Japon : les Etats-Unis bloquent, la Chine censure

01 juin 2018 à 15h36
0
Suite aux événements se déroulant au Japon, les pays agissent diversement sur Internet. Par exemple les Etats-Unis ont interdit l'accès aux sites gourmands à leurs soldats sur place. De son côté, la Chine aurait censuré les termes « fuite nucléaire »...

00A0000004086792-photo-japon-s-isme.jpg
Le Pentagone a indiqué que 13 sites étaient bloqués afin de libérer de la bande passante pour les secours sur place. La liste de ces sites est connue, on y trouve logiquement les sites de partage de vidéo en ligne comme YouTube, Google Video, ESPN mais aussi Amazon, eBay, DoubleClick, Eyewonder, Pandora, Stream The World, MTV, iFilm, MySpace et Metacafe.

Si cette interdiction est temporaire, elle reste également circonscrite au réseau informatique américain (.mil) et aux installations militaires présentes sur l'archipel (notamment la base d'Okinawa). Une « mesure exceptionnelle » selon les autorités.

De son côté, la Chine a censuré les termes « fuite nucléaire » sur certains portails comme sina.com (un service similaire à Twitter). Une mesure destinée à éviter la propagation de rumeurs sur la situation, nous informe-t-on. Selon l'AFP, une recherche de ces termes sur le site de micro-blogging aboutirait actuellement sur un message des plus clairs : « selon les lois en vigueur, le résultat de votre recherche ne peut être communiqué ».
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Cloud.com annonce la version 2.2 de sa plateforme CloudStack
Une fonctionnalité de discussion bientôt dans Google Docs
TomTom : le trafic en direct gratuit sur le web
Google : le mode déconnecté implementé en fin d'année
Sun.com fermera ses portes le 1er juin prochain
Samsung : une télécommande à clavier pour ses TV connectés
Le noyau Linux passe en version 2.6.38
Motorola Xoom Wi-Fi : confirmée, prix et date de lancement annoncés
Nokia Labs Shoot & Tag : chapitrez les vidéos de votre smartphone
Insolite : les géants du Web ne jouent pas à la poupée
Haut de page