🔴 Soldes : jusqu'à - 70% sur le high-tech 🔴 Soldes d'hiver : jusqu'à - 70% sur le high-tech

Notre-Dame de Paris : le drone, allié des secours, et outil de reconstruction

25 septembre 2019 à 14h41
2
notre-dame-de-paris-prefecture.jpg
Notre-Dame de Paris, le soir de l'incendie du 15 avril 2019 (© Préfecture de Paris)

Artelia a fourni de nombreuses données et images de la cathédrale Notre-Dame de Paris qui ont permis de constater l'ampleur des dégâts et de poser les bases de sa reconstruction. La société a dévoilé les détails de ses travaux lors de la conférence AirWorks.

Le 15 avril dernier, la cathédrale Notre-Dame de Paris était frappée par un incendie ravageur dont les conséquences auraient pu être encore plus dramatiques, sans le dévouement humain et l'apport considérable de la technologie. À l'occasion de la conférence annuelle DJI AirWorks, qui se tient du 24 au 26 septembre à Los Angeles, la société Artelia est revenue sur la façon dont elle a aidé à capturer des visuels de l'intérieur et de l'extérieur de Notre-Dame avec des drones.

Trois drones majeurs utilisés après l'incendie, et chacun avait son rôle

Benoit Guillot, le directeur du programme de drones de la société française Artelia, explique comment les informations utiles aux autorités ont été recueillies et avec quels moyens. « Dès le début de l'intervention, on a senti que ce n'était pas un projet comme un autre », indique d'emblée le directeur. Sa société a en effet été missionnée par les autorités pour réaliser un état sanitaire des dégâts causés par l'incendie. Artelia est arrivée seulement quelques jours après l'événement.


« L'organisation était quasi-militaire », avoue Benoit Guillot, débarqué sur le parvis avec une panoplie de drones de secours pour anticiper les dangers occasionnés par la fragilité de l'édifice. Sur place, Artelia faisait travailler quatre à cinq personnes en permanence, armées de batteries et de cartes SD. Une vraie chaîne logistique.

Artelia a travaillé avec trois drones, fabriqués par le leader mondial du secteur, le Chinois DJI. Le Phantom 4 RTK, un drone professionnel qui vaut plus de 5 000 euros, effectuait le mapping (soit l'acquisition de données géographiques 3D), intérieur et extérieur, pour pouvoir pénétrer dans des environnements très confinés. La Matrice 210, dont le prix s'élèverait à plus de 7 000 euros, était utilisée pour capturer les images en négatif, notamment au niveau de la voûte. Le Mavic 2 Enterprise, qui avoisine les 3 000 euros, était chargé de lever le doute sur les aspects thermiques pour tout éventuel feu couvant ou reprise de feu, moins d'une semaine après l'incendie.

dji-phantom-4-rtk.png
© Le DJI Phantom 4 RTK

Le drone, déterminant durant et après l'incendie

« Aucun humain n'avait l'autorisation de marcher sur la voûte principale. [...] L'utilisation des drones a été une évidence, car on a pu s'approcher au plus près des événements que l'on souhaitait cartographier, tout en restant en sécurité. Sans les drones, les relevés et analyses n'auraient pas été les mêmes », précise Benoit Guillot.

benoit-guillot.png
Benoit Guillot (© DJI)




Dans l'entreprise de reconstruction de Notre-Dame de Paris, le drone devrait jouer un rôle prépondérant. « Il permettra de modéliser la totalité de l'enveloppe. On pourra, en toute sécurité, intervenir, suivre et cartographier l'ensemble des travaux », prévoit le directeur du programme de drones d'Artelia.

Notre-Dame de Paris : le drone, cet ange-gardien

Les drones furent utilisés dès le soir de l'incendie, afin d'obtenir une vue d'ensemble de l'incendie et d'améliorer l'intervention des secours sur le lieu du drame. André Finot, porte-parole de Notre-Dame, concède que « l'outil n'est pas qu'un gadget seulement destiné aux chaînes de télévision, il peut aussi sauver un bâtiment comme celui-là, et aussi sauver des vies ». L'utilisation du drone est de plus en plus naturelle pour faire face à des situations d'urgence. « Il est là pour repérer les anomalies », ajoute André Finot.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
GRITI
Autant je suis contre les drones pour les particuliers lambda de tous les jours qui font les kékés avec, autant pour ce genre d’utilisation, les secours, les prises de vues liées à la nature je trouve cet outil absolument génial. Là on parle vraiment d’outil et non de gadget.<br /> Dommage de ne pas avoir quelques photos d’illustration en thermique ou négatif .
vbond007
Je n’ai pas de drone, mais en quoi l’utilisateur lambda fait le kéké avec?<br /> Dans ce cas, il fait le kéké avec sa voiture, avec son smartphone, aves son réflex, avec son enceinte Alexa, avec tout ce qui est technologique…<br /> J’ai vu des photos et vidéos de kékés prises avec des Drones, c’est loin d’être de l’amusement tellement le résultat est de qualité !<br /> Donc tu peux être contre, mais ca donne l’impression que tu ne te prends pas pour n’importe quoi…
GRITI
Je parle de ceux qui prennent des drones parce que c’est à la mode et que ça permet de frimer. En tout cas au début.<br /> Je ne nie pas du tout la qualité et le travail de beaucoup avec les drones. Ce n’est pas d’eux dont je parlais.
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Lara Croft bientôt de retour dans une série Tomb Raider !
Samsung dévoile le premier écran plat Mini-LED pour joueurs, et il ne fait pas les choses à moitié
Profitez dès maintenant de ce kit RAM Corsair à son prix le plus pendant les soldes d'hiver !
Epic fail : un voleur se prend en selfie avec un iPhone fraîchement dérobé… et se fait arrêter
Vous avez vu ? L'app Google se fait une beauté sur Android !
Surveillance : comment ces vêtements peuvent vous invisibiliser aux yeux de la reconnaissance faciale
Faites vos valises ! Des hôtels e-sport en Chine s'équipent en GeForce RTX 4090
Sous la pression d’avocats humains, l'intelligence artificielle ne pourra finalement pas plaider
Xavier Niel : pourquoi le fondateur de Free veut investir dans Brut
Comprendre les avantages d'un VPN : voici un guide pour les débutants
Haut de page