Écologie : l'UE mise en cause pour sa définition des "énergies renouvelables"

le 09 mars 2019
 0
Europe

Un groupe de plaignants venus des quatre coins du monde tentent de faire plier l'Union Européenne sur sa définition des énergies renouvelables, qu'ils jugent néfaste pour l'environnement.

Les plaignants venus de France, d'Estonie, de Slovaquie, de Roumanie, d'Irlande et même des Etats-Unis lancent une offensive visant à empêcher l'UE d'inclure la biomasse forestière dans sa définition des énergies renouvelables. Et pour cause : celle-ci ne ferait qu'aggraver les émissions de carbone dans l'atmosphère. Si le groupe de plaignants ressort gagnant, l'UE pourrait se voir privée de 65 % de son énergie classifiée « renouvelable ».

La biomasse serait bien plus polluante que le charbon


Les plaignants lancent un pavé dans la marre. En considérant la biomasse forestière comme une énergie renouvelable, l'UE ne ferait que « gréver son propre objectif de réduire les émissions de gaz à effet serre » ont déclaré les plaideurs. Pire, elle causerait l'augmentation des émissions de CO2 dans l'air et exacerberait la déforestation.

De lourdes accusations que les plaignants n'ont pas manqué d'argumenter scientifiquement sur leur site internet : à travers sa combustion, le bois émettrait 1,5 fois plus de carbone que le charbon et 3 fois plus que le gaz naturel. Si l'affaire reste en suspens à la Cour de justice de l'UE, elle ne manque pas d'interroger la politique énergétique européenne dans son fond et son futur.

Une augmentation de 140 % de la production d'énergie biomasse


En fixant en 2016 un nouvel objectif de 32 % pour la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique européen d'ici 2030, l'UE en a profité pour y inclure la biomasse forestière - sous certains critères de viabilité. Depuis, la production d'énergie biomasse a augmenté de 140 % à l'échelle européenne, jusqu'à même représenter la moitié de la production totale d'énergie renouvelable en 2016.

La plainte lancée contre l'UE n'est pas isolée. En janvier 2018, 800 scientifiques ont enjoint le Parlement Européen à ne plus soutenir l'énergie biomasse en clamant haut et fort que la solution pour remplacer le charbon n'était pas de se remettre à brûler les forêts mais à remplacer les énergies fossiles par des énergies à faible émissions de carbone, comme le solaire ou l'éolien.
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
Sophia, le robot humanoïde, parlera IA lors d'un Sommet Digital à Kigali
Samsung : une mise à jour du Galaxy S10 apporte un mode photo de nuit
La PS5 proposera
Des satellites bientôt mis en orbite pour identifier les plus gros pollueurs de la planète
Informatique quantique : où en est-on ?
Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
scroll top