Test Polk Signa S3 : une barre de son avec Chromecast et un caisson de basses à moins de 350€

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
14 juillet 2020 à 11h00
0
7
Polk a sûrement l'une des gammes de barres de son les plus étendues du marché. En quantité de modèls, mais aussi en fourchette tarifaire. Dans les petits budgets, plusieurs références Polk se distinguent. La Signa S3 est un modèle comprenant barre et caisson séparés. Elle est connecté grâce à sa compatibilité Google Chromecast qui lui ouvre de nombreuses portes pour un usage aussi bien musique que cinéma.

En 2020, les téléviseurs deviennent de mieux en mieux équipés en ce qui concerne leur section audio. Certains s'adossent à des spécialistes de la HiFi, comme Philips avec Bowers & Wilkins ou TCL avec Onkyo. Cela nous donne des téléviseurs capables de reproduire un son cinéma plutôt sympathique, sans commune mesure avec un écran plat classique dont les haut-parleurs sont tant bien que mal intégrés dans sa maigre épaisseur. Dans l'autres sens, ils sont aussi assez éloignés de ce que peut faire un système home cinema complet. Entre les deux existe la catégorie des barres de son, un compromis qui plaît énormément : faible encombrement sous la télé et caisson de basse séparé pour quelques sensations auditives, voire physiques. Polk est à l'origine un fabricant d'enceintes HiFi. La marque a décliné son savoir-faire dans les barres avec succès. Ce qui caractérise ses modèles sont un son clair, des basses dynamiques et un équipement bien connecté, avec parfois la présence d'un assistant vocal. La Signa S3 se contente du WiFi pour l'audio sans fil et c'est déjà pas mal.

Polk-Signa-S3-02-lifestyle.jpg

Caractéristiques techniques générales

Barre de son 2.1 avec caisson séparé
Référence : Polk Signa S3
Haut-parleurs : 2x tweeters 25 mm, 2x woofers 32x112 mm, 1x subwoofer 13 cm
Amplification : 80 + 80 Watts
Décodages : Dolby Audio
Connectivité : WiFi, Bluetooth, 1x HDMI ARC, 1x optique, 1x analogique mini-jack, Chromecast Audio, compatible Google Assistant


56 mm pour ne pas obstruer le bas de l'image

Avec 90 cm de large, la Signa S3 accompagnera des écrans autour de 40-43" de diagonale pour une cohérence son et image. Elle mesure seulement 56 mm de haut pour ne pas cacher l'image ni le récepteur infrarouge, même avec les téléviseurs dont le pied est ultra plat. La S3 fonctionne en stéréo sur laquelle vienennt se greffer des effets virtuels.

Polk-Signa-S3-03-barre.jpg

A chaque extrémité se trouvent un tweeter de 25 mm et un woofer elliptique de 11,2 cm de large. Le grave est confié à un caisson sans fil aux formes parallélépipédiques. Son encombrement est classique dans cette gamme de prix. La fréquence de coupure étant assez haute entre la barre et le caisson, à cause des petits haut-parleurs, il est conseillé de ne pas trop éloigner le caisson de la barre.

Polk-Signa-S3-04-caisson.jpg

La finition est agréable avec un tissu chiné qui se retrouve à l'identique sur toute la façade de la barre et sur celle du caisson. Quelques éléments noirs laqués viennent égayer l'ensemble. La barre est vraiment légère (1,8 kg), il faudra lui prévoir un support bien stable au moins aussi large qu'elle. La fixation murale est prévue, en n'oubliant pas des chemins de câbles dans la cloison pour un résultat esthétiquement parfait.

Polk-Signa-S3-05-back.jpg

La connectique est largement suffisante dans cette gamme : une entrée analogique mini-jack, une numérique optique et le HDMI ARC. Polk indique que cette prise est compatible avec les téléviseurs 4K et 8K, ce qui est logique étant donné que seul le son passe entre le téléviseur et la barre. Et comme toujours, le Bluetooth est bien là. Bonus bienvenus : Polk fourni le câble optique et le câble HDMI !

Une vraie facilité d'usage

Le WiFi donne accès à la musique via Google Chromecast. L'installation s'effectue à travers l'application Google Home. Même si la S3 n'a pas d'assistant vocal intégré, elle est pilotable depuis un autre appareil équipé de Google Assistant. Avec Chromecast, il est possible d'écouter Deezer, Spotify ou YouTube via la barre. Polk a fait l'impasse sur l'Ethernet pour ceux qui aurait préféré un réseau filaire.

Polk-Signa-S3-06-remote.jpg

Pour la musique, la S3 se pilote donc à la voix ou via son smartphone. En mode cinéma, il faut se rabattre sur la télécommande. Elle permet de basculer entre les sources, de contrôler le volume de la barre et du caisson séparément et d'activer les différents modes audio. Quelques touches essentielles sont également présentes sur la barre. Nous apprécions les leds en façade, cachées derrière le tissu, qui en un coup d'œil indiquent le niveau de volume et l'entrée en cours. Il faudra simplement se rappeler la correspondance de ces leds mais c'est très pratique.

Polk-Signa-S3-07-boutons.jpg

La spécialiste de l'intelligibilité

La Signa S3 a été reconnue immédiatement par notre écran Sony comme reproducteur sonore ARC. Cela paraît naturel, mais ce n'est malheureusement pas le cas avec tous les produits. Au premier abord, la Signa S3 délivre un son centré sur le médium. Les voix sont légèrement colorées mais l'ensemble reste précis et transparent. Nous avons testé le mode Voice Adjust ayant pour but de renforcer les dialogues. Sur la plupart des films, il n'est pas forcément nécessaire, la barre étant déjà assez définie sur le sujet. Mais il est évident que les dialogues sont encore mieux mis en avant en sélectionnant l'un des trois modes. Attention, plus on monte le Voice Adjust et plus les voix perdent du corps et tirent vers le médium-aigu.

Polk-Signa-S3-10-detail2.jpg

Par ailleurs, le mode Voice Adjust est un mode audio à lui tout seul. Il ne s'ajoute pas aux modes movie ou music, il les remplace. Le mode movie renforce les graves et crée quelques effets surround. Il ne faut pas s'attendre à un déferlement d'effets dans la pièce, ce n'est pas dans les cordes de la Signa S3. La scène sonore gagne de l'ampleur et de l'épaisseur, des ajouts agréables mais limités. A ce sujet, la barre reconnaît le Dolby mais pas le DTS. Dans la plupart des cas, cela ne posera pas de problème. Mais si tout à coup la barre devient muette, la bande son est sûrement en DTS. Il faut alors se rendre dans les réglages du téléviseur et passer la sortie audio en PCM.

Polk-Signa-S3-09-detail1.jpg

Le grave était absent au tout début de notre test. C'était le niveau du caisson qui était réglé au minimum. Via la télécommande, nous avons pu remonter son volume, ce dernier étant confirmé par les petites leds en façade. Après quelques essais, un réglage aux deux tiers permet d'obtenir un bon équilibre entre la barre et le caisson. Il est suffisamment costaud pour apporter une bonne assise à l'ensemble. Il n'est pas démonstratif, et c'est mieux comme ça. Il se fait discret tout en étant présent aussi bien sur les explosions de bombes que sur la grosse caisse de la batterie.

Polk-Signa-S3-08-app.jpg

A ce propos, nous avons terminé notre test par quelques écoutes sur Tidal via Chromecast. Le mode sonore music est bien le plus adapté : il met moins le caisson en avant, mais il calme également les médiums. Le résultat est un son un peu plus renfermé qu'en mode movie, plus linéaire et au final agréable sur tous types de styles musicaux. Il ne faudra pas trop forcer sur le volume néanmoins, cette barre n'a pas été conçue pour sonoriser une soirée.

Prix et concurrence

Il y a peu de prétendantes dans cette catégorie de tarif intermédiaire face à la Signa S3. Avec l'ATS-2070 (349 €), Yamaha propose un ensemble barre et caisson capable de décoder le Dolby et le DTS. Elle dispose de deux haut-parleurs supplémentaires, d'un caisson plus gros et de plus de puissance. Cependant, elle n'est pas connectée, il faudra se contenter du Bluetooth. Samsung propose sa barre HW-S61T (399 €). Elle est connectée et intègre même Amazon Alexa. Un peu plus chère que la Signa S3, elle est livrée sans caisson de basse séparé. Dans l'offre actuelle, la Signa S3 représente donc un excellent compromis.

L'avis de Clubic

La Polk Signa S3 justifie l'intérêt d'investir dans une barre de son grâce à trois points forts. Tout d'abord, son caisson de basse apporte le soutient nécessaire dans les fréquences graves qu'un téléviseur sera incapable de délivrer. Ensuite, le Polk Voice Adjust met en avant les voix pour renforcer leur compréhension. Par la même occasion, les voix sont rehaussées pour coller à l'image. Enfin, le Chromecast audio transforme la barre en enceinte sans fil lorsqu'elle n'est pas utilisée pour la vidéo. Elle fait ainsi du 2 en 1. La Signa S3 a aussi quelques défauts. Nous retiendrons essentiellement l'absence du DTS qui nécessite de passer le téléviseur en mode son PCM, un réglage pas forcément compréhensible par tout le monde. Ce n'est pas non plus la championne des effets sonores surround, ils sont ici très peu développés, tout se passe autour de l'écran, et ce n'est déjà pas si mal. Au final, son placement tarifaire est vraiment intéressant. La Signa S3 accompagnera les installations autour d'un téléviseur de taille raisonnable, dans une petite pièce de vie ou dans une chambre.

Polk Signa S3

7

Les plus

  • HDMI ARC
  • Les voix collent à l'écran
  • Chromecast intégré
  • Leds en façade

Les moins

  • Harmonie barre/caisson
  • DTS non géré
  • Manque d'ampleur

Films5

Musique6

Connectivité8

Ergonomie8

Finition8



Modifié le 19/07/2020 à 12h12
3
4
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top