Le réacteur nucléaire nouvelle génération made in France, Astrid, ne verra pas le jour

Bastien Contreras Contributeur
09 septembre 2019 à 06h59
0
Centrale nucleaire

Le projet Astrid, qui devait donner naissance à un nouveau type de réacteur nucléaire en France, aurait été abandonné par le CEA et ne devrait pas réapparaître avant (au moins) 2050. En cause : un coût estimé trop important et un manque de soutien politique.

Le futur du nucléaire attendra. D'après des informations du journal Le Monde, le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) a décidé de mettre fin à son projet de réacteur nucléaire de quatrième génération.

Réutiliser les matières radioactives

Le projet, dont il convient désormais de parler au passé, portait le nom d'Astrid (pour Advanced Sodium Technological Reactor for Industrial Demonstration). Son origine remonte au début de l'année 2006, quand le président de la République de l'époque, Jacques Chirac, lançait la conception d'un prototype de réacteur nucléaire de quatrième génération au sein du CEA. Trois ans plus tard, son successeur, Nicolas Sarkozy, décidait d'allouer une enveloppe de plusieurs centaines de millions d'euros à cette recherche.

C'est finalement en 2010 que le projet Astrid voit le jour sous ce nom. Il s'agit alors d'un « réacteur à neutrons rapides refroidi au sodium » (RNR-Na). Autrement dit, un nouveau type de réacteur nucléaire capable de se servir des matières radioactives issues du parc nucléaire français actuel (uranium appauvri et plutonium) comme combustibles. Un fonctionnement prometteur qui devait être mis en place sur le site de Marcoule (dans le Gard).

Des centaines de millions d'euros engloutis

Or, ce ne sera vraisemblablement pas le cas, tout du moins pas avant des dizaines d'années. « Astrid, c'est mort. On n'y consacre plus de moyens ni d'énergie », a déclaré une source interne du CEA au Monde. La preuve notamment avec la fermeture d'une cellule de 25 personnes dédiée à ce projet, au printemps dernier.

Dans un communiqué, l'organisme explique repousser les recherches à bien plus tard : « Dans le contexte énergétique actuel, la perspective d'un développement industriel des réacteurs de quatrième génération n'est en effet plus envisagée avant la deuxième moitié de ce siècle ».

Les raisons invoquées pour justifier un tel coup d'arrêt sont une absence de soutien politique et un coût trop élevé, qui se situerait entre 5 et 10 milliards d'euros. Le CEA aurait ainsi décidé de mettre un terme au projet avant qu'il n'absorbe trop d'argent. D'autant plus que le phénomène était déjà bien entamé : d'après la Cour des comptes, près de 738 millions d'euros ont déjà été investis dans le programme à fin 2017.

Source : La Tribune
108 réponses
37 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top