Un revenu universel en crypto-monnaie : douce utopie ou vraie bonne idée ?

Cyril Fiévet
Cyberculture
05 juillet 2021 à 10h37
89
Revenu universel

Plusieurs projets non-gouvernementaux tentent de lancer des formes de revenus universels s’appuyant sur des blockchains et des crypto-monnaies. Beaucoup ont déjà échoué, mais d’autres les ont remplacé. Utopie ou vraie bonne idée ?

L’idée d’accorder à tout le monde un revenu universel (« Universal Basic Income », UBI - acronyme plus répandu que notre franco-français RU, pour « Revenu Universel ») n’est pas nouvelle. Depuis plusieurs décennies, en Afrique, au Canada ou en Europe, et même tout récemment (Espagne, Allemagne), des gouvernements nationaux ou locaux ont expérimenté des programmes accordant des sommes régulières aux citoyens quelles que soient leurs situations sociale, professionnelle ou financière. 

Le principe d'UBI s’invite d’ailleurs de plus en plus souvent dans le débat public. En Europe, une vaste étude de l’université d’Oxford montrait en mars 2020 que 71 % des européens sont favorables au principe de l’UBI. Une initiative citoyenne a été officiellement enregistrée en septembre dernier « pour demander à la Commission européenne de proposer un revenu de base inconditionnel généralisé à toute l’Europe ». La pétition, ouverte jusqu’en 2022, a recueillie à ce jour 120 000 signatures. Le sujet est donc dans l’air du temps. Mais il prend une tournure nouvelle en se télescopant aux cryptomonnaies. 

UBI_Yang
Le revenu universel était l’un des thèmes de campagne du candidat à la Maison Blanche Andrew Yang en 2020

UBI et cryptos, un mariage de raison ?

D’un côté, l’UBI vise à transformer la répartition de valeur en éliminant les règles et restrictions habituelles (niveau de revenu, catégorie sociale...). Outre les expérimentations « officielles », le revenu universel se traduit depuis longtemps par une démarche militante et des initiatives citoyennes.

De l’autre côté, les cryptomonnaies ont été créées en opposition au « système » (et souvent par des militants, au moins au début). Elles entendent transformer les processus de création monétaire, étendre la notion de valeur et redonner aux citoyens le contrôle de leur argent tout en leur offrant une nouvelle forme d’indépendance. « Soyez votre propre banque », comme le clame l’adage le plus répandu dans le monde Bitcoin. Et cela s’accompagne d’un mouvement massif pour décentraliser la finance (DeFi), en particulier crédits et emprunts, par le truchement de protocoles et de mécanismes automatisant les processus et éliminant les démarches administratives. Tout cela semble entrer en résonance avec le principe d’UBI, qui vise à redistribuer la valeur de façon systématique et automatique.

UBI_BIEN © © BIEN
Le Basic Income European Network (BIEN) promeut l’idée d’un revenu universel depuis 1986 - basicincome.org

Le rapprochement entre le revenu universel et l’univers des cryptos paraît donc logique, presque « naturel ». Comme l’expliquait en 2019   le blog du Citizen’s Basic Income Trust, une ONG qui milite pour l’UBI depuis 1992 :

« Pour les défenseurs de revenu de base citoyen, les cryptomonnaies présentent un attrait évident. Elles sont aussi universelles que le principe de revenu de base. Pas de frontières, pas de contrôles, pas de banques centrales ou autres intermédiaires corrompus. Et comme une cryptomonnaie peut être créée à partir de zéro, on peut en concevoir une qui correspond parfaitement aux objectifs à atteindre pour le revenu de base du citoyen »

Pour les partisans de l’UBI, les cryptos sont donc perçues comme un facilitateur potentiel. Et c’est sans doute vrai sur le plan technique. Les blockchains sont réputées idéales pour sécuriser des transactions, accroître la transparence et éviter les triches. Le versement de revenus universels implique d’ailleurs de résoudre le problème d’une identité numérique inviolable, pour lequel les blockchains sont considérées comme une voie prometteuse (Identifiants décentralisés, DID ).

Les cryptomonnaies sont également bien adaptées pour distribuer des petites sommes de façon régulière et à frais réduits — contrairement aux autres méthodes. Au plus fort de la crise Covid, le gouvernement des Etats-Unis a plusieurs fois versé à tous les citoyens des sommes forfaitaires sans contrepartie, un « stimulus » qui n’était pas très éloigné d’un « UBI temporaire ». Mais beaucoup de ces sommes furent versées par chèque. Des millions de chèques en papier ont ainsi été envoyés par la poste (et continuaient d’arriver il y a encore quelques semaines). Une méthode jugée archaïque par beaucoup de crypto-fans, qui estime qu'entre les frais d’envois et d’encaissement, l’utilisation de monnaies numériques aurait pu faire économiser des milliards, voire des dizaines de milliards de dollars. 

Blockchains et cryptomonnaies sont en outre souvent présentées comme une solution d’inclusion financière. « Les technologies blockchain peuvent jouer un rôle essentiel pour améliorer l’inclusion financière des personnes non-bancarisées et sous-bancarisées », estimait le cabinet Deloitte en 2018. « Banking the unbanked », autre mantra très prégnant dans la cryptosphère, insiste sur la capacité des cryptos à fournir à bas coût des solutions viables pour les 1,7 milliards d’individus non-bancarisés aujourd’hui.

Précurseurs et projets morts-nés

Pour toutes ces raisons, on constate une forte proximité entre revenu universel et blockchains, et plusieurs projets de « crypto-UBI » sont apparus au milieu des années 2010. Mais certains ont disparu presque aussi vite qu’ils étaient annoncés, et d’autres, bien que plus solides, ont déjà mordu la poussière.

UBI_UBU © © UBU
UBU a disparu

Lancé depuis l'Afrique du Sud, l’ambitieux projet UBU avait imaginé dès 2016 un dispositif innovant pour « monétiser le gaspillage ». L’idée était notamment de réinjecter les produits physiques invendus dans une sorte de second marché reposant sur une monnaie interne au système (UBU), distribuée gratuitement et quotidiennement. Les usagers pouvaient dépenser leurs UBU sur une place de marché offrant des deals et des remises, tandis que des marchands tiers étaient incités à proposer d’autres produits via un second token, UBUx (qui était lui un véritable token Ethereum). Un dispositif complexe qui a fonctionné plus de quatre ans, mais n’a pas survécu à la crise du covid : à l’été 2020, les créateurs d’UBU expliquaient que « compte tenu du climat économique actuel, le projet n'est plus durable ». La start-up afférente a été liquidée et les sites, applications et comptes de réseaux sociaux ont tous été fermés.

D’autres projets paraissent totalement figés. Swift Demand , qui offre 100 Swifts quotidiens à quiconque s’enregistre sur le service, devait lancer sa propre blockchain en 2018 - mais le projet ne semble plus évoluer depuis plus d’un an.

Autre exemple déjà ancien : l'association à but non lucratif Hedge for humanity développe depuis 2015 différents produits et services pour favoriser l’émergence d’un UBI à base de cryptos. Entre 2018 et 2020, l’initiative s’est traduite par la distribution gratuite et régulière de MANNA, « la première crypto-monnaie mondiale conçue pour être distribuée à tout le monde sur Terre selon les principes du revenu de base universel », issue de la blockchain indépendante Mannabase (à ne pas confondre avec MANA, le token de la communauté virtuelle Decentraland). Le projet est actuellement « en sommeil », avant le lancement imminent d’une V2 qui promet de « créer une forme d'argent démocratique, distribuée et équitable » corrigeant les défauts de la première version. Le dispositif s’appuiera notamment sur BrightID , une solution d’identification numérique basée sur une blockchain indépendante, également développée par Hedge.

De son côté, Circles , apparu en octobre 2020, vise à conjuguer UBI, économie circulaire et blockchains. Tout utilisateur validé et « adoubé » par au moins trois autres utilisateurs reçoit sur une base régulière des Circles, qu’il peut utiliser pour échanger biens et services avec d’autres membres de la communauté. Bien que reposant sur une blockchain externe (xDai), le principe se veut différent des cryptomonnaies classiques. « La valeur des Circles est basée sur la valeur apportée par les utilisateurs à la communauté. Si vous vendez votre vélo pour des Circles, ou si vous effectuez une traduction en étant payé en Circles, cette valeur entre dans le système, reste dans la communauté et circule », explique-t-on. La monnaie Circles, dont la valeur va décroître dans le temps, n’est pas destinée à être conservée à long terme mais à être utilisée, si possible comme « moyen de paiement privilégié au plan local, là où réside l’utilisateur ». A ce jour, le projet revendique plus de 200 000 utilisateurs.

UBI + DeFi

Parmi les diverses pistes mises en oeuvre pour créer la valeur nécessaire au versement de revenus universels, la finance décentralisée (DeFi) offre des perspectives nouvelles.

La DeFi se caractérise notamment par des mécanismes de crédit automatisés, ce qui se traduit par des taux d’intérêt récompensant le capital. Plusieurs protocoles, comme Compound ou Aave, rémunèrent ainsi les comptes en stablecoins, avec des taux variables mais jamais nuls. C’est ce principe qu’exploite depuis janvier dernier le projet Good Dollar pour tenter d’initier un revenu universel via un mécanisme à la fois astucieux et simple : les internautes désireux de soutenir la cause de l’UBI envoient des cryptos stables (DAI) dans un smart contract et les dividendes récupérés après avoir fait « travailler » cet argent sont reversés équitablement aux bénéficiaires de l’UBI sous forme de revenus récurrents. 

UBI_GoodDollar © © Good Dollar
Le mécanisme de Good Dollar - © GoodDollar

Après vérification d’identité, n’importe qui peut ainsi recevoir chaque jour 7 ou 8 GoodDollars (G$), un token Ethereum provenant des intérêts accumulés. Ces versements sont facilités par le réseau Fuse , porté par sa propre blockchain et autorisant des transactions à très faibles frais. Les supporters du système peuvent retirer leurs DAI à tout moment et n’ont rien perdu (si ce n’est le manque à gagner s’ils avaient eux-mêmes placé cet argent sur un compte rémunéré ; ils récupèrent toutefois également des G$ en contrepartie). Le dispositif est encore balbutiant mais fonctionne : en avril 2021, 17 millions de G$ ont été distribués et plus de 38 000 porte-monnaie ont été créés. En moyenne 86 000 utilisateurs, dont 40% résidant en Asie du Sud-Est, utilisent le dispositif quotidiennement. Les sommes sont encore faibles (environ 10 000 $ distribués gratuitement au total depuis le début, dont 3 230 $ en avril, sachant que le G$ n’est pas encore coté sur les marchés). Mais le projet, porté par le PDG de la plate-forme de trading eToro, s’ouvrira bientôt à d’autres protocoles pour dégager des bénéfices additionnels à redistribuer.

Autre projet notable, la plate-forme Kleros lançait en mars 2021 son projet de revenu universel, sous la forme d’un token Ethereum baptisé $UBI. Une quantité variable de tokens est envoyée au fil de l’eau à toute adresse dûment validée par l’intermédiaire de Proof of Humanity , un dispositif décentralisé de gestion des identités numériques. Initialement, l’idée est de verser à tout humain un revenu lié au temps, à raison de 1 $UBI par heure, donc 720 $UBI par mois (soit 410 $, au cours actuel du token). Là aussi, le projet s’appuie d’une part sur des briques déjà développées (Kleros est un protocole de résolution de dispute basé sur des blockchains) et sur la DeFi (les utilisateurs peuvent être récompensés pour fournir de la liquidité aux marchés via le bureau de change décentralisé Uniswap, rendant le token plus accessible).

UBI_Proof © © Proof of humanity
Proof of Humanity, clé de voute du token $UBI

Si tout cela est encore embryonnaire, les initiatives privées ou citoyennes mariant UBI et cryptos semblent donc gagner en maturité, et pourraient même (peut-être) inspirer des gouvernements. 

Il est difficile d’estimer à ce stade si ces projets réussiront et, surtout, s’ils pourraient se généraliser à large échelle. Mais ils explorent des pistes inédites. A tout le moins faut-il reconnaître que blockchains, smart contracts et DeFi permettent d’inventer de nouveaux modèles de création et de distribution de valeur. Après tout, qui aurait imaginé lors de l’apparition de Bitcoin en 2009 qu’il existerait une douzaine d’années plus tard près de 10 000 cryptomonnaies pesant 2 500 milliards de dollars ? 

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
89
45
malak
«&nbsp;Il est difficile d’estimer à ce stade si ces projets réussiront&nbsp;»<br /> Je trouve que c’est plutôt facile… non ils ne réussiront pas.<br /> On passe à autre chose? <br /> C’est toujours marrant de voir des charlatans prôner le bien de tous alors qu’ils font ça en premier lieu pour s’enrichir personnellement sur le dos d’autrui.<br /> Les projets qui ont «&nbsp;échoué&nbsp;» n’ont pas échoué pour tout le monde…
KlingonBrain
Un revenu citoyen est une évidence dans un monde ou l’automatisation devient omniprésente et ou l’on constate que le chômage de masse irrésorbable ne fait que croître dans la durée.<br /> Hélas, une bonne partie de la classe politique raisonne encore dans le déni des troubles de société engendrés par l’informatisation. Et les problèmes de société tels que la délinquance s’accumulent.<br /> Mais les initiatives privées tels qu’une crypto monnaie «&nbsp;avec des morceaux de revenu citoyen&nbsp;» n’ont pas grande chance de succès. Et cela pour une raison simple, c’est que c’est une forme d’impôt.<br /> Et il ne faut pas être naïf, c’est pas dans la mentalité du monde fric de partager volontairement.<br /> Raisonnablement, l’avènement du revenu citoyen ne peut être que le fruit d’un processus politique.
tangofever
CQFD et qui dit crypto-monnaie dit systèmes informatiques ce qui laisserait un tiers voir plus sur le carreau.
tux.le.vrai
je ne vois pas bien comment c’est financé, crypto ou € !<br /> A part de l’impot, je vois pas d’autres solution.<br /> Il n’y a pas déjà assez d’aides ? on voit déjà des restaurants qui préfèrent rester fermer plutôt que d’ouvrir …<br /> Tout le monde n’est pas motivé par le travail, alors, si on gagne de l’argent sans travailler, autant continuer à vivre sur le dos de ceux qui se font avoir, et donc qui travaillerait encore avant que tout le système ne s’écroule.
tux.le.vrai
(Tiens, en parlant de Crypto, j’ai pas vu d’article aujourd’hui citant le fameux Elon Musk qui dit à présent que le Bitcoin, c’est nul, ça consomme trop d’énergie, et qu’il refuse le paiment de ses voitures en bitcoin )
carinae
Pour être plus précis il a dit que les bitcoins ne seraient plus utilisés pour payer des Tesla car cela pollu trop pour l’instant. 80% du minage est fait en Chine et ils utilisent beaucoup de charbon pour l’électricité… Pas vraiment vertueux tout ça
carinae
Je ne sais pas si la classe politique est dans le déni mais en tout cas il y a une réalité économique et financière. Certains pays où régions sont considérés comme étant dans des situations de plein emploi donc pourquoi pas les autres ? Et puis comment financer tout ça ?: C’est sur que c’est facile de quémander quand il s’agit de l’argent des autres… Je ne suis pas vraiment sur que le revenu universel soit une si bonne idée de que ça. Ça va pousser certains a en faire encore moins… Et encore on ne compte pas les aides … a moins de tout supprimer…<br /> Bref d’un point de vue aussi bien technologique que psychologique ou économique ce n’est pas gagné… On a vu ce que cela donnait avec l’URSS. «&nbsp;Le capitalisme reparti mal les richesses, le socialisme également la pauvreté&nbsp;»
BossRreynolds
UBI - acronyme plus répandu que notre franco-français RU, pour « Revenu Universel »<br /> avant le lancement imminent d’une V2 qui promet de « créer une forme d’argent démocratique, distribuée et équitable »<br /> « la première crypto-monnaie mondiale conçue pour être distribuée à tout le monde sur Terre selon les principes du revenu de base universel »<br /> Swift Demand , qui offre 100 Swifts quotidiens à quiconque s’enregistre sur le service<br /> après avoir fait « travailler » cet argent sont reversés équitablement aux bénéficiaires de l’UBI sous forme de revenus récurrents.<br /> Après vérification d’identité, n’importe qui peut ainsi recevoir chaque jour 7 ou 8 GoodDollars (G$), un token Ethereum provenant des intérêts accumulés<br /> Le dispositif est encore balbutiant mais fonctionne<br /> En moyenne 86 000 utilisateurs, dont 40% résidant en Asie du Sud-Est, utilisent le dispositif quotidiennement.<br /> l’idée est de verser à tout humain un revenu lié au temps, à raison de 1 $UBI par heure, donc 720 $UBI par mois (soit 410 $, au cours actuel du token)<br /> qui aurait imaginé lors de l’apparition de Bitcoin en 2009 qu’il existerait une douzaine d’années plus tard près de 10 000 cryptomonnaies pesant 2 500 milliards de dollars ?<br /> En Europe, une vaste étude de l’université d’Oxford montrait en mars 2020 que 71 % des européens sont favorables au principe de l’UBI. Une initiative citoyenne a été officiellement enregistrée en septembre dernier « pour demander à la Commission européenne de proposer un revenu de base inconditionnel généralisé à toute l’Europe ».<br /> Un revenu universel en crypto-monnaie : vraie bonne idée ?<br /> Cela veut dire que plus il y a d’investisseurs souhaitant miser sur une crypto monnaie et plus la valeur de cette dernière augmente<br /> il est temps de s’inscrire sur tout les sites pour profiter de l’offre… GRATUITE<br /> PS : l’utilisation de monnaies numériques aurait pu faire économiser des milliards, voire des dizaines de milliards de dollars.
cirdan
Alors Cluclu, même pas un petit article sur le revirement de Musk concernant le bitcoin ? Dommage, c’est une info croustillante (et surprenante) <br /> Le Monde.fr – 13 May 21<br /> Elon Musk annonce qu’il n’acceptera plus de bitcoins pour payer ses Tesla et...<br /> Le deuxième homme le plus riche du monde, qui défendait jusqu’ici l’usage de la devise, avance des arguments environnementaux. Le cours a reculé de 12&nbsp;%.<br />
malak
La seule chose de surprenante dans cette info, c’est que Tesla ai réussi à convaincre Musk d’arrêter cette stupidité… c’est pas Musk de lui-même, on a du lui foutre son nez dans sa merde pour qu’il se rende compte que ça pue.
KlingonBrain
Je ne sais pas si la classe politique résonne dans le déni mais en tout cas il y a une réalité économique et financière<br /> La réalité économique et financière, c’est qu’on finance déjà les inactifs, même si on ne veut pas se l’avouer.<br /> La vraie réalité, c’est qu’ils sont au chômage parce que personne n’a besoin d’eux. Et ça non plus, on ne veut pas se l’avouer. On préfère les faire tourner à chercher du boulot qui n’existe pas et se raconter de vieux clichés sur les «&nbsp;fainéants&nbsp;» parce que personne n’ose changer le système.<br /> Certains pays où région sont considérés comme dans des situations de plein emploi donc pourquoi pas les autres ?<br /> Parce qu’il faut regarder la vraie réalité des pays qui sont soit disant en plein emploi.<br /> Dans un certain nombre de cas, ça cache un système qui ne comptabilise pas vraiment les chomeurs. Comme aux USA, soient disant en plein emploi, avec un nombre monstrueux de gens aux «&nbsp;bons alimentaires&nbsp;». Tout simplement pas cohérent…<br /> Deuxième cas de figure, des pays à monnaie sous cotées. Ce qui favorise l’emploi… du moins tant qu’on s’endettera pour acheter leurs produits. Vu l’ampleur de la dette, il est facile de comprendre que quelqu’un sera floué au bout du compte…<br /> Il y a d’autres cas de figure comme les artefacts de niche de marché.<br /> Et puis comment financer tout ça ?: C’est sur que c’est facile de quémander quand il s’agit de l’argent des autres…<br /> Un grande partie du travail est fait aujourd’hui par des machines.<br /> Ce qui se produit sans travail peut se redistribuer sans travail…<br /> Il faut comprendre que le but d’un système économique est de redistribuer la richesse produite.<br /> Avec la mécanisation, sans revenu citoyen le système économique n’est plus viable. Il se déséquilibre progressivement et l’on peut craindre un écroulement.<br /> Pour ceux qui ont peur qu’on prenne leur argent, les possédants ont tout à perdre d’aller à l’écroulement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le revenu citoyen commence à être discuté dans les plus hautes sphères, c’est à dire bien au dessus de l’état français.<br /> Je ne suis pas vraiment sur que le revenu universel soit une si bonne idée de que ça. Ça va pousser certains a en faire encore moins… Et encore on ne compte pas les aides … a moins de tout supprimer…<br /> Bref d’un point de vue technologique que psychologique ou économique ce n’est pas gagné…<br /> En faire encore moins… mais c’est justement le but.<br /> Rappelons que l’humanité n’a jamais été aussi productive. Et de très, très très loin.<br /> Avant la révolution industrielle, 70% des gens bossaient dans les champs. Ils sont aujourd’hui moins de 2% grâce aux machines.<br /> De plus, une grande partie de la production humaine, c’est de l’inutile.<br /> Nous polluons la planète pour avoir 50 marques de réfrigérateurs, des centaines de modèles d’automobiles différents.<br /> l’humanité se porterait t’elle vraiment plus mal en produisant moins et en produisant mieux ?
BossRreynolds
J’avoue reste à trouver un bon générateur électrique combustion à l’éthanol… zut ça existe pas, dites les chercheurs ce serrais bien de le créé. et pour faire de la Cryptomonnaie évidemment, c’est renouvelable et économique et presque gratuit. mais bon question pour PC gourmands en électricité et vue que l’avenir est «&nbsp;tout électrique&nbsp;». : L’électricité est-elle l’énergie du futur ?<br /> on pourra tous s’investir dans la cryptomonnaie ainsi et recevoir ses UBI v2<br /> bon même si celui ci (prototype) est extrêmement intéressant : A 17 ans, Vincent Degryse invente un groupe électrogène révolutionnaire
KlingonBrain
J’avoue reste à trouver un bon générateur électrique combustion à l’éthanol. … zut ça existe pas, dites les chercheurs ce serrais bien de le créé.<br /> Sisi, ça existe.<br /> C’est juste que si tu utilise du bioéthanol pour faire de la crypto, bientôt une bonne partie de l’humanité va crever de faim.<br /> C’est d’ailleurs le gros problème des biocarburants, c’est qu’ils entrent en compétition avec la culture destinée à l’alimentation humaine.<br /> Et le marché se moque des considérations humaines. Si alimenter le réservoir d’essence du riche paye plus que de nourrir le pauvre au fin fond d’un pays du tiers monde, c’est le plus riche qui aura priorité.<br /> bon même si celui ci (prototype) est extrêmement intéressant : A 17 ans, Vincent Degryse invente un groupe électrogène révolutionnaire.<br /> Il faut savoir que c’est un domaine qui est ultra étudié par des ingénieurs expérimentés depuis des décennies.<br /> Un bon conseil, faites étudier la question par un ingénieur formé en thermodynamique avant d’investir…
UncleJul
Salut Clubic, elle est où l’annonce comme quoi Tesla refuse le paiement en bitcoin car trop polluant ?
tracking_shield
Difficile de lire un article à ce sujet sans voir la moindre mention de Cardano. On parle de la ~4eme crypto en terme de market cap, avec justement un solide projet de DID.
BossRreynolds
merci pour votre réponse.<br /> Les chercheurs sont effectivement au travail :<br /> Futura<br /> Le CO2 transformé en acide formique pour stocker l'énergie renouvelable<br /> Le CO2 atmosphérique est en grande partie responsable du réchauffement climatique que nous vivons actuellement. Des chercheurs proposent aujourd’hui de recycler ce CO2 en acide formique dans un...<br /> en Image satellite on en est là :<br /> Futura<br /> Gaz à effet de serre : CO2 ou méthane, quel est le pire ?<br /> Le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4) sont tout les deux des gaz à effet de serre. Le premier reste dans l’atmosphère une centaine d’années tandis que le second n’y séjourne qu’une...<br /> espérons que les accords de Paris tiens sa promesse. mais en attendant il faut des revenus pour financer et je pense que la cryptomonnaie mondiale bien étudier peut financer des projets de grande envergure.<br /> Maintenant une monnaie universel à un sens aujourd’hui même si cela induit une charge de consommation électrique (qui est importante jusqu’au jours ou on ferra de la cryptomonnaie via son smartphone…).<br /> des recherches innovantes : Puits de carbone : où sont-ils et comment fonctionnent-ils ?<br /> et nous cherchons encore mais les résultats sont là :<br /> EDF France – 20 Jul 15<br /> Réduire les émissions de CO2 : les solutions<br /> alors oui a la cryptomonnaie et non au gâchis du papier (même recyclé industriellement)
kroman
Ça nous coûtera peut être moins cher si on donne de l’argent virtuel aux non productifs
Krypton_80
Business AM – 13 May 21<br /> Le minage de Bitcoins consomme 8 fois plus d'énergie que Facebook et Google...<br /> Ce n’est plus un secret, l'essor du Bitcoin et des autres cryptomonnaies s'accompagne d'un lourd tribut environnemental. Les chiffres du site<br />
pecore
Ce qui serait surprenant c’est qu’un homme aussi intelligent que Musk découvre seulement maintenant que le bitcoin pollue. Et bien sur, il n’en est rien, pour Musk je veux dire.<br /> Concernant le revenu universel en cryptos, il y a deux obstacles majeurs : il n’y a pas de cryptomonnaie reconnue mondialement pas les états et tout le monde, tant s’en faut, n’est pas favorable à l’idée d’un revenu universel. Tant qu’on aura pas surmonté ces deux obstacles cela restera un serpent de mer. Autant dire que ce n’est pas près d’arriver.
cirdan
Je suis d’accord que le loup ne devient pas facilement végétarien, mais bon, il peut y avoir des prises de conscience tardives… «&nbsp;soupir&nbsp;».
BossRreynolds
mais comme dit dans l’article : près de 10 000 cryptomonnaies pesant 2 500 milliards de dollars ?<br /> si dans le futur on équivaudra une cryptomonnaie par individu imaginons, et que cette cryptomonnaie permet a son détenteur de subvenir à son avenir. mais cela n’est qu’une idée futuriste, mais en un monde virtuel il aurait une carte bancaire efficace. Jusqu’à aujourd’hui le Bitcoin et les autres monnaies pèsent tout de même des Milliards, des sommes considérables non ? : Investir dans la crypto monnaie en 2021 : mode d’emploi<br /> Historiquement première monnaie virtuelle créée en 2008, en réponse à la crise économique qui frappe le monde
BossRreynolds
«&nbsp;Les mineurs ont donc besoin de PC toujours plus puissants qui consomment beaucoup d’énergie.&nbsp;»<br /> bientôt se serra la faute des Gamers, des physiciens et de la Nasa ou SpaceX, ou à cause de l’IA et des banques informatisées ou banque numérique et son Livret A ou PEL ou de la votre, mais les chemin se croiseront sur le sujet crypto qui n’est pas encore décrypter au public<br /> dernière info :<br /> Les premières pollutions sont apparues lorsque que les hommes ont accumulé de grandes quantités de déchets sur un même lieu. C’est donc avec la sédentarisation (abandon du nomadisme et fixation en un lieu), il y a environ 11.000 ans, et l’accroissement démographique que le phénomène de pollution est apparu<br /> Futura<br /> Depuis quand l'homme pollue-t-il l'environnement?<br /> Les premières pollutions sont apparues lorsque que les hommes ont accumulé de grandes quantités de déchets sur un même lieu. C’est donc avec la sédentarisation (abandon du nomadisme et fixation en...<br /> et pour vous rassurer sur l’électricité (et ses termes KW/h) très bien expliqué :<br /> EDF France – 20 Jul 15<br /> Que peut-on faire avec 1 kWh ?<br />
Anon001
Et la cryptomonnaie libre Ğ1 (à prononcer june) dans tout ça ?<br /> En France on a des idées mais elles sont encore peu répandues, parlons-en (j’espère ne pas faire trop pub).<br /> Elle repose sur une théorie mathématique «&nbsp;la théorie relative de la monnaie&nbsp;» élaborée par Stéphane Laborde et dont la dernière version a été publiée en 2012.<br /> Cette théorie garantit qu’un utilisateur membre de la toile de confiance coproduira et recevra au cours de sa vie la même part de monnaie Ğ1 qu’un autre membre au cours de la même durée, quelle que soit sa date d’entrée dans la toile de confiance (que ce soit 1 an, 50 ans après ou plus).<br /> La toile de confiance est un moyen de garantir qu’un compte membre est rattaché à une seule personne physique tout en gardant l’indépendance (pas de contrôle d’un état, ni de banque…).<br /> Pour y entrer, il faut, entre autres, obtenir la certification d’au moins 5 membres (chaque certification est valable 2 ans). Les certifications peuvent s’obtenir lors d’apéros monnaie libre qui sont aussi organisés en vue d’aider les nouveaux à utiliser le(s) logiciel(s) permettant de gérer les comptes.<br /> Concrètement que se passe-t-il une fois membre ?<br /> Chaque jour vous coproduisez une part de monnaie, le Dividende Universel (DU), qui apparaît sur votre compte membre.<br /> Actuellement 1 DU vaut 10,32 Ğ1 mais sa valeur augmente 2 fois par an (à chaque équinoxe) selon un taux de croissance fixé par la théorie relative de la monnaie.<br /> Un non membre peut quand même créer un portefeuille et utiliser les Ğ1 (qu’il peut obtenir par la vente de biens ou services à des membres) mais ne sera pas coproducteur de la monnaie.<br /> La Ğ1 est née en mars 2017 et compte à ce jour un peu plus de 3000 membres principalement français (plus si on compte les non membres qui l’utilisent aussi).<br /> Elle n’a pas trop souffert de la crise sanitaire (le nombre de membres a stagné sans baisser) et se montre énergétiquement sobre (un raspberry pi suffit à calculer un bloc de transaction).
BossRreynolds
«&nbsp;C’est pour ces raisons que les centaines de crypto-monnaies existantes à ce jour ne sont pas de véritables monnaies mais essentiellement des instruments de spéculation ou de blanchiment. Or les fonctions d’échange et de spéculation ne sont pas compatibles dans la mesure où la première requiert la stabilité du court tandis que la seconde requiert au contraire une forte volatilité.&nbsp;»<br /> Monnaie libre.
lefranstalige
Ce projet rassemble tout ce qui ne va pas dans la finance et les cryptos<br /> Revenu Universelle =&gt; ou comment inciter les gens à ne rien f**tre et diluer le pouvoir d’achat de ceux qui bossent<br /> DeFi avec SmartContract =&gt; Finance décentralisée qui n’a de décentralisée que son nom et à la sécurité informatique douteuse<br /> Basé sur le crédit =&gt; moralement ultra douteux.<br />
ManuMike
Tout a fait d’accord! Mais si on a pas besoin de plein de gens, il est sûrement temps d’instaurer l’enfant unique mondial également?
Hell_Nino
Presse-citron – 13 May 21<br /> Bitcoin&nbsp;: pourquoi Tesla a subitement changé d'avis ?<br /> En moins de 24 heures, Tesla a changé de cap, vers une nouvelle stratégie. Explications.<br /> Est. reading time: 4 minutes<br />
burnit
C’est pour notre bien, comme pour le mensonge covide avec la participation des médias, comme pour imposer la prison numérique, tout est toujours pour notre bien, mais le mensonge n’a jamais été une preuve de bienveillance.<br /> N’avaient-ils pas promis que la technologie nous rendrait la vie meilleure ?
bennukem
Tiens, je vais m’amuser à accepter les bitcoin à mon business voir c’est utilisé. Certainement un client sur 2000 haha
popernik
Il fait du pump and dump mais tu es trop dumb pour comprendre … Maintenant il va bientôt autoriser les paiements des Tesla en Dogecoin … Un Shitcoin meme coin pour faire la même chose pump and dump …
carinae
Je suis d’accord sur un certain nombre de choses… mais ceci étant ce que tu dis signifie un changement radical du paradigme économique…<br /> Et la ce n’est pas gagné. Moi je pense plutôt qu’on devrait mieux accompagner ceux qui n’ont pas de boulot en les formant a des métiers où il manque de bras plutôt que d’entretenir des gens a rien faire… La valeur"travail" doit retrouver sa place.<br /> De même pour la production, a mon sens le problème n’est pas la production de 50 frigos différents mais plutôt la façon de les produire. Un peu plus de considération écologique dans les productions industrielles ne ferai pas de mal🤔
fg03
Quelle belle oxymore… le bitcoin social<br /> Les crypto monnaies sont le chantre de l’ultralibéralisme elles ont réussi à se passer des banques et des états qui avaient la main mise sur la monnaie fiduciaire.<br /> La on veut juste faire à l’instar du greenwashing, rendre la crypto tendance, lui coller une image vertueuse qui «&nbsp;take care&nbsp;» du social… c’est de la poudre de perlinpinpin comme dirait l’autre.
keyplus
pour la cryptomonaie ca verra le jour quand les ordinateurs quantique seront au point<br /> pour le ru je suis pour en bon achat nourriture electicite gaz eau avec des vrais methodes de controles
Hyuril
lol on appelait ça dans le temps de «&nbsp;la roupie de sansonnet&nbsp;»
cfievet
Plusieurs commentaires évoquent le tweet de Elon Musk sur Bitcoin. Rien à voir avec le sujet de mon article ici présent mais rappelons tout de même que Musk a simplement dit deux choses : 1/ Tesla conservera ses bitcoins et 2/ Tesla compte bel et bien accepter les paiements en Bitcoin quand le mining sera plus ”vert”.<br /> Puisque le sujet semble intéresser, voici une petite sélection d’analyses récentes, émanant toutes d’experts sur ce sujet :<br /> “Se contenter de regarder la consommation totale d’énergie de Bitcoin et la diviser par le nombre de transactions n’a aucun sens”.<br /> Nic Carter, May 2021<br /> Harvard Business Review – 5 May 21<br /> How Much Energy Does Bitcoin Actually Consume?<br /> It’s a trickier question than you might think.<br /> “Ces chiffres suggèrent que les banques centrales sont beaucoup plus polluantes que Bitcoin, voire plus polluantes que le pire délinquant industriel que vous puissiez imaginer. Bitcoin, par implication, fait partie des technologies les plus vertes que l’humanité ait jamais inventées”.<br /> Peter St. Onge, May 2021<br /> CoinDesk – 13 May 21<br /> St. Onge: What’s the Carbon Footprint of Fiat Money? - CoinDesk<br /> Central banks, and the economy they enable, are the most polluting institutions. Bitcoin, by stealing monetary power, can be carbon negative.<br /> “Bitcoin consomme / émet moins de la moitié de ce que fait l’industrie minière d’or, et moins d’un cinquième de ce que font les succursales bancaires et distributeurs de billets de banque”.<br /> Hass McCook, May 2021<br /> Bitcoin Magazine: Bitcoin News, Articles, Charts, and Guides<br /> A Comparison Of Bitcoin’s Environmental Impact With That Of Gold And Banking<br /> The impacts of gold and banking on the environment relative to Bitcoin are much greater than mainstream narratives suggest.<br /> Le Texas, la nouvelle “Mecque” des mineurs Bitcoin : “Nous avons choisi le Texas parce qu’il nous offre certains des tarifs d’électricité les plus bas au monde et que la majorité provient de sources renouvelables, à savoir l’énergie éolienne et solaire”.<br /> Jessie Willms, May 2021<br /> Bitcoin Magazine: Bitcoin News, Articles, Charts, and Guides<br /> How Texas Is Becoming A Mecca For Bitcoin Miners<br /> Access to unique power sources and friendly regulations are driving bitcoin mining companies to set up shop in Texas.<br /> “Un monde avec Bitcoin est un monde qui, à l’équilibre, génère plus d’électricité à partir de sources renouvelables sans carbone”.<br /> Brett Winton, April 2021<br /> https://wintonark.medium.com/bitcoin-mining-impact-on-renewable-uptake-fc91c5aa9be0<br /> “Dans un monde sans Bitcoin, l’excès d’énergie [en Chine] serait utilisé pour faire fondre de l’aluminium ou serait simplement gaspillé”.<br /> Nic Carter, May 2020<br /> CoinDesk – 19 May 20<br /> Nic Carter: The Last Word on Bitcoin's Energy Consumption - CoinDesk<br /> What people fail to consider when they criticize Bitcoin's electricity footprint, according to our columnist.<br /> “Une part importante de la consommation d’énergie de Bitcoin est générée à partir de ressources renouvelables. Bitcoin stimulera l’innovation dans le développement de technologies et de ressources d’énergie renouvelable. Bitcoin consomme de l’énergie qui est autrement gaspillée, sinon brûlée dans l’atmosphère”.<br /> Parker Lewis, August 2019<br /> Unchained Capital – 16 Aug 19<br /> Bitcoin Does Not Waste Energy - Unchained Capital<br /> Put a price on economic stability and the economic freedom a stable monetary system provides; that is the true justification for the amount of energy bitcoin should and will consume.<br />
Feladan
On le répétera jamais assez : l’automatisation et l’informatisation n’est pas un gage de réduction d’emploi, il serait même plutôt créateur.<br /> C’est un raccourci non prouvé. De nombreuses études, montrent en réalité un nombre d’emploi créés supérieurs aux emplois détruits. Même si effectivement il est difficile de l’affirmer.<br /> Par exemple, le rapport du COE conclut que «&nbsp;l’impact de l’automatisation des tâches routinières sur la demande de travail à long terme est positif&nbsp;».<br /> D’autres rapports comme le rapport Servoz indique que «&nbsp;la révolution numérique a non seulement créé beaucoup plus d’emplois qu’elle en a détruit mais a aussi amélioré la qualité des emplois et des services&nbsp;».<br /> D’ailleurs, le groupe Randstad France a mis en ligne des données de corrélation entre robotisation et chômage et en conclue qu’il n’y a pas de rapport direct. Et ca serait même le contraire qui se vérifie petit à petit, plus il y a robotisation, plus le chômage baisse (c’est pas une réalité claire pour tous les pays, c’est une tendance moyenne)<br /> Bref, l’impact de l’informatisation/robotisation/AI à venir, MODIFIE le marché du travail, sous entendu que les compétences se déplacent, mais cela à plus tendance aujoud’hui à créer plus d’emplois que cela en détruit.<br /> Il est normal d’avoir peur pour les activités qui vont disparaitre et de s’en inquiéter, car tout le monde ne peut pas se reconvertir. Mais il est aussi important de noter qu’in fine, la balance création/destructions d’emplois semble positive. Après il est clair que ça amène d’autres soucis, comme par exemple le fait que l’éducation doit suivre les compétences…
Palou
cfievet:<br /> “Bitcoin consomme / émet moins de la moitié de ce que fait l’industrie minière d’or, et moins d’un cinquième de ce que font les succursales bancaires et distributeurs de billets de banque”.<br /> Hass McCook, May 2021<br /> Tout l’art de la manipulation des mots…<br /> En sachant qu’il n’y a pas 1% de Bitcoin en circulation dans le monde, cela prouve bien que cela consomme bien davantage en réalité que l’industrie aurifère et les banques
cfievet
Aucune «&nbsp;manipulation des mots&nbsp;». La consommation de Bitcoin n’est liée ni aux nombre de transactions, ni au nombre d’utilisateurs. Si les 3/4 des humains de la planète utilisaient Bitcoin, il ne consommerait pas beaucoup plus d’énergie (à fortiori avec des systèmes de niveau 2, type Lightning Network). Suivez les liens indiqués, lisez des explications réelles sur le fonctionnement de Bitcoin, et peut-être aurez-vous une opinion un peu moins superficielle.
cfievet
Commentaire amusant, vraiment.<br /> Revenu universel : chacun son opinion, mais la vôtre est minoritaire (plus de 2/3 des européens sont pour le RU).<br /> DeFI : si, si, c’est bien décentralisé (essayez, vous verrez) ; les smart contracts des protocoles les plus populaires sont multi-audités par des organismes tiers ; beaucoup de protocoles sont d’ailleurs OpenSource et le code est public ; il faut toujours être prudent, surtout avec de nouveaux protocoles exotiques, mais malgré tout rien de «&nbsp;douteux&nbsp;» là-dedans.<br /> Crédit : c’est la partie la plus amusante, vu que toutes les monnaies fiat que vous utilisez, comme l’euro et le dollar, sont essentiellement basées sur le crédit. «&nbsp;Moralement douteux&nbsp;» ?
lefranstalige
cfievet:<br /> Revenu universel : chacun son opinion, mais la vôtre est minoritaire (plus de 2/3 des européens sont pour le RU).<br /> Evidemment que les gens sont pour. Avoir l’assurance d’avoir de l’argent à vie sans rien faire… c’est top!. On connait un pays qui l’a utilisé avec succès?<br /> cfievet:<br /> Crédit : c’est la partie la plus amusante, vu que toutes les monnaies fiat que vous utilisez, comme l’euro et le dollar, sont essentiellement basées sur le crédit. « Moralement douteux » ? <br /> Ma vision est que le modèle actuelle (Banques Centrales, Reserves fractionnaires, etc) est en train de se briser et qu’il sera remplacé par Bitcoin.
kyrios
C’est effectivement surprenant, mais intelligent ne signifie pas savoir tout sur tout.<br /> Beaucoup de gens s’intéressent à la tech mais pas forcément à ses conséquences. Par exemple, si je prend le cas de mon smartphone, je sais que ca production à engendré des émissions de gaz à effet de serre, je sais qu’il contient des métaux rares parfois en quantité trop faible pour être récupérable lors du recyclage. recyclage qui nécessite des produits chimiques et qui engendre aussi des gaz à effet de serre. Donc hors utilisation et recharge, il a déjà une sacré empreinte environementale. Laquelle? J’en ai aucune idée. Je ne doute pas que Musk savait que les cryptomonnaies ont un coût environmental. Sans doute n’en avait-il pas pris la mesure.<br /> L’intérêt des cryptomonnaies est justement qu’elles ne sont pas contrôlées par les états. Les états vont tenter de mettre en place leurs propres cryptomonnaies - peut-être y réussiront-ils - mais qu’est-ce que ça apportera comme avantages aux citoyens ?<br /> Les politiques ont beau jurer ma main sur le coeur qu’ils sont concernés par le changement climatique, afficher des ambitions pour réduire les émissions… Dans les faits, leurs actes vont à l’encontre de ces belles paroles. On parle Green Deal, et juste après on renouvelle la PAC sans tenir compte des impacts environnementaux, on signe des accords de libre échange qui ne sont pas mieux, on envisage les cryptomonnaies, on incite à la sortie du nucléaire et on pousse à la construction de centrales au gaz (voir même au charbon) pour pallier l’intermittence des nouvelles ENR…
kyrios
Revenu Universelle =&gt; ou comment inciter les gens à ne rien f**tre et diluer le pouvoir d’achat de ceux qui bossent<br /> Il y a déjà de très nombreux moyens de profiter du système, donc les gens qui ne veulent vraiment rien foutre n’ont pas besoin du revenu universel pour vivre sur des allocations sans se bouger le cul.<br /> Il s’agit là d’une MINORITE de personnes et il n’y a aucune raison que cela change avec un revenu universel, d’ailleurs aucun des tests qui ont été faits jusqu’à présent n’ont fait part d’une augmentation du nombre de glandeurs.<br /> Quand on a énormément de temps mais pas d’argent on fini vite par s’emmerder. Faut pas croire qu’un RBU c’est un jackpot qui tombe chaque mois !<br /> Les machines ont remplacé de nombreux emplois peu qualifiés et on créés quelques emplois plus spécialisés qui ne sont pas forcément accessibles à tous. L’intelligence artificielle va faire pareil. Tout cela ne va faire qu’augmenter le nombre de chomeurs. Le chomage qui est une allocation qui pourrait être remplacé par un revenu de base (en tout cas si il était alloué par l’état, dans le cas de ce projet je suis d’accord que c’est pas pareil).<br /> Le revenu de base pourrait être une réponse à cette problématique, il permettrait aussi à des ménages mono-parentaux de ne pas devoir cumuler les jobs pour arriver à nouer les deux bouts en fin de mois et dégagerait un peu de temps pour se consacrer à ses enfants, cela permettrait à des personnes harcelées à leur travail mais qui ne peuvent se permettre de claquer la porte car c’est leur seule source de revenus de quitter cet enfer. Certaines personnes ont des idées mais développer un projet nécessite souvent du temps qu’on a pas quand on bosse à temps plein et tous le monde ne peut se permettre le luxe de quitter son job pour se lancer sur un nouveau projet sans une sécurité minimale… sécurité offerte par le revenu de base ! Finalement, il y a des personnes qui pourraient s’investir dans le bénévolat ou dans des activités caritatives. En cas de coup dur, le revenu de base est aussi une petite sécurité qui pourrait éviter à certaines personnes de tomber dans la précarité (et donc de devenir à charge de la collectivité).<br /> Pour moi les avantages potentiels sont largement suppérieurs au fait qu’une minorité va en profiter pour glander et ne rien faire.<br /> Je peux même aller plus loin, en admettant que nous nous mettions tous à devenir des glandeurs, les entreprises devraient se montrer plus attractives pour attirer les talents (et il n’y a pas que l’aspect financier qui compte pour améliorer les conditions de travail, donc ca ne leur coûterait pas forcément plus cher). Cela permettrait aussi de lutter contre les emplois précaires. Ca améliorerait la qualité de vie des gens qui pourraient réduire leur nombre d’heures de travail et du coup ca réduirait le chômage puisque les entreprises devaient engager plus (pour un nombre total d’heures prestée inchangé).<br /> Bref, je suis certainement trop optimiste mais je voulais montrer que le raisonnement est certainement bien plus complexe que dire ca va inciter les gens à ne rien foutre !
lefranstalige
Je connais la théorie… mais au final, qui paie? on crée de l’argent à partir de rien =&gt; chaos assuré. Via l’impôts? quoi, encore plus d’impôts? les entreprises et les travailleurs iront simplement ailleurs. C’est petit à petit ce qui se passe déjà vu qu’on n’aime pas trop l’argent en France, Belgique, etc. Il faut taxer les moyens et gros salaires de plus en plus. Au final, qui paie ce revenu universel si les contributeurs s’enfuient?
Palou
cfievet:<br /> « Moralement douteux »<br /> Pourquoi ? le Bitcoin n’est pas moralement douteux ?
kyrios
Quand un revenu de base inconditionnel est mis en place, il remplace la plupart des autres allocations et primes (chômage, allocations familiales, primes de naissance, pension légale, etc.)<br /> La gestion de chaque système à un coût (qui y a droit où pas, quand est-ce que ça prend fin, comment calculer le montant en fonction de la situation, etc.). Passer d’un multitude de systèmes différents à un système permet des économies d’échelle et la simplification en permet d’autres (plus besoin de vérifier si un personne y a droit puisque c’est d’office pour tout le monde, plus besoin de calculer le montant selon la situation puisque c’est le même pour tous).<br /> Le reste du financement c’est comme à chaque fois un problème politique.<br /> Si on en croit la presse belge les travailleurs belges sont les plus taxés au monde et les entreprises belges figurent aussi parmi les plus taxées<br /> LaLibre.be – 29 Apr 21<br /> Le Belge est le travailleur le plus taxé au monde<br /> La charge fiscale sur les salaires a fortement diminué en 2020, atteignant son plus bas niveau depuis 2000, sous l'effet d'une baisse généralisée des revenus mais surtout de l'augmentation des transferts directs aux familles, selon un rapport de...<br /> LaLibre.be – 23 Nov 17<br /> Les entreprises belges restent parmi les plus taxées au monde<br /> Seule la France taxe davantage ses sociétés en Europe. Les effets du "tax shift" restent limités.<br /> Pourtant les contributeurs ne s’enfuient pas, les gens ont besoin de manger, de se chauffer, de se loger, les magasins ont besoin d’être livrés, etc.<br /> Si il y bien l’une où l’autre entreprise qui menace de délocaliser et qui le fait parfois, ça n’aneantira jamais l’activité économique. Il y aura toujours quelqu’un pour fournir les produits et services dont la population à besoin et qui se fera de l’argent avec.<br /> Certains riches Français ont quitté la France à cause de l’impôt sur la fortune. La France n’a pas fait faillite pour autant. La Belgique a accueilli certaines de ces fortunes et n’a pas vu son PIB grimper pour autant.<br /> Il s’agit juste d’un système de répartition des richesses. Le système Belge est profondément injuste et inefficace (on taxe le travail et les entreprises) mais le niveau de vie moyen des gens et le niveau d’activités économique n’est pas si différent de celui de ses voisins.<br /> Autre chose il y a quelques années après la crise financière, l’état Belge a décidé de plafonner les salaires des grands patrons des entreprises publiques en les revoyant largement à la baisse.<br /> Certains se sont alarmés en disant qu’on ne trouverait plus de personnes compétentes pour diriger ces entreprises, pourtant force est de constater qu’elles sont toujours là, qu’elles ne se portent pas plus mal qu’avant et cerise sur le gâteau que les salaires des dirigeants d’entreprises équivalentes mais privées ont (légèrement) diminués depuis.
pecore
Il peut être tentant en effet de reconnaitre qu’il n’y plus assez de travail pour tout le monde, surtout pas des emplois non ou peu qualifiés et donc de remédier à cela en créant une catégorie de «&nbsp;chômeurs volontaires&nbsp;» que l’on payerait le minimum vital pour ne pas chercher d’emploi et rester oisif. Sans doute que beaucoup y ont pensé, à commencer par Barjavel dans la Nuit des Temps. Sur le papier cela solutionnerait de nombreux problèmes.<br /> En pratique cela en créerait encore plus. Déjà les oisifs seraient méprisés et détestés par les travailleurs qui sont aussi les payeurs d’impot. Ensuite comme cela a été dit plus haut, avoir beaucoup de temps mais peu de moyen pour le meubler, ce n’est pas très utile et c’est la porte ouverte à la délinquance, tant pour s’occuper que pour gagner plus. Il y aurait des communautés d’oisifs qui s’entasseraient dans des logements pour partager le loyers, l’abonnement, le chauffage, internet, Netflix et j’en passe ce qui créerait une grande insalubrité et des nuisances diverses. Et enfin, celui qui a dit que l’oisiveté est mère de tous les vices ne disait pas que des bêtises car il n’y a rien de plus désocialisant et de plus abrutissant que de ne pas avoir de travail pendant longtemps.<br /> Tout cela existe déjà mais cela exploserait si on se mettait à encourager les gens à ne pas travailler en les rémunérant pour le faire. Créer de nouveaux emplois peu qualifiés, même à partir de rien, même très subventionnés, vaudrait beaucoup mieux.
KlingonBrain
Je suis d’accord sur un certain nombre de choses… mais ceci étant ce que tu dis signifie un changement radical du paradigme économique…<br /> Et la ce n’est pas gagné.<br /> C’est effectivement un changement radical. Et la difficulté est grande, car cela va complètement à l’opposé de la culture que nous avons reçu… Une culture qui date de millénaires d’économie agricole et manuelle. Il y aura tout à inventer et de nombreux problèmes à résoudre.<br /> Mais c’est pourtant un choix vital. Un retard de décision serait lourd de conséquences en entraînant un antagonisme contre productif entre l’homme et le robot. Cet antagonisme produirait de mauvais compromis pour préserver l’emploi humain et des freins mortels à l’innovation et au développement des robots.<br /> Les pays qui sauront prendre les bonnes décisions avant les autres prendront le leadership, car le robot possède une productivité sans commune mesure avec l’homme.<br /> Mais surtout, pendant que les robots travaillent, l’homme peut innover. Et l’innovation, c’est l’enjeu du 21ième siècle.<br /> Aujourd’hui, posséder le leadership de l’innovation vaut plus que des millions de bras.<br /> Et la ce n’est pas gagné. Moi je pense plutôt qu’on devrait mieux accompagner ceux qui n’ont pas de boulot en les formant a des métiers où il manque de bras plutôt que d’entretenir des gens a rien faire… La valeur"travail" doit retrouver sa place.<br /> C’est impossible.<br /> Aujourd’hui, nous ne disposons plus des emplois nécessaires à une demande qui se chiffre maintenant à un paquet de millions de demandeurs. Et les chiffres sont vraisemblablement sous estimés car tous les demandeurs ne sont pas inscrits à pôle emploi.<br /> Cela ne fera qu’empirer dans le futur. Car le numérique va s’attaquer dans les années qui viennent à de nouveaux emplois grâce aux progrès récents de l’intelligence artificielle.<br /> Mais ce n’est pas en se ruinant en formation et subventions pour tenter à tout prix d’occuper quelques emplois «&nbsp;non pourvoyables&nbsp;» à la marge qu’on résoudra le problème de l’emploi.<br /> D’ailleurs, l’utopie de la formation et de l’accompagnement, n’est ce pas ce que l’on fait depuis des décennies ? Ne serait t’il pas temps de réaliser que ça ne fonctionne pas et que le chômage de masse augmente régulièrement et massivement ?<br /> Bref, il faut sortir du déni, comprendre que «&nbsp;la valeur travail&nbsp;», c’est le passé. Que les parti politiques nous vendent de la démagogie qu’on voudrait entendre et qu’il faut accepter le changement pour vivre avec son temps.<br /> D’ailleurs, au sujet des partis qui nous vendent cette fameuse «&nbsp;valeur travail&nbsp;» et fustigent ce qu’ils appellent «&nbsp;assistanat&nbsp;», demandez vous ce qu’ils ont reussi à améliorer quand ils étaient au pouvoir.<br /> Maintenant, ce qu’il faudrait faire : D’abord, cesser d’endetter le pays pour financer des formations inutiles, pour subventionner de l’industrie de bras devenue non rentable, ou a faire tourner les gens à la recherche d’emplois inexistant.<br /> Tout cet argent, nous le gaspillons au lieu de l’investir dans la création d’industries modernes entièrement automatisées.<br /> Et si on veut espérer créer de l’innovation, il faut cesser d’occuper inutilement le temps des gens à chercher du travail qui n’existe pas.<br /> En France, j’ai vu des gens s’extasier sur le fait que des chercheurs sans emploi se résignent à livrer des pizza alors que leur formation nous à coûté une fortune et qu’ils peuvent facilement s’expatrier. Si on ne change pas de mentalité, nous sommes morts.<br /> De même pour la production, a mon sens le problème n’est pas la production de 50 frigos différents mais plutôt la façon de les produire. Un peu plus de considération écologique dans les productions industrielles ne ferai pas de mal<br /> Cela n’engendrera qu’un résultat marginal.<br /> Parce que la production actuelle n’est plus conditionnée par le nombre de bras, mais par la quantité d’énergie disponible. Si une production consomme moins d’énergie, cette énergie servira juste à produire d’autre choses. La science du marketing sait inventer tous les jours de nouveaux besoins (parce que les gens ont besoin de travailler). Donc au final, on arrivera à la même consommation énergétique et la même utilisation des ressources.<br /> J’ai souligné plus haut le fait que l’homme produit aujourd’hui le nécéssaire avec très peu de travail.<br /> Mais le système n’a jamais évolué pour s’adapter à cela. Et il continue d’obliger l’homme à travailler coûte que coûte.<br /> Au fur et à mesure que l’homme devient plus productif, il lui faut inventer de nouveaux besoins pour survivre, de moins en moins utiles, de plus en plus futiles. Et cela malgré le fait que l’humanité produit largement assez pour vivre.<br /> Notre système engendre donc une incitation à la surproduction. Et c’est ce qui constitue une grande partie du problème écologique actuel.<br /> Pire, il se trouve que passé un certain stade, il se développe même ce qu’on pourrait qualifier d’activité nuisible, voir extrêmement nuisible. Je n’ai pas le temps de développer ici ce sujet malgré le fait que c’est un problème de société qui devient absolument colossal.
Marc_Menier
Entièrement d’accord, c’est tellement réducteur de penser que le revenu universel va créer des oisifs. C’'est un minimum pour vivre, voire survivre mais il est clair que dès qu’on veut un peu de luxe ou de vacances, le travail sera nécessaire. Au moins un revenu universel permettrait d’éviter de tomber dans la précarité pour certains en cas de coup dur (cela n’arrive pas qu’aux feignants) et à d’autres de travailler un peu moins pour prendre plus de temps de qualité, auprès de ses enfants par exemple.<br /> Quand on voit que certaines familles monoparentales avec un job à temps partiel doivent passer par l’aide alimentaire, c’est juste triste et ce ne sont pas des feignants, c’est par exemple la caissière qui vous sourit malgré tout et supporte parfois votre mauvaise humeur…
pecore
Un revenu universel va créer des oisifs car sous couvert de fournir à tous de quoi vivre décemment, il s’agira en fait d’inciter des personnes à ne pas travailler, pour qu’on ne les compte plus comme des demandeurs d’emploi. Cela conduirait à la création d’une catégorie de «&nbsp;chômeurs professionnel&nbsp;».<br /> Je l’ai écris plus avant, ce n’est pas tant que l’idée soit mauvaise en soi mais mal exécutée elle créerait une foule de problèmes bien pires que ceux qu’elle est censé régler.<br /> D’autre part cela officialiserait un triste constat de notre société qui en gros ne serait plus en mesure de fournir du travail pour tous, ce de manière systémique et sans qu’il soit possible d’y faire quoi que ce soit.<br /> Edit : Donc établir un revenu minimum pour ces raisons serait reconnaitre qu’il y a un problème d’emploi mais qu’on y peut rien. Donc en gros traiter les symptômes en laissant se développer la maladie et appeler ça une solution.<br /> Enfin vouloir faire adopter une mesure très controversée et à laquelle beaucoup de personnes et de pays sont hostiles au moyen des cryptomonnaies qui sont elles même très controversées et auxquelles beaucoup de personnes et de pays sont hostiles, j’avoue que la logique m’échappe. Le but des partisans du revenu universel devrait être de générer de l’adhésion, pas de se créer de nouveaux détracteurs.
Blackalf
La Finlande a testé le revenu universel sur un groupe de la population pendant 2 ans…le hic, c’est que selon certains c’est positif, et selon d’autres c’est négatif, et ils s’appuient sur les mêmes chiffres.
Guillaume1972
Me voila rassuré, moi qui pensait que l’on avait perdu madame soleil…En 2009, tu devais faire parti de ceux qui pensaient que le BTC ne depassearait jamais les 50€, peut-etre faisait tu aussi parti de ceux qui pensaient que la Chine ferait à jamais partie des pays en voie de développement. Heureusement que tout le monde n’est pas aussi bloqué que toi ou bien ceux qui ont mit un j’aime parce que je pense que nous serions encore à la préhistoire. Je pense que les rageux vont réagir mais je m’en contrefout. Après tout, si ils ont du temps à perdre…
Guillaume1972
Du temps pour s’instruire, voyager, s’occuper davantage de ses enfants, développer ses réseaux sociaux, pourquoi pas créer une entreprise, reprendre des études…Je pense que parmi sont qui sont à la chaîne ou caissières (Je n’ai absolument rien contre ses catégories mais généralement l’on cite ces boulots, il y a bien sûr d’autres catégories) 8 heures par jour ne seraient contre une réduction de leur temps de travail (avec un revenu universel)afin de pouvoir faire autre chose.Ceux qui sont contre devraient faire preuve d’un peu d’empathie et d’essayer de se mettre à la place des nombreuses personnes qui seraient pour une réduction de leur temps de travail. Je pourrai également citer tout ceux qui ne s’épanouissent pas dans leur boulot ou tout ceux qui ne veulent plus bosser pour des «&nbsp;patrons&nbsp;»… Là où je voulais en venir, c’est que je pense que beaucoup de personnes pourraient être intéressés par un Revenu Universel.
pecore
Le problème dans ce que tu dis c’est que tu ne prends en concidération que les personnes ayant un motif légitime ou louable de vouloir bénéficier du revenu universel en occultant toutes les personnes qui chercherons tout simplement à profiter. Tu pourras tabler sur une explosion du travail au noir par exemple, avec les personnes qui toucherons double salaire de cette manière. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. Si les mesures sociales n’ont plus la cote ce n’est pas tant parce que les gens sont plus égoïstes qu’avant mais parce qu’ils ont vu tout un tas de mesures similaires être détournées au profit de personnes qui ne le méritent pas, faute d’y avoir suffisamment réfléchi au moment de la mise en place.<br /> Quant au travail partiel dont tu parles, il disparaitrait au contraire purement et simplement avec le revenu universel. Pourquoi s’embêter à bosser à temps partiel si l’on peut gagner d’avantage ou autant en restant chez soi.
MattS32
+1. On peut aussi noter que l’un des impacts que pourrait avoir le RU, c’est de revaloriser les salaires en fonction de la pénibilité du travail.<br /> Aujourd’hui, les employeurs profitent du fait que les gens ont besoin de travailler pour vivre pour sous-payer certains emplois non qualifiés (je pense notamment aux métiers du ménage, mais aussi aux livreurs, aussi bien de colis que de repas…). Avec le revenu de base, il faudra rémunérer convenablement ces métiers pour que des gens acceptent de les faire.<br /> Et pour le financement de tout ça, il y a une méthode simple et efficace, financer par l’émission de monnaie : chaque année, on émet de quoi payer le RU à tout le monde (bon, ça c’est un résumé simpliste, c’est un poil plus co. L’impact évident, c’est une perte de valeur de la monnaie. Mais cet impact ne touchera que les plus riches, ceux qui ont un gros capital qui va perdre de la valeur. Pour les autres, le revenu annuel sera largement supérieur à la perte de valeur de leur capital.<br /> Et pour limiter les abus, on pourrait aussi envisager qu’une partie du RU soit versée de façon à ne pouvoir financer que certains types de dépenses (loyers/prêts immo, gaz, électricité, eau, alimentation, carburant). Mais de toute façon il ne devrait pas y avoir trop d’abus, car il faudra quand même forcément que des gens bossent pour faire tourner l’économie, et c’est l’attractivité des salaires dans les professions essentielles qui assurera d’avoir assez de candidats (et on pourrait même en cas de trop de candidats imposer des limitations horaires pour que tous ceux qui veulent travailler puissent le faire).
pecore
Tu laisserais les employeurs décider d’eux même d’un salaire minimum ! Tu as d’avantage foi en la nature humaine que moi.
MattS32
En quoi le fait de ne pouvoir fournir du travail pour tous est un triste constat ? La finalité de l’être humain est-elle de passer sa vie à travailler pour enrichir les actionnaires de son employeur ?<br /> Il n’y a absolument RIEN d’anormal à ce que la société ne fournisse pas assez de travail pour occuper tout le monde à plein temps. Au contraire même, plus on arrive à satisfaire les besoins et envies de l’humanité avec un minimum de travail, mieux c’est, ça laisse plus de temps pour profiter de la vie et faire ce dont on a vraiment envie… C’est beaucoup plus intelligent que de chercher à occuper un maximum les gens, quitte à leur faire faire n’importe quoi (les fameux «&nbsp;bullshit jobs&nbsp;» pour reprendre l’expression de Graeber), comme on le fait aujourd’hui.
MattS32
N’oublie pas la subtilité qui change tout : les gens n’auraient plus besoin de travailler pour vivre décemment.<br /> Donc non, ce ne sont pas les employeurs qui décideraient du salaire minimum. Enlever le besoin de travailler, c’est redonner du pouvoir aux employés, qui ne se retrouvent plus soumis à une sorte de «&nbsp;marche ou crève&nbsp;». Il va falloir que les postes soient rémunérés à la hauteur de leur pénibilité pour que des gens n’ayant pas besoin de travailler acceptent de prendre ce job.
pecore
Et donc nous serons d’accord sur le fait de ne pas être d’accord. Qu’une société permette de réduire le temps ou la charge de travail pour tous, je veux bien et encore, jusqu’à un certain point. Mais que tout le monde soit sensé travailler pour apporter sa contribution à la société me semble normal et sain, tant pour des raisons d’équité entre les individus que pour maintenir le tissus social.
MattS32
pecore:<br /> tant pour des raisons d’équité entre les individus que pour mintenir le tissus social.<br /> D’accord à la limite sur la question de l’équité. Mais dans ce cas il faut réduire le temps de travail et interdire de faire plus, pour que tout le monde puisse en avoir. Est-ce vraiment une bonne façon de faire ? J’en doute. Parce qu’il peut justement y avoir des gens qui vont avoir envie de faire plus, pour se payer plus de loisirs et de biens, alors que d’autres veulent se contenter du strict minimum… Alors pourquoi imposer aux premiers de travailler moins que ce qu’ils veulent pour permettre aux seconds de travailler plus que ce qu’ils veulent ? L’équité est assurée par le simple fait que travailler garanti d’avoir plus (le RU étant versé à tous, pas que à ceux qui ne travaillent pas) que ne pas travailler.<br /> Quand au tissu social, là je suis pas du tout d’accord. Il n’y a absolument pas besoin de travailler pour sociabiliser. Bien au contraire, travailler moins, c’est avoir l’occasion de sociabiliser beaucoup plus, avec des gens qui ont des intérêts communs, via des clubs de loisirs, des associations, etc…<br /> Le travail est aujourd’hui pour beaucoup le principal lieu de sociabilisation, mais c’est uniquement parce que c’est le lieu où on passe le plus de temps, pas parce que c’est le lieu le plus adapté à la création de liens sociaux. Loin de là même, puisque le gros du temps qu’on passe au travail, on le passe à travailler justement, pas à sociabiliser… Perso je m’en rends d’ailleurs bien compte en ces temps de pandémie et de restrictions des relations sociales : ce qui me manque, ce n’est absolument pas mes relations avec mes collègues, qui n’ont somme toute pas changé des masse, malgré le télétravail, mais bien mes relations avec tous les autres, les copains de l’école que je voyais encore régulièrement, les gens de mes deux clubs de sport, des anciens collègues avec qui j’ai gardé le contact (certes, collègues, mais anciens : ce n’est donc pas le travail qui maintiens mon lien social avec eux, le travail n’a été que l’occasion de les rencontrer, j’aurais pu faire des rencontres «&nbsp;équivalentes&nbsp;» si j’avais passé une partie de mes 40h de boulot hebdomadaires dans des clubs et associations…).
benben99
Encore une fois, ça serait bien d’ajouter un avertissement pour indiquer que la cryptomonnaie est un «&nbsp;investissement&nbsp;» dangereux.
Brobok
Sérieusement, on avait déjà compris que les lobbies du crypto-banditisme c’étaient installé chez clubic pour faire de la pub et autres publi-reportages bidons, mais là ça frise le ridicule, vue le nombre d’image publicitaires et fromages bidons fournies d’avance. «&nbsp;Revenu universel&nbsp;» ? gros FdG, sur le dos de la planète ? vous allez fabriquer vos cryptos avec des éoliennes ? en y injectant toutes les aides économiques des états, comme Tesla aux US ? que les enfants payerons dans 20 ans ? C’est une course en avant suicidaire qui ne crée rien et ne mène qu’à une catastrophe économique.
Necron
Ce que je me demande, c’est qui voudrait faire caissier ou tout autres métiers pénibles si ils peuvent rester chez eux et toucher RU ?<br /> Cela pose problème car certains de ces métiers sont difficilement automatisables et pourtant indispensable.
MattS32
C’est justement un énorme problème de nos sociétés actuelles : le travail est rémunéré en fonction du nombre de personnes pouvant le faire et non en fonction de ce qu’il apporte à la société.<br /> Ceux qu’on a appelé la «&nbsp;première ligne&nbsp;» pendant la crise sanitaire, ils sont indispensables au fonctionnement de la société et relativement mal payés. Et plus on monte dans l’échelle hiérarchique, moins les gens sont indispensables et plus ils sont payés…<br /> Pourquoi ? Parce que les dirigeants profitent du besoin de travailler des gens pour leur faire faire le «&nbsp;sale boulot&nbsp;» à pas cher, en parasitant les revenus produits par ce «&nbsp;sale boulot&nbsp;».<br /> Avec le RU, tu réduis ce besoin de travailler. Donc les dirigeants vont devoir revaloriser les salaires des ces boulots de première ligne pour qu’ils continuent à être fait. Le RU t’assures en effet juste de quoi vivre décemment, tandis que le salaire en plus c’est ce qui va t’assurer tous les extras, sorties, voyages, etc… En valorisant suffisamment les métiers pénibles, tu trouveras assez de gens près à les faire pour pouvoir se payer des extras. D’autant plus que le travail n’étant pas nécessaire pour vivre, il devient possible de le rendre moins pénible en travaillant moins : faire caissier 10h par semaine pour se payer quelques sorties, c’est pas la même pénibilité que faire caissier 35h par jour et n’en tirer que de quoi faire tout juste métro-boulot-dodo.
Necron
Oui mais ça suggère que les prix vont augmenter : si les caissiers sont payés plus généreusement, ou qu’il en faut plus pour tenir la même caisse car ils ne font que 10h hebdomadaires, cela va mécaniquement faire grimper les prix des grandes surfaces et donc diluer le pouvoir d’achat.<br /> A cela il va falloir ajouter le coût monstrueux de la R&amp;D car qui voudrait faire des études longues d’ingénieur si ils peuvent simplement pendre un emploi comme caissier pour avoir de quoi sur venir à leur besoin. Quelqu’un qui ferait l’effort de devenir ingénieur / chercheur va demander un salaire très important. Qui va donc se répercuter sur le produit final.
MattS32
Necron:<br /> A cela il va falloir ajouter le coût monstrueux de la R&amp;D car qui voudrait faire des études longues d’ingénieur si ils peuvent simplement pendre un emploi comme caissier pour avoir de quoi sur venir à leur besoin. Quelqu’un qui ferait l’effort de devenir ingénieur / chercheur va demander un salaire très important. Qui va donc se répercuter sur le produit final.<br /> Non, pas nécessairement. Pour les prix, ça ne les fera pas forcément augmenter, parce que cette hausse des salaires essentiels peut se financer en grande partie par une baisse des salaires des moins essentiels.<br /> Quand aux salaires des ingénieures, quelqu’un qui fait un boulot qu’il aime, même si ça a nécessité des longues études, n’exigera pas forcément d’être payé plus que quelqu’un qui fait un métier pénible, même ne nécessitant pas de qualification… C’est le cas aujourd’hui, mais parce que notre société est construite comme ça. Il faut changer de paradigme. Le salaire ne doit plus être corrélé au niveau d’étude et au rang hiérarchique, mais à l’utilité pour la société.<br /> Clairement, perso, tu me proposes aujourd’hui de faire caissier 35h par semaine pour le même salaire que mon boulot actuel d’ingénieur, où je passe souvent plus de 40h, c’est niet, malgré les heures en moins… Dans une société avec RU, j’accepterai sans problème d’être moins payé à l’heure qu’un caissier.
Babpocket
Avant tous merci pour ces précieux conseils, perso je débute dans la crypto.<br /> J’ai réussi à faire quelques gains via une plateforme qui me promettais bien plus que ce que j’ai pu gagner, mais néanmoins qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier<br /> Aujourd’hui au vu de l’actualité je ne peux m’empêcher de songer à reprendre mes billes temps que j’en ai et je reconnais que vos conseils me sont précieux. Bitmap me semble pas mal mais en consultant les commentaires de différents blogs, je ne sais plus vraiment quoi en penser. Je suis preneur de conseils de dernières minutes car je compte sélectionner une plateforme de change dès cette semaine<br /> Merci à vous …
UncleJul
Pour les hackers c’est déjà la réalité.
chicour
Imaginez un revenu universel de 1000e. Perso j’accepte de perdre 600e par mois pour être tranquille. Je pense que beaucoup feraient comme moi. Je pense à tous les gens dans les centres d’appels, tous ceux qui ont des métiers fatiguant, abrutissant et payés au lance pierre à 1100 1300e. Combien de 80% y gagneraient davantage.<br /> Bref les manager du vent bien emmerdés à ne manager personne. Gagner de l’argent c’est bien, vivre c’est mieux<br /> Sachez en plus qu’avec 300k en ville on peine à se loger. À la campagne avec 150 vous êtes bien et avec 300 ou 400k vous avez villa avec piscine.
max_971
Il faudrait se mettre d’accord sur le monde entier où il y aurait une organisation qui fixe le minimum vital pour chaque habitant de la terre : manger 3 repas (selon le minimum nutritionnel), se vêtir, se loger et se déplacer.<br /> Une fois le minimum vital établi, on peut travailler pour avoir de la nourriture en plus, des vêtements de meilleur qualité, avoir un logement plus grand, avoir un moyen de locomotion individuel plus grand.<br /> On supprime l’héritage pour que tout le monde part à égalité.<br /> C’est une utopie, on peut toujours rêver.
MattS32
max_971:<br /> On supprime l’héritage pour que tout le monde part à égalité.<br /> Ça c’est un peu rude, car quand tu perds tes parents, perdre en plus par exemple la maison familiale où tu as tous tes souvenirs d’enfance, c’est dur.<br /> Et quand les parents ont économisé toute leur vie pour avoir un petit quelque chose à transmettre à leurs enfants, c’est injuste d’empêcher cette transmission.<br /> Mais par contre, il y aurait beaucoup à faire sur la fiscalité des héritages, au delà d’un certain montant (disons par exemple au delà de l’équivalent d’un an de revenu moyen, sans compter la résidence principale) ça devrait être bien plus taxé (voire même 100% au delà d’un certain seuil, pourquoi pas).
ar-s
La chine est en train de bannir toutes les fermes de cryptos… Une DES raisons de la fin du bullrun.
ar-s
J’aime bien Kraken
_Troll
Si on donne le RMI a tout le monde, qui le financera ? Et quelle serait la valeur de se RMI ? Juste assez pour manger et louer une habitation ou plus ? Pour que les robots travaillent a la place des gens, il faudra attendre encore un bon bout de temps. Meme pour les travaux les moins qualifies il n y a encore pas de robot.
pecore
J’ai déjà listé plus avant les raisons qui me laissent penser que l’UBI est une idée absurde, voire dangereuse. Mais je ne suis pas inquiet, il faudrait que les états tombent d’accord sur le principe et avant que cela n’arrive les poules mâcherons du chewing-gum.
xeno
Plus de la moitié de la richesse mondiale est détenu par une vingtaines de personnes, on se bat pour des miettes.<br /> En l’état actuel l’argent n’a plus aucun sens si ce n’est que de faire de nous des esclaves.
xeno
Détrompe toi, cela fait plus de 15 ans que la technologie existe et a été validé pour ne plus avoir de caissiers, il suffit juste de passé avec le caddie rempli de course.<br /> Mais ce n’est pas mis en place pour éviter la disparition du métier et une certaine grogne, il n’y a qu’à voir ce qu’il s’est passé lorsque le premier magasin s’est équipé d’un ilot de self scanning ou il suffit d’avoir juste une hôtesse de caisse cela à été trèès compliqué.
Urleur
pas encore mais surement que plus tard tout se feras comme dans les films, en credit républicain ou impérial (clin d’oeil à un film), mais numérique la monnaie.
chabgyver
Très mauvaise idée selon moi, si un jour, il y a un gros piratage ou pire, si la possibilité d’accéder à son portefeuille est conditionnée par je ne sais quel caprice gouvernemental ou si cette monnaie subit une vague spéculative trop forte parfois due à la seule décision d’une seule personne (Elon Musk pour ne pas le citer), alors, on se retrouvera à poil.<br /> Une dernière chose, la monnaie électronique est liberticide dans le sens où le moindre centime perçu sera connu des services fiscaux, je ne dis pas que de faire du black est bien mais a t-on nécessairement besoin de tout déclarer ? Et bien avec la monnaie électronique, ça sera pourtant le cas.
sas-seb
Actuellement, on pourrait déjà verser le revenu universel sur le compte bancaire de chaque citoyen. Pas besoin de crypto-monnaie.<br /> La monnaie numérique (sous forme de crypto-monnaie) est un faux problème. Cela reste un outil monétaire. Il ne crée pas en soi de la richesse (sauf par spéculation, et dans ce cas, cela devient un monstre, une chimère de l’ultra-capitalisme, et on tombe sur un schéma instable sans visibilité sur le futur). La crypto-monnaie ne peut en aucun cas financer un revenu universel pour des dizaines de millions de citoyens.<br /> Le revenu universel est un partage d’une partie des richesses produites annuellement par le pays (PIB) entre tous les citoyens. Autrement dit, le RU serait financé par l’impôt et les taxes récoltés par l’Etat. Ça l’est depuis toujours pour financer le service public, les aides sociales, etc.
sas-seb
Un revenu universel de 500€ / mois pour tous les citoyens adultes en France est possible pour un coût de 25 milliards d’€ net / an (soit environ 1% du PIB autant dire rien du tout).<br /> Et ceci en conservant toutes les aides sociales (chômage, retraite, allocations CAF, AAH, APL, etc) excepté le RSA et la prime à l’emploi qui disparaitraient car devenus redondants.<br /> Aussi, le barème de l’impôt sur le revenu serait généralisé à 30% et débuterait dès le 1er euro gagné au-dessus du revenu universel (soit dès 501€ / mois).<br /> On pourrait même se dispenser de financer les 25 milliards d’€ net / an, juste en augmentant le taux de l’impôt sur le revenu généralisé à 32% (au lieu de 30%). Ainsi, on ne touche pas au 1% du PIB.<br /> Toutes les explications officielles ici : Comprendre le "socle citoyen" – Un revenu universel pour 2021 - GenerationLibre
pecore
chabgyver:<br /> a t-on nécessairement besoin de tout déclarer ?<br /> Besoin, sans doute pas. Obligation morale et légale, oui. Et quel serait selon toi le degré de «&nbsp;triche&nbsp;» acceptable, 10%, 30%, 70% ?<br /> Pour toi «&nbsp;liberticide&nbsp;» c’est t’enlever la liberté de frauder et tu considères que ce serait injuste de le faire ? Drôle de mentalité. A titre personnel je serai très content que la monnaie électronique fasse disparaitre la fraude fiscale, le travail dissimulé, les trafics en tous genre, la corruption, j’en passe et des meilleures. Bref que des choses qui sont DÉJÀ interdites depuis bien longtemps et qui ne sont donc PAS des libertés que l’on peut revendiquer.
pecore
D’accord avec toi sauf que si l’on applique cela état par état le RU sera très différent d’un pays à l’autre, le PIB étant lui même très différent d’un pays à l’autre. Pour être juste il faudrait faire une moyenne mondiale du PIB de chaque pays et ensuite verser à chacun une sommes correspondant à un pourcentage de cette moyenne divisé par le nombre de bénéficiaires. Mais là encore il y aurait inégalité, le cout de la vie étant lui aussi très variable d’un pays à l’autre, une même somme peut permettre de vivre confortablement dans un pays et ne même pas te permettre de te loger dans un autre.<br /> J’avoue que je ne vois pas de solution.
chabgyver
Evidemment qu’il y aun devoir légal et moral, je ne dis pas le contraire mais imagine qu’un ami t’aide à construire ton escalier, t’a pas trop de fric, tu n’a pas les moyens de payer un pro, mais tu as un ami qui sait faire le taf, il te demande rien si ce n’est quelques binouzes, la moindre des choses, c’est de lui filer la pièce.<br /> Franchement, on a tous connu une situation semblable non ? On roule pas tous sur l’or.<br /> D’ailleurs puisqu’on parle de devoirs moraux, l’Etat est très très loin d’être exemplaire à ce niveau-là donc voler un voleur, est-ce voler ? Un bon sujet de philo, vous avez 4H.<br /> Que nos pouvoirs publics commencent déjà par montrer l’exemple et après on verra.<br /> Et puis il y a une différence entre planquer des millions dans des paradis fiscaux et se constituer un petit bas de laine en douce.
chabgyver
Effectivement, il n’y a pas réellement de solution, et si une monnaie électronique remplaçait complètement la monnaie fiduciaire, je pense qu’il faudrait s’attendre à la création de monnaies locales comme il en existe déjà ici et là, même en France.
Palou
chabgyver:<br /> D’ailleurs puisqu’on parle de devoirs moraux, l’Etat est très très loin d’être exemplaire à ce niveau-là donc voler un voleur, est-ce voler ?<br /> Attention, l’Etat n’aime pas la concurrence …
sas-seb
Le revenu universel est conçu pour fonctionner à l’échelle d’un pays, ou d’un groupe de pays (comme l’Union européenne) dont le niveau de vie est très proche, mais certainement pas du monde entier, ça n’aurait pas de sens ! <br /> Par exemple, l’ONU (les Nations Unis du monde) a invité les pays à instaurer chacun un revenu universel pour faire face à la pauvreté et la précarité grandissantes.<br /> Aussi, l’Union Européenne invite tous les citoyens européens des 27 Etats membres européens (dont la France) à signer la pétition citoyenne européenne pour l’instauration d’un revenu universel européen : https://fr.eci-ubi.eu
sas-seb
sas-seb:<br /> Un revenu universel de 500€ / mois pour tous les citoyens adultes en France est possible pour un coût de 25 milliards d’€ net / an (soit environ 1% du PIB autant dire rien du tout).<br /> Et ceci en conservant toutes les aides sociales (chômage, retraite, allocations CAF, AAH, APL, etc) excepté le RSA et la prime à l’emploi qui disparaitraient car devenus redondants.<br /> Aussi, le barème de l’impôt sur le revenu serait généralisé à 30% et débuterait dès le 1er euro gagné au-dessus du revenu universel (soit dès 501€ / mois).<br /> On pourrait même se dispenser de financer les 25 milliards d’€ net / an, juste en augmentant le taux de l’impôt sur le revenu généralisé à 32% (au lieu de 30%). Ainsi, on ne touche pas au 1% du PIB.<br /> Toutes les explications officielles ici : Comprendre le "socle citoyen" – Un revenu universel pour 2021 - GenerationLibre<br /> J’ai oublié de préciser… Le revenu universel étant non imposable, on serait imposé par l’impôt universel de 30% sur le revenu dès le 1er euro gagné au-dessus du revenu universel (pas d’imposition sur le revenu universel lui-même évidemment).<br /> Depuis la nouvelle fiscalité 2020, les contribuables français imposés sur la 3ème tranche d’imposition sur le revenu (celle à 30%) bénéficient déjà d’un revenu universel à 500€/mois sous la forme d’une déduction fiscale (voir le lien ci-dessus «Comprendre le socle citoyen…» pour explications en détails).
Blackalf
sas-seb:<br /> Aussi, l’Union Européenne invite tous les citoyens européens des 27 Etats membres européens (dont la France) à signer la pétition citoyenne européenne pour l’instauration d’un revenu universel européen : https://fr.eci-ubi.eu<br /> Ce n’est pas l’UE qui a lancé cette pétition, ce n’est qu’une initiative citoyenne :<br /> fr.wikipedia.org<br /> Initiative citoyenne européenne<br /> L'initiative citoyenne européenne (ICE) est une innovation du traité de Lisbonne donnant un droit d'initiative politique à un rassemblement d'au moins un million de citoyens de l'Union européenne, venant d'au moins sept pays membres. La Commission européenne peut ainsi être amenée à rédiger de nouvelles propositions d'actes juridiques de l'Union dans les domaines relevant de ses attributions, mais n'y est pas forcée.<br /> L'introduction du droit d'initiative à l'échelle de l'UE est le fruit d'une cam...<br />
BlBird67
Bravo, je n’aurais mieux résumer! A noter que le système monétaire actuel est en grande partie responsable de la dette, il faudrait effectivement le changer rapidement.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

La Russie va interdire le minage et l'utilisation de crypto-monnaie
Comme promis, le maire de New York a reçu son premier salaire d'élu en crypto
Opera lance son Crypto Browser Project, ancré dans le
Crypto.com piraté, des centaines de comptes touchés et plusieurs millions de dollars dans la nature
Rends l'argent ! Cacophonie et négociations après un vol de 3 millions de dollars en crypto
Selon une agence d'audit, les problèmes de piratage de crypto-monnaie sont liés à la centralisation
L'Espagne régule la promotion des cryptos, notamment par les influenceurs
Ledger et Fendi s'associent : votre portefeuille crypto devient un accessoire de mode
Coup de frein sur les cryptos : à Singapour, on veut stopper leur promotion auprès du grand public
Le Kosovo tire la prise des mineurs de bitcoin sur fond de crise énergétique
Haut de page