L'application Google Agenda s'invite sur iPhone

Après plusieurs mois de développement, Google annonce finalement l'arrivée de son application de calendrier sur le système iOS.

Au mois de novembre, Google publiait une mise à jour de son calendrier sur Android. Plus qu'un organiseur, l'application est désormais capable de scanner les emails puis d'en extraire les informations (billets de voyage, tickets de concert...) afin de suggérer d'emblée la création de rendez-vous.

Outre un nouvel agencement orné de diverses illustrations pour chacun des rendez-vous, Google expliquait que le mécanisme est capable de proposer non seulement l'ajout de la date et de l'heure, mais aussi de récupérer diverses informations complémentaires. L'application peut par exemple afficher le numéro de téléphone, l'adresse ou encore le prénom d'une personne tierce invitée sur un événement commun. Le mobinaute pourra également retrouver le lieu du rendez-vous.

Google précise que son application s'interface avec le calendrier natif d'iOS en y incluant les comptes Microsoft Exchange et iCloud.

Rappelons au passage que Microsoft compte également renforcer sa position sur ce secteur. La firme de Redmond a effectué le rachat de Sunrise, une alternative particulièrement populaire à Google Agenda et disposant d'applications pour Android et iOS.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Freebox Server 3.1.0 : correctifs pour le client BitTorrent
DarNES : Netflix installé sur une console Nintendo NES
Microsoft pourrait accélérer le déploiement des builds de Windows 10
Microsoft corrige les vulnérabilités relatives à la faille Freak
Moto G 4G de 2e génération : nouvelle valeur sûre du milieu de gamme ?
K'isauve : une 1ère clé à la fois USB 3.1 et USB Type-C
Opera renforce la synchronisation et réintroduira un panneau d'extensions
Infos US de la nuit : Tim Cook dément tout projet de rachat de Tesla
Une application pour que
Taxes sur le numérique : les professionnels craignent des effets contre-productifs
Haut de page