L'Europe s'entraîne à la cyber-guerre

05 novembre 2010 à 12h20
0
Cette semaine, les Etats-Unis ont annoncé que leur centre de cyber-commandement était opérationnel. Cette fois, c'est l'Union européenne qui mène des entraînements en vue d'être préparée à une « attaque informatique d'envergure menée depuis l'extérieur ».

00A0000002107296-photo-cyberguerre.jpg
L'Europe vient donc de tester ses défenses informatiques, comme le confirme l'Enisa. 27 pays ainsi que l'Islande, la Suisse et la Norvège ont participé à l'initiative. Selon le Parlement européen, ces attaques successives ciblaient en particulier des services en ligne ainsi que des infrastructures critiques.

L'enjeu de l'opération était de tester la coopération entre Etats et d'envisager une protection commune des réseaux privés et publics. Chacun devait donc trouver les moyens de réorienter correctement le trafic afin d'éviter toute « panne » généralisée.

Cet exercice était placé sous le patronage de l'Enisa, l'agence communautaire chargée de la sécurité des réseaux. Le rôle de cette dernière a d'ailleurs été revu afin qu'elle puisse organiser des poursuites et des sanctions pénales contre les hackers. De même, elle est également chargée d'aider les professionnels pour pouvoir répondre au mieux en cas d'attaque.

Selon l'Union européenne, de nouveaux exercices de ce type seront organisés prochainement. Cette fois, l'OTAN pourrait bien être de la partie...
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Trump suspend les sanctions Obama quant à la consommation des véhicules automobiles
scroll top