Écologie : l'UE mise en cause pour sa définition des "énergies renouvelables"

le 09 mars 2019
 0
Europe

Un groupe de plaignants venus des quatre coins du monde tentent de faire plier l'Union Européenne sur sa définition des énergies renouvelables, qu'ils jugent néfaste pour l'environnement.

Les plaignants venus de France, d'Estonie, de Slovaquie, de Roumanie, d'Irlande et même des Etats-Unis lancent une offensive visant à empêcher l'UE d'inclure la biomasse forestière dans sa définition des énergies renouvelables. Et pour cause : celle-ci ne ferait qu'aggraver les émissions de carbone dans l'atmosphère. Si le groupe de plaignants ressort gagnant, l'UE pourrait se voir privée de 65 % de son énergie classifiée « renouvelable ».

La biomasse serait bien plus polluante que le charbon


Les plaignants lancent un pavé dans la marre. En considérant la biomasse forestière comme une énergie renouvelable, l'UE ne ferait que « gréver son propre objectif de réduire les émissions de gaz à effet serre » ont déclaré les plaideurs. Pire, elle causerait l'augmentation des émissions de CO2 dans l'air et exacerberait la déforestation.

De lourdes accusations que les plaignants n'ont pas manqué d'argumenter scientifiquement sur leur site internet : à travers sa combustion, le bois émettrait 1,5 fois plus de carbone que le charbon et 3 fois plus que le gaz naturel. Si l'affaire reste en suspens à la Cour de justice de l'UE, elle ne manque pas d'interroger la politique énergétique européenne dans son fond et son futur.

Une augmentation de 140 % de la production d'énergie biomasse


En fixant en 2016 un nouvel objectif de 32 % pour la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique européen d'ici 2030, l'UE en a profité pour y inclure la biomasse forestière - sous certains critères de viabilité. Depuis, la production d'énergie biomasse a augmenté de 140 % à l'échelle européenne, jusqu'à même représenter la moitié de la production totale d'énergie renouvelable en 2016.

La plainte lancée contre l'UE n'est pas isolée. En janvier 2018, 800 scientifiques ont enjoint le Parlement Européen à ne plus soutenir l'énergie biomasse en clamant haut et fort que la solution pour remplacer le charbon n'était pas de se remettre à brûler les forêts mais à remplacer les énergies fossiles par des énergies à faible émissions de carbone, comme le solaire ou l'éolien.
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
Finalement, Pepsi abandonne son idée de mettre de la publicité en orbite
MSI annonce que les cartes mères en chipset AMD 300 supporteront bien les Ryzen 3000
Mi 9 SE, trottinette électrique : Xiaomi signe une distribution exclusive avec Fnac Darty
Notre-Dame de Paris : Drones, robots... La technologie de plus en plus sollicitée par les secours
Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs
Les Furtifs, le dernier livre phénomène d'Alain Damasio, sort aujourd'hui
scroll top