Energies fossiles : le pari raté de General Electric qui essuie des pertes colossales

Matthieu Legouge
Expert périphériques
11 juin 2019 à 07h12
0
General Electric
© Jonathan Weiss / Shutterstock.com

Selon un rapport, le conglomérat industriel General Electric, fondé en 1892 et qui a été pendant longtemps une des entreprises les plus rentables du monde, vivote depuis 2015 et aurait perdu près des trois quarts de sa capitalisation boursière en l'espace de trois ans, faute d'avoir suivi la dynamique de la transition énergétique.

General Electric victime de ses choix stratégiques

General Electric ne s'arrête pas de chuter depuis plus de trois ans et notamment en raison de bien mauvais choix stratégiques pris à la suite des accords de Paris sur le climat en 2015. Après avoir quasiment atteint la barre des 600 milliards de dollars de capitalisation boursière il y a déjà 20 ans, la société américaine est aujourd'hui un véritable colosse aux pieds d'argile qui accuse des pertes financières énormes, puisqu'à l'heure où nous écrivons ces lignes General Electric est valorisée à un peu moins de 87 milliards de dollars.

Selon un rapport de l'Institut d'économie et d'analyse financière de l'énergie (IEEFA), General Electric aurait en effet perdu 193 milliards de dollars entre 2015 et 2018, la faute à une très mauvaise anticipation de la révolution des énergies renouvelables, initiée en grande partie depuis la signature des accords de Paris sur le climat visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre et ainsi limiter la hausse de la température à moins de 2°C.

Si General Electric œuvre sur plusieurs domaines avec ses différentes branches, c'est néanmoins sa division Énergie qui a été la plus impactée par la politique de la société. Cette dernière représentait en effet, en 2016, plus de la moitié des bénéfices du groupe avant impôts. Seulement, G.E a continué d'investir dans les énergies fossiles, comme ce fut le cas avec l'acquisition du pôle Énergie du fleuron français Alstom, pour 15 milliards de dollars, une bien mauvaise affaire pour G.E contraint aujourd'hui d'annoncer un plan social avec la suppression de plus d'un millier de postes en France, principalement sur les sites de Belfort et Bourogne.

Pari raté pour General Electric

Malgré l'accord de Paris sur le climat, General Electric a estimé à tort que « la demande en gaz naturel et charbon continuerait à suivre la croissance économique mondiale » selon le groupe de recherche de l'IEEFA. Alors que le monde aspire à passer à une production d'énergie plus propre, General Electric et ses principaux actionnaires ont douté de la compétitivité des énergies renouvelables et le rachat d'Alstom est intervenu alors que le marché de gros de l'électricité et des turbines à gaz était en pleine décroissance, illustrant « une gouvernance d'entreprise désastreuse » toujours selon l'IEEFA.

Tom Sanzillo, directeur financier de l'IEEFA enfonce le clou en déclarant : « Le monde s'éloigne des combustibles fossiles [...] pour aller vers des énergies renouvelables à faible coût et sans pollution, telles que l'énergie éolienne et solaire ». Il ajoute : « C'est là que se trouve l'argent intelligent, mais General Electric n'a pas choisi de suivre cette tendance ».

Source : Solar Daily
21
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Limitée à 320 km, l'autonomie de la Porsche Taycan Turbo électrique déçoit...
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
Malgré l’essor des voitures électriques, les constructeurs pourraient supprimer 80 000 postes

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top