Energies fossiles : le pari raté de General Electric qui essuie des pertes colossales

Matthieu Legouge
Spécialiste Hardware
11 juin 2019 à 07h12
21
General Electric
© Jonathan Weiss / Shutterstock.com

Selon un rapport, le conglomérat industriel General Electric, fondé en 1892 et qui a été pendant longtemps une des entreprises les plus rentables du monde, vivote depuis 2015 et aurait perdu près des trois quarts de sa capitalisation boursière en l'espace de trois ans, faute d'avoir suivi la dynamique de la transition énergétique.

General Electric victime de ses choix stratégiques

General Electric ne s'arrête pas de chuter depuis plus de trois ans et notamment en raison de bien mauvais choix stratégiques pris à la suite des accords de Paris sur le climat en 2015. Après avoir quasiment atteint la barre des 600 milliards de dollars de capitalisation boursière il y a déjà 20 ans, la société américaine est aujourd'hui un véritable colosse aux pieds d'argile qui accuse des pertes financières énormes, puisqu'à l'heure où nous écrivons ces lignes General Electric est valorisée à un peu moins de 87 milliards de dollars.

Selon un rapport de l'Institut d'économie et d'analyse financière de l'énergie (IEEFA), General Electric aurait en effet perdu 193 milliards de dollars entre 2015 et 2018, la faute à une très mauvaise anticipation de la révolution des énergies renouvelables, initiée en grande partie depuis la signature des accords de Paris sur le climat visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et ainsi limiter la hausse de la température à moins de 2°C.

Si General Electric œuvre sur plusieurs domaines avec ses différentes branches, c'est néanmoins sa division Énergie qui a été la plus impactée par la politique de la société. Cette dernière représentait en effet, en 2016, plus de la moitié des bénéfices du groupe avant impôts. Seulement, G.E a continué d'investir dans les énergies fossiles, comme ce fut le cas avec l'acquisition du pôle Énergie du fleuron français Alstom, pour 15 milliards de dollars, une bien mauvaise affaire pour G.E contraint aujourd'hui d'annoncer un plan social avec la suppression de plus d'un millier de postes en France, principalement sur les sites de Belfort et Bourogne.

Pari raté pour General Electric

Malgré l'accord de Paris sur le climat, General Electric a estimé à tort que « la demande en gaz naturel et charbon continuerait à suivre la croissance économique mondiale » selon le groupe de recherche de l'IEEFA. Alors que le monde aspire à passer à une production d'énergie plus propre, General Electric et ses principaux actionnaires ont douté de la compétitivité des énergies renouvelables et le rachat d'Alstom est intervenu alors que le marché de gros de l'électricité et des turbines à gaz était en pleine décroissance, illustrant « une gouvernance d'entreprise désastreuse » toujours selon l'IEEFA.

Tom Sanzillo, directeur financier de l'IEEFA enfonce le clou en déclarant : « Le monde s'éloigne des combustibles fossiles [...] pour aller vers des énergies renouvelables à faible coût et sans pollution, telles que l'énergie éolienne et solaire ». Il ajoute : « C'est là que se trouve l'argent intelligent, mais General Electric n'a pas choisi de suivre cette tendance ».

Source : Solar Daily
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
21
0
draugtor
Votre article dit n’importe quoi, vu que l’éolien ou le solaire est Automatiquement lié avec une centrale charbon ou gaz pour garantir la continuité électrique.<br /> C’est à cause de cela que l’allemagne produit 5 à 10 fois plus de CO2/KWH que la France nucléaire.<br /> La seule énergie propre actuellement c’est le nucléare contrairement aux dires des écolos politiques.
toug19
n’importe quoi, le nucléaire propre. Un avion terroriste qui s’écrase sur une centrale et je pense qu’on va serrer les fesses! Et je te raconte pas de la quantité de déchets nucléaire qu’il faut gérer et qui risquent de fuir… La solution c’est les énergies renouvelables avec tampons sous la forme des batteries des voitures électriques qui ne sont pas utilisées 90% du temps, ou stockage STEP. Le nucléaire ne doit être utilisé qu’en appoint. Il faudrait que les toits de tous les bâtiments publiques et les entreprises soient recouverts de panneaux solaires. Et surtout économiser l’énergie!
Wil_Mon
Voir ce site pour plus d’information sur les émissions de CO2 par pays : https://www.electricitymap.org
Erix44
Effectivement, il existe des sources d’énergie à fonctionnement “irrégulier”, comme le solaire et l’éolien, qui nécessitent des solutions pour gérer la continuité. Ceci-dit, le nucléaire est à peine mieux loti, car il est lui “trop régulier” : l’inertie d’une centrale nucléaire l’empêche en effet de suivre les pics de consommation, et nécessite lui aussi l’apport de turbines à gaz pour compléter la fourniture d’électricité.<br /> Mais ça, c’est déjà quasiment dépassé, car toute la stratégie énergétique française repose maintenant sur la promotion massive des voitures électriques. Pour consommer de l’électricité? Non, pour profiter des batteries pour stocker le surplus de production et réinjecter tout ça dans le réseau quand le besoin s’en fait sentir (vous verrez des articles parlant de “charge bidirectionnelle”)<br /> Joli coup : on vend des voitures, on vend de l’électricité, et on obtient en bonus un stockage d’énergie global, financé par les automobilistes!
supersebastigor
L’article dit juste que la production électrique à partir d’énergies fossiles est en baisse, ou tout du moins en ralentissement.<br /> La direction GE n’aurait pas compris ou anticipé ce ralentissement.<br /> Pour avoir longtemps travaillé avec GE, ce n’est pas le premier exemple de décision totalement illogique sur ces 10 dernières années.<br /> La direction GE est beaucoup plus financière que technique. Les investissements et les décisions stratégiques sont donc orientés vers la finance, avec une vision très livresque de la réalité.
kenny_33
Résumer GE a son activité électrique est très réducteur il y a d’autres facteurs, en vrac c’est l’un des principaux loueur d’avions, le transport ferroviere et route, American Express, l’un des plus gros réassureur au monde (ils ont par exemple indemnisé 70 à 80% des twin towers, Ge Plastic, le médical, les ampoules etc…<br /> Bref cette analyse d’un si grand groupe sur si peu de leur activité me semble pas assez creusé…
nirgal76
Un avion terroriste ? On arrête pas le progrès…<br /> Le pilote je veux bien mais l’avion le pauvre, il n’a rien demandé. Quand les IA seront développées à la limite, là oui, l’avion pourra prendre sa décision de commettre un attentat (une “attaque” comme on dit maintenant).<br /> Le nucléaire en appoint ?? euh, ça ne se démarre pas à la demande une centrale nucléaire. C’est aussi pour ça que ce sont elles qui produisent en continu et les autres énergie qui viennent en appoint.
precipitevolissimevolmente
Comment est-il possible d’écrire de telles âneries…le pire c’est de constater que le tout électrique que le monde politique a obligé de faire sous peine d’énorme amandes pour les constructeurs automobiles…finira bien avant la fin du pétrole en cause la fin prématurée de toutes les matières premières lithium et terre rare pour les voitures électriques… bien avant la fin du pétrole !
Jean-Machin
On est habitués au green washing avec 2-3 jolies éoliennes ou panneaux solaires…<br /> A côté de ça il y aurait des créneaux d’avenir à prendre dans le solaire hors photovoltaïque, le nucléaire au thorium ou l’hydrolien entre autres, en attendant la centrale à fusion.<br /> C’est anormal qu’un groupe tel que GE ne prenne même pas la peine de se positionner sur un de ces créneaux, quand la raréfaction des énergies fossiles est certaine à long terme. Plutôt qu’un pari raté, je crois surtout que c’est du court-termisme, problème de nombreuses sociétés cotées aujourd’hui.
lobo41
C’est un peu rapide comme argumentation mais c’est pourtant la plus juste. Les énergies dites “renouvelables” ont pour principale caractéristique d’être certes renouvelables… mais pas tout le temps, ce qui est particulièrement ennuyeux. Le nucléaire pose une autre problématique. Il ne produit pas de CO2 puisqu’il évite un processus de combustion thermique. Mais il produit des déchets dont certains ont une durée de vie bien plus longue que celle de notre espèce. En fait rien n’est parfait et sans coût et comme la grande majorité de nos concitoyens n’est pas prête à accepter la sobriété…
leulapin
La seule énergie propre c’est celle qu’on ne consomme pas…<br /> Le nucléaire pose d’autres pb que le CO2, notamment le gardiennage sur des millions d’années des déchets qui n’est acceptable moralement que si on déteste nos enfants.
leulapin
Il n’y aura pas de fin du pétrole ou du lithium etc. il y a aura une augmentation des coûts qui réservera ces matières à des usages importants.<br /> Dans une certaine mesure le lithium se recycle, juste on n’en est pas encore là pour les batteries automobiles qui fonctionnent 10 ans environ donc bien malin qui peut prédire qu’il n’y aura plus de lithium avant la fin du pétrole bon marché…
leulapin
Dans l’hydrolien ils avaient des choses avec Alstom non?
stratos
et le nucléaire il faut aller chercher l’uranium et autres dans d’autres pays, donc pas du tout une énergie qui rend la France indépendante.Il n’y a pas que le solaire et l’éolien, il y a la Geo thermie, l’énergie avec les marées, … qui elles sont bien plus constantes.<br /> Il faut sortir du schéma 1 systèmes pour tout produire
bmustang
une boite gérée par des amateurs ou le patron touchera son parachute doré de 300 millions
Jean-Machin
Ils avaient mais ils ont jeté l’éponge alors qu’il y a encore plein d’expérimentations en cours dans l’hydrolien, et autres variantes des énergies de la mer…<br /> Les Echos – 6 Jan 17<br /> Energies marines : GE jette l’éponge dans l’hydrolien<br /> EXCLUSIF - Selon nos informations, General Electric a décidé d’arrêter le développement de sa turbine hydrolienne, qui utilise les courants marins pour produire de l’électricité.<br />
tmtisfree
faute d’avoir suivi la dynamique de la transition énergétique.<br /> Ce morceau de phrase peut se comprendre de 2 manières opposées : c’est bien l’erreur d’avoir suivi l’escroquerie de la transitude énergétique subventionnée qui a fait plonger GE, comme tant d’autres.<br /> Voilà où mènent les chimères de l’escrologie : à la ruine.
Jean-Machin
Non, l’article dit bien l’inverse. Ils sont restés sur des énergies fossiles, sur lesquelles la demande est en baisse, d’où les pertes.
carinae
bah si le Nucleaire, qu’on le veuille ou non, peut être considéré comme propre (si tant est qu’on fasse abstraction des déchets). Il n’y a pas de pollution au quotidien comme avec les énergies fossiles. Par contre quand problème il y a … ça craint. donc Effectivement aujourd’hui les énergies renouvelables sont une nécessité …<br /> Après est-ce qu’on arrivera a produire suffisamment pour répondre a la demande …
tmtisfree
L’article est mensonger/trompeur/désinformé : GE (qui s’était un temps surnommé Green Electric avec son programme vert Ecomagination) a massivement investi dans les EnR au début de la décennie, se créant une énorme dette (plus de 350 milliards de $ en 2013, plus de 100 actuellement). Le PDG responsable s’est fait lourder l’année dernière, et la compagnie refourgue ses business à tour de bras pour trouver du cash et rembourser l’ardoise, dont une partie des EnR à perte.<br /> Le seul business EnR rentable de GE est les éoliennes rachetées une bouchée de pain (350 millions $ pour 10 milliards de revenus en 2017) à Enron, un autre désastre bâti sur du vent.<br /> Le résultat est qu’avec un marché de l’énergie dont les prix sont torpillés artificiellement par les subventions aux EnR, même le gaz n’est pas rentable, alors que les PVD (qui se fichent du climat) préfèrent investir dans des centrales à charbon (Chine, Inde, etc.), plus grosses et moins chères.<br /> Bref, GE s’est suicidé aux EnR et le paie collatéralement avec son business turbines à gaz.
philumax
en tous les cas, joli coup, pour Alstom, c’est Général Electric qui va se charger de liquider la société…(donnant donnant)<br /> bonjour le futur plan social, “on” va pouvoir dire que ce n’est pas la faute aux français!<br /> mais la boite, Alstom, n’existera plus!
Jean-Machin
Dans ce cas je veux bien avoir quelques sources.<br /> La Chine n’investit pas que dans le charbon, loin de là. Ils ont par exemple de grosses recherches en cours dans le nucléaire au thorium qui, avec la technologie des sels fondus, pourrait devenir meilleur que notre nucléaire actuel à tout point de vue.<br /> Une grosse partie des EnR n’est pas de l’investissement pour production immédiate, mais de l’expérimentation, donc c’est pour le budget R&amp;D. Sauf s’ils comptaient se renflouer immédiatement avec un max de subventions, ce qui est plutôt aléatoire comme business plan…
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Apple pourrait acheter la start-up de voitures autonomes Drive.ai
Xbox Game Pass pour PC : tout ce que l'offre inclut
Brave, Opera et Vivaldi ne se plieront pas à la politique anti-bloqueur de pub de Chrome
Google Maps vous alerte désormais si votre taxi vous arnaque... ou vous enlève
Huawei : le chef du budget de Trump voudrait retarder les restrictions visant le fabricant
Toyota dévoile le design de ses futures voitures électriques
E3 2019 : Microsoft travaille déjà sur la rétrocompatibilité sur Project Scarlett
Résumé de la conférence Ubisoft à l'E3 2019
E3 2019 : Ubisoft détaille son nouveau service Uplay +
Haut de page