Test Parrot Zikmu by Starck : l'élite des enceintes avec docks ?

Aurélien Audy
25 mars 2011 à 16h20
0

Parrot Zikmu by Starck



La marque française au perroquet, connue pour ses solutions mains libres ou encore pour son original AR.Drone, produit également ces enceintes pour le moins surprenantes. Et pour cause, c'est le designer Philippe Starck qui les a conçues ! Nous avons choisi le coloris le plus flashy pour ce comparatif, « Sorbet Lime », mais l'objet existe aussi en noir, rouge, gris ou blanc. D'ailleurs il faudrait peut-être dire œuvre plutôt qu'objet. En effet à 1 199 € la paire, on paye avant tout la patte de l'artiste. Alors « By Starck » assurément, mais « Buy Starck » ça sera une autre histoire...

01C2000004092880-photo-zikmu-by-starck.jpg

Zikmu by Starck


Présentation


Couleur pétante, forme audacieuse, affirmation identitaire prestigieuse et nom en verlan, ces enceintes se la jouent résolument branchées. Un bon départ pour sortir du son... Chacune des deux colonnes « patte d'éph » doit être reliée sur secteur et communique avec son homologue en Bluetooth (comptez 15 m maximum de portée). Les Zikmu font 75 cm de haut, s'appuient sur une base ovale de 32 x 29 cm et pèsent 3.5 kg pièce. La finition est bonne mais on sent que les matériaux ont été choisis davantage pour leur design (plastiques façon rétro) que pour leurs propriétés audio, ce qui donne quand même un côté « jouet » à l'ensemble.

012C000004093650-photo-zikmu-mises-en-situation.jpg

Photo constructeur mettant en situation le produit


En matière d'interface, les Zikmu se partagent la tâche : la première accueille à son sommet le dock Apple tandis que sur la seconde trônent les boutons tactiles (marche/arrêt, volume + et -, avant/arrière, lecture/pause, Bluetooth et Wi-Fi). Les deux adaptateurs de dock fournis (quatre emplacements dans le carton...) permettent une compatibilité assez large, allant des iPhone aux iPod Nano (toutes générations) en passant par les iPod Classic, Vidéo et Touch. Chaque colonne est dotée sous son pied d'une entrée audio analogique RCA est compatible. Parrot livre également une télécommande à fréquences radio qui reprend les commandes détaillées plus haut, ajoutant en plus le bouton « Source ».

Un peu de technique


Les Zikmu possèdent quelques spécificités intéressantes, comme leur « panneau sonore » frontal, une grande membrane rectangulaire animée par deux transducteurs amplifiés indépendamment. Conception qui autorise un rayonnement plus large, d'autant que le son sort aussi par l'arrière des enceintes, grillagées comme à l'avant. Toujours en matière d'architecture sonore, Parrot a logé un haut-parleur de graves dans chaque pied, transformé alors en caisson de basses, avec membrane orientée vers le sol (type « downfire »), event Bass Reflex et amplification dédiée. Un DSP se charge d'effectuer le filtrage des fréquences de façon active, en amont des amplificateurs de classe D.

012C000004092894-photo-zikmu-by-starck-haut-parleurs.jpg
012C000004092882-photo-zikmu-by-starck-dessous.jpg

Membrane rectangulaire en façade et haut-parleur de basses sous le pied de l'enceinte


Parrot annonce une puissance totale de 100 watts RMS et une réponse en fréquence allant de 50 à 20 000 Hz. La partie sans fil est composée de Wi-Fi b/g, également paramétrable en WPS (avec routeur compatible) et de Bluetooth 2.1 + EDR supportant les profils A2DP et AVRCP.

Sur le terrain de l'audio



La grande particularité des Zikmu de Parrot par rapport à la plupart des autres systèmes testés ici et existants dans le commerce, c'est qu'ils constituent une paire. Et ça, ça change tout. Avoir deux enceintes qu'on peut espacer à sa guise et de 15 mètres au maximum (si si, nous avons essayé, ça marche !) permet d'obtenir une diffusion musicale incomparablement plus généreuse. L'image sonore est nécessairement plus large et réaliste que sur un système monobloc, même s'il dispose de plusieurs haut-parleurs. De surcroit, dans le cas des Zikmu, la diffusion du son vers l'arrière donne un côté omnidirectionnel à l'acoustique assez surprenant. En effet, les ondes rebondissent alors sur le mur et se propagent alors sur les côtés et vers le haut, donnant une amplitude considérable à l'écoute. C'est tout simplement excellent (si les enceintes sont bien disposées) !

0096000004093530-photo-zikmu-by-starck-squelette.jpg
Parrot ne livre pas d'information détaillée sur les transducteurs utilisés, mais on établit que les deux voies du panneau frontal ne peuvent pas dépasser les 7 cm de diamètre, tandis que le haut-parleur de graves fait lui 12,7 cm. Six voies en tout, réparties sur deux enceintes. La qualité audio est-elle là ? Oui, et quel que soit le style de musique écouté. Les enceintes offrent une très belle brillance des aigus, qui soulignent parfaitement les rythmiques de cymbales et renforcent les détails de certains instruments métalliques. Les mediums sont clairs, neutres et précis, restituant avec naturel les timbres de voix. Les basses sont raisonnablement dosées et précises. Pas d'orgie de puissance, mais un coffre assez présent et une réponse plutôt rapide. Tout cela est donc fidèle et équilibré !

Diffusion excellente, son précis et équilibré... et puissance ? Au lieu d'annoncer une valeur maximum qui ne rimerait pas à grand-chose, nous avons fait une mesure à un mètre du niveau de décibels jusqu'à apparition de distorsion audible. Résultat : les Zikmu se cantonnent à 86,5 dB. Ils pourraient monter beaucoup plus haut s'il n'y avait pas toutes ces vibrations : les grilles amovibles en façade, celles à l'arrière, mais aussi le moulage du dock... bref, si le plastique était approprié pour concevoir des enceintes, ça se saurait ! Dommage car les haut-parleurs tiennent jusqu'à environ 92,2 dB avant distorsion... Et il y a encore des chevaux sous le capot, mais pas du tout exploitables. Les vibrations déconnectent de toute façon l'iPhone...

Notes sur l'ergonomie



00FA000004092892-photo-zikmu-by-starck-dock2.jpg
A l'usage, le Zikmu se manipule aisément. On apprécie clairement la connectivité sans-fil double, Bluetooth et Wi-Fi, mais un peu moins les caprices qui vont avec... En mode docké, pas de souci. Le volume et la lecture musicale se pilotent à la télécommande ou depuis l'enceinte qui dispose des commandes équivalentes. On notera juste qu'avec la fonction « secouer et mélanger » activée par défaut, les vibrations à volume élevé (mais pas de façon abusée) active le shuffle... Et on regrette que le volume ne soit pas accessible sur l'écran de l'iPhone.

Les Zikmu ne sont pas compatibles AirPlay, mais il est toutefois possible de leur faire diffuser du contenu sans fil, en Bluetooth (depuis n'importe quel périphérique Bluetooth ou un PC/MAC) ou en Wi-Fi (depuis un PC/MAC uniquement). Une fois les Zikmu enregistrées sur un réseau Wi-Fi, on peut piloter et régler l'ensemble via une interface Web, depuis n'importe quel navigateur d'un dispositif situé sur le même réseau. Notamment depuis Safari sur iPhone. Mais une application aurait été tellement mieux ! D'autant que l'ergonomie est assez sommaire : praticable mais franchement pas plaisant.



Une installation assez laborieuse



00FA000004095830-photo-parrot-audio-config-tool-accueil.jpg
Le recours à l'ordinateur est quasi obligatoire. Pourquoi ? Parce que les Zikmu devront vraisemblablement être mises à jour. Notre modèle était en version 2.0, il nous a fallu l'actualiser en 2.16. Et cette manipulation se fait en Bluetooth ou Wi-Fi, depuis un ordinateur. Mise à jour impérative puisque le streaming en Bluetooth depuis un iPhone était scandaleusement mauvais en 2.0 (coupures, compressions, déformations...), alors qu'il est irréprochable en 2.16.

En Bluetooth, c'est relativement simple : on lance la détection sur les enceintes (appui sur la touche dédiée) et sur l'ordinateur, on rentre le code « 0000 » et c'est fait ! En Wi-Fi, c'est déjà plus compliqué. Il faut d'abord télécharger et installer le logiciel Parrot Audio Suite, qui regroupe Sound Manager et Audio Configuration Tool. Ensuite, deux options : procéder en WPS (appuis simultanés sur les touches WPS des enceintes et du routeur compatible) ou de façon normale. Dans ce dernier cas, le logiciel vous déconnecte du réseau pour se relier au Wi-Fi émané des enceintes, il modifie les paramètres de l'enceinte, reconnecte votre ordinateur au réseau principal et lance la détection des enceintes nouvellement configurées.

0064000004095892-photo-parrot-zikmu-installation-en-bluetooth2.jpg
00AA000004095808-photo-parrot-zikmu-installation-en-bluetooth.jpg
00AA000004095816-photo-parrot-zikmu-installation-en-wifi.jpg
00AA000004095814-photo-parrot-zikmu-installation-en-wifi-2.jpg

Installation en Bluetooth depuis l'iPhone et le PC, installation en Wi-Fi via le logiciel Sound Manager


0096000004095686-photo-zikmu-by-starck-gp-hp2.jpg
Le bouton reset
Bien vu dans l'idée, mais nous avons dû effectuer plusieurs tentatives entrecoupées de « reset » avant de parvenir à nos fins... Sans compter qu'au final, les coupures sont fréquentes et les enceintes basculent alors sur le Bluetooth ou le dock. Mais l'installation du logiciel sert également en Bluetooth, puisque l'Audio Configuration Tool apporte notamment le réglage de l'égaliseur. On regrette en revanche que de nombreuses options restent étonnamment grisées dans l'interface.

0096000004095818-photo-parrot-audio-config-tool1.jpg
0096000004095822-photo-parrot-audio-config-tool3.jpg
0096000004095824-photo-parrot-audio-config-tool4.jpg
0096000004095826-photo-parrot-audio-config-tool5.jpg

Les réglages disponibles (ou pas...) dans l'Audio Configuration Tool


Conclusion


L'heure du glas a sonné, il faut se prononcer sur les Zikmu by Starck de Parrot. Est-ce qu'il s'agit d'un bon dock iPod ? Oui incontestablement. La séparation en deux colonnes avec trois voies chacune et une propagation sonore vers l'arrière permet une diffusion audio d'une amplitude exceptionnelle, incomparablement plus vaste qu'avec un dock monobloc. Résultat : les enceintes remplissent facilement la pièce. Le son est précis et équilibré, la double connectivité sans fil permet une utilisation sans câble simplifiée (notamment entre les deux enceintes qui communiquent très bien entre elles). Mais les Zikmu ont leurs tares. La plus gênante : cette propension à vibrer très rapidement dès qu'on monte le volume. Mais aussi les aléas du Wi-Fi, à l'installation comme à l'utilisation. Ou encore l'interface Web bâclée. Les Zikmu restent un très bon dock dans l'absolu, mais quand on voit ce qu'on peut trouver en Hi-Fi à 1 200 € (un ampli Denon avec des enceintes Cabasse, par exemple), on se dit que le « by Starck » doit compter au moins pour moitié du prix. Bref, à moins d'être très sensible au design, accessoirement fan de Starck, et à l'abri du besoin (doux euphémisme...), il y a mieux à faire avec son argent...

Parrot Zikmu by Starck

Les plus
+ Diffusion sonore ultra ample
+ Bon équilibre de restitution
+ Design (quoi que...) / connectivité sans fil
+ Egaliseur via logiciel
Les moins
- Prix ubuesque !!!
- Vibrations / tenue à haut volume
- Interface Web râtée / installation
- Aléas du Wi-Fi / couleur ?
Qualité sonore
Ergonomie
Fonctionnalités
Finition
2.5





Modifié le 01/06/2018 à 15h36

0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
scroll top