identité : une Française vivant aux USA condamnée à de la prison
Grève du 5 décembre : les meilleures applications mobiles pour contourner les perturbations
L'arrivée du « premier contraceptif masculin » en 2020 ?
BMW profite de la sortie de son SUV pour montrer à Tesla ce qu'est un véhicule blindé

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top