Le Venezuela bloque les accès à deux plateformes d'échange de crypto-monnaies

Maxime Laglasse
Publié le 13 novembre 2020 à 16h53
Coinbase

Les accès à Coinbase et MercaDolar sont bloqués dans le pays depuis le 8 septembre. Les autres échanges crypto sont quant à eux toujours accessibles.

Depuis les sanctions économiques qui lui ont été infligées, le Venezuela a une histoire compliquée avec les crypto-monnaies. Le président Nicolas Maduro a tout fait pour favoriser l’adoption du Petro dans le pays, y compris en utilisant la répression numérique - sans succès.

Les crypto-monnaies contre l’hyper-inflation

Face aux sanctions économiques auxquelles doit faire face le pays depuis 2019, le Venezuela a créé sa propre crypto-monnaie adossée au baril de pétrole : le Petro. Son but était de contrer l’hyper-inflation que rencontre le pays depuis les sanctions et essayer de rééquilibrer son économie.

Les Vénézuéliens n’avaient pas attendu le Petro pour utiliser une alternative numérique comme monnaie d’échange. En 2018, ils avaient déjà trouvé le moyen d’échanger des actifs virtuels par SMS - et c’est en 2019 que cette utilisation s’est élargie au Bitcoin et au Petro.

En 2020, les usages du Petro ont évolué : il permet notamment de vendre des barils de pétrole ou de payer son essence ou ses impôts. Mais comme tout crypto-actif, le Petro a un défaut : la volatilité. Il n’existe que deux échanges pour en acheter dans le pays, et les prix sont très en-dessous des espérances gouvernementales.

Echanges bloqués pour des raisons obscures

Il est donc logique que les habitants du pays cherchent à convertir leur actifs en une monnaie ayant une valeur plus stable que la leur. Face au manque de confiance dû à la corruption de l’Etat, les Vénézuéliens se sont donc naturellement tournés vers les plateformes où il est possible d’échanger des crypto-monnaies contre des USD.

Bien que le Venezuela ait déjà empêché ses citoyens d’accéder à des plateformes permettant d’acheter des USD par le passé, il demeure difficile d'identifier des raisons récentes de viser ces deux échanges. 

Il est toujours possible d’accéder à tous les autres échanges, et même si deux VPN ont été interdits sur le territoire le mois dernier, les citoyens ont encore beaucoup d’alternatives pour contourner ce blocage national.

Maxime Laglasse
Par Maxime Laglasse

Aucun résumé disponible

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
telefonefix

Vu le cours du Bolivar, je comprends que les gens ne croient plus en la monnaie nationale.
Pour info 1€ = 420.000 bolivar environ et 1 bitcoin = 3.6 milliard de bolivar environ.

KlingonBrain

Ce n’est pas forcément un problème. Je me souviens de l’italie ou tu allais chercher ton pain avec un billet de mille lire. Et alors ? Ca donnait presque aux pauvres l’illusion d’être riches, mais ça ne posait pas plus de problèmes que ça.

Par contre, ce qui peut poser un énorme souci, c’est l’hyper inflation, quand le cours d’une monnaie plonge très rapidement. Par exemple, tu touches ton salaire… et à la fin du mois tu ne pourrais même plus acheter ton pain avec.

En général, quand tu en arrive à ce stade, c’est que les gouvernements sont totalement dépassés. Et tu peux te retrouver avec des problème embêtants, comme devoir aller acheter ton pain avec une brouette de billets :wink:

Mecano

Le but est toujours le même : éviter les fuites de capitaux qui déprécient encore plus la monnaie nationale. Le petro avait d être mis en place pour éviter la fuite en dollars : c’est un échec donc on ferme…

fg03

C’est sur que vu l’économie qui va mal et les narco trafiquants… y a de grandes chances pour que les cryptomonnaies supplantent complètement la monnaie d’état… ce serait sans précédent et hyper dangereux vu que les cryptomonnaies ne se limitent pas à un pays.
Bref, je comprends pas pourquoi les états tolèrent encore ces conneries et qu’ils n’ont pas déjà interdit à leur banque et à leur commerce de faire du business avec.

cirdan

S’en remettre aux cryptomonnaies… Ça en dit long sur l’état de l’économie du Venezuela.

KlingonBrain

Très symptomatique en effet.

Mais attention aussi, parce qu’en économie, on confond assez souvent quelque chose et son excès.

Ce qui importe n’est pas tant le nombre de zéro sur les billets que le taux d’inflation à l’instant T.

Même si avoir beaucoup de zéro suggère une inflation très importante, ce n’est pas systématique.

En Italie, la lire valait beaucoup moins que le franc. Mais rappelons qu’un petit artifice qu’on appelait le nouveau Franc avait permis de supprimer des zéros sur nos jolis billets.

@cirdan

S’en remettre aux cryptomonnaies… Ça en dit long sur l’état de l’économie du Venezuela.

La courbe de leur inflation montre que c’est totalement hors de contrôle.

kroman

Les Vénézuéliens sont malheureusement restreints pour toute devise étrangère.
J’avais rencontré un couple qui venait d’arriver à Aruba en voyage de noces (île des Antilles Néerlandaises au large du Venezuela). Ils ont dû retourner chez eux, car impossible de retirer suffisamment de florins sur place pour payer leur voyage…

Peter_Vilmen

Et dire qu’ils ont les réserves naturelles de pétrole les conséquentes au monde, on peut légitimement se demander s’il n’y a pas des pays alentours qui ont intérêt à ce que le pays soit dans le chaos, et qu’ils agissent sur ces intérêts.

enrico69

A un moment il faut arrêter de raconter des âneries et de répéter comme un perroquet ce que l’on entend partout. Oui l’embargo US a aggravé les choses, mais les Vénézueliens se sont mis dans la m… tous seuls comme des grands. Mon épouse est de là bas, elle a grandi dans ce pays qui était un des plus riches d’Amérique latine, mais avec de grandes injustices sociales. Est arrivé un militaire, qui a promis tout et n’importe quoi à des gens crédules et sans éducation (scolaire), un homme avec un plan idéologique mais sans plan économique, qui en dix ans a nationalisé des milliers d’entreprises allant de grands groupes aux PME, chassant investisseurs et capitaux étrangers, détruisant la classe moyenne, faisant enfermer opposant politiques et journalistes dissidents. Et ca, comme le dirait mon épouse, les américains y sont pour rien.

Peter_Vilmen

J’émet seulement un doute plausible, il faut se rappeler qu’on peut agir en ses intérêts… en n’agissant pas.