Utiliser le dioxyde de carbone pour traiter les terres rares, l'idée fait son chemin

le 10 mars 2019
 0
usine fumée.jpg

Une équipe de chercheurs américains vient de mettre au point un épurateur capable de transformer le dioxyde de carbone en acide oxalique, un composant essentiel pour traiter les terres rares

Convertir le dioxyde de carbone en « quelque chose d'utile », c'est la promesse qu'ont voulu tenir S. Komar Kawatra, professeur en génie chimique, et son équipe de recherche de l'Université Technologique du Michigan. En développant un appareil épurant et convertissant le dioxyde de carbone en acide oxalique, le CO2 promet d'être utile aux terres rares, des matières minérales utilisées dans la fabrication de produits de haute technologie.

Un épurateur prometteur


Alors que jusqu'ici le dioxyde de carbone est principalement abandonné dans les mers ou enfoui sous terre, ce nouvel épurateur promet à la fois de lutter contre les émissions de CO2 et de les transformer en acide oxalique. L'équipe de recherche travaille surtout à réduire au maximum les émissions de dioxyde de carbone en détruisant le CO2 des gaz de combustion à l'aide de carbonate de soude.

En appliquant l'épurateur à la centrale thermique à vapeur de leur propre université, les chercheurs ont pu réduire de moitié le CO2 contenu dans le gaz à combustion émis par la centrale. En laboratoire, l'équipe a même pu l'anéantir.

Une méthode qui est surtout bien moins chère


Cette méthode de conversion du CO2 n'est pas si nouvelle. John Simmons, Directeur de Carbontech Energy et ancien élève de l'Université Technologique du Michigan, précise que le processus existe déjà en faisant appel à des amines spécifiques... à 20 000$ la tonne. A titre de comparaison, le carbonate de soude utilisé par l'équipe S. Komar Kawatra n'est qu'à 200 $ la tonne.

Une aubaine pour les usages industriels, que John Simmons cherche à développer : « Nous devons trouver un moyen de le commercialiser ». En attendant, l'acide oxalique dégagé de cet épurateur pourra alimenter les productions de terres rares, détenues à 90 % par la Chine. S. Koma Kamatra y voit notamment un moyen pour les Etats-Unis d'exploiter ses propres terres rares.
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Les iPhone 2020 seraient pourvus de modems 5G provenant de chez Qualcomm... et Samsung
#Rediff | Comparatif 2019 : quelles sont les meilleures enceintes pour PC ?
Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
scroll top