Foodvisor, le Shazam français de la nutrition, à l'assaut du marché américain

15 septembre 2019 à 09h20
4
foodvisor.jpg

L'application française Foodvisor est partie à la conquête du marché américain au début du mois de septembre. Avec un certain succès.

Après plusieurs levées de fond et une implantation à l'international, la start-up est passée de 800 000 à 1,8 million d'utilisateurs entre 2018 et 2019.

Prendre la photo d'un plat pour analyser sa composition

Le principe de Foodvisor est simple : en prenant une photo d'un plat, l'application détermine sa valeur nutritionnelle et sa composition avec l'aide d'un système d'intelligence artificielle. Partant de là, l'application se veut également devenir une plateforme de coaching nutritionnel et dépasser le statut de « Shazam de la nutrition ».


Imaginée dès 2015 par quatre entrepreneurs, l'application est formellement lancée en 2018. Après avoir réussi plusieurs petites levée de fonds et avoir été introduite dans l'incubateur de start-up de Facebook à Paris, Foodvisor a bénéficié d'une levée de fonds d'un million d'euros du fonds d'investissement coréen Kim Ventures, au début de l'année 2019.

Le marché américain en ligne de mire

L'application, également disponible en anglais, peut être téléchargée sur iOS et Android partout dans le monde. La problématique, pour ses créateurs, est d'intégrer les différents plats de chaque pays pour que le système de reconnaissance visuelle fonctionne sans accroche.


Après l'Allemagne, l'Espagne et l'Angleterre, l'application s'adapte ainsi peu à peu au marché américain depuis le début du mois de septembre, qui représente déjà 15 % de ses utilisateurs, explique le Figaro. Une implantation encore progressive, mais qui laisse présager de bonnes augures, notamment grâce au soutien appuyé de Tim Cook et d'Apple, où l'appli a été diffusée en interne.


Source : Le Figaro
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
GRITI
Comment l’application peut-elle savoir quelle matière grasse a été utilisée, ce qu’il y a dans une sauce, si on a pris des ingrédients allegés ou pas etc… Faire la différence entre une quiche avec une pâte à la farine de blé ou à la farine de riz et poix chiche? Etc…
marc6310
C’est de la couille pour bobo cette application. Ceux qui sont vraiment attentifs à ce qu’ils mangent savent exactement ce qu’il y a dans leur assiette sans avoir besoin d’une application qui comme tu le fais remarquer ne peux pas déceler beaucoup de variables non visibles.
Cleindori
Et par rapport à Yuka ?
yalefeu
Bin c’est tout simple<br /> 1°) tu prends une photo de ton plat avec leur appli : ca analyse les ingredients principaux<br /> 2°) tu trempes ton smartphone (coté micro) dans ton plat et là ca analyse les composants (avec ou sans sauce, quel type, …)<br /> Ok , je sors
marc6310
Une application essaye d’analyser un plat pris en photo alors que l’autre (Yuka) se base sur la liste d’ingrédients fournis par les industriels, rien a voir donc. Yuka est bien plus utile et précis.
GRITI
marc6310:<br /> Yuka est bien plus utile et précis.<br /> Je dirais que Yuka a davantage l’air destinée à des produits industriels qu’à du fait maison. Si c’est bien cela, l’utilité sera donc en fonction du type de préparation choisie par l’utilisateur. Tout comme la précision.<br /> Alors que Foodvisor, l’utilité et la précision…comme évoqué plus haut…
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Au Japon, un robot-prêtre délivre des sermons
Des détecteurs robotiques à la recherche de l'énergie noire
Sur Ron : quand l’électrique gagne la course face à au thermique
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Ecouter Spotify sur son aspirateur robot ? Il y a un hack pour ça.
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
Haut de page