Internet hybride : un meilleur débit en combinant 4G et ADSL ?

Par
Le 23 octobre 2018
 0
fibre optique

La société belge Tessares travaille sur une solution combinant réseau mobile et filaire afin d'augmenter le débit internet chez soi. Une alternative à la fibre ?

La fibre optique est encore un rêve pour des millions de personnes et le déploiement de la technologie prendra probablement encore des années à couvrir la grande majorité du territoire français. C'est pour cela que des sociétés cherchent des alternatives afin d'augmenter les débits internet en utilisant la technologie existante.

Une technologie combinant 4G et ADSL pour des débuts jusqu'à 30 Mbps

C'est le cas de la société belge Tessares, qui développe une technologie appelée « Internet hybride ». Elle repose sur le protocole Multipath TCP, actuellement en cours de standardisation par le Broadband Forum, l'association regroupant les fabricants d'équipements de télécommunications.

Elle permet de cumuler le débit ADSL de sa ligne téléphonique, et le débit 4G offert par les antennes de son opérateur mobile. Nicolas Men, responsable marketing du projet, explique à Univers Freebox les avantages de cette solution : « En 2017, près de 20% des foyers en France bénéficient d'un débit ADSL de moins de 8 Mb/s. Pour les foyers couverts en 4G, l'Internet Hybride permet d'améliorer la connectivité de ces zones en combinant le débit ADSL avec le débit 4G. Le débit délivré pourrait aller jusqu'à 30 Mb/s, considéré comme du très haut débit par l'Agence du Numérique » .





Un procédé qui intéresse l'un des opérateurs français

Ce procédé peut rappeler les box 4G, qui aujourd'hui permettent aux clients disposant d'un débit médiocre de passer par le réseau mobile, plus puissant mais aussi plus instable. Avec l'« Internet hybride », la vitesse de téléchargement est combinée à la stabilité d'une connexion filaire.

Il suffit à l'utilisateur d'installer un logiciel sur son routeur pour en bénéficier. L'opérateur doit également procéder à quelques modifications sur son réseau. L' « Internet hybride » devra donc être proposé et commercialisé par les opérateurs une fois la standardisation effectuée.

La solution de Tessares a été déployée en Belgique, en Lituanie et aux Pays-Bas. Un opérateur français s'est déjà dit intéressé et discute avec l'entreprise, mais son nom reste encore confidentiel.
Modifié le 23/10/2018 à 14h36
scroll top