Airbnb épinglé par l'Europe pour son manque de transparence sur les prix

Par ,
le 18 juillet 2018
 0
airbnb

La plateforme communautaire Airbnb a été épinglé par la Commission européenne, qui l'accuse de ne pas être assez transparente sur ses tarifs.

Dans un communiqué daté du lundi 16 juillet, la Commission européenne somme Amazon d'être plus transparent sur ses tarifs, mais aussi ses conditions d'annulation. Selon le document, les conditions générales de la plateforme ne sont pas en règle, si bien qu'elles peuvent induire les utilisateurs européens en erreur.

Selon la commissaire Vera Jourová, chargée de la justice, des consommateurs et de l'égalité entre les hommes et les femmes, bon nombre de personnes passent par ce service pour réserver leur logement, ce qui ne doit pas être une excuse pour Airbnb. Elle indique à ce sujet que « les consommateurs doivent comprendre facilement pour quoi et combien ils sont censés payer pour les services et avoir des règles équitables, par exemple sur l'annulation du logement par le propriétaire ».

Airbnb devra se mettre en règle avant août

De fait, la société américaine fondée par Brian Chesky et Joe Gebbia devra apporter plusieurs modifications pour se fier à la requête de la Commission. Elle devra ainsi préciser clairement si un hôte privé ou professionnel est à l'origine des annonces en ligne. De la même façon, le site web devra modifier ses « informations tarifaires dès la recherche initiale » pour afficher le prix total en y incluant les frais obligatoires. Si ce n'est pas possible, Airbnb devra « informer clairement le consommateur que des frais supplémentaires pourraient s'appliquer ». De la même façon, la Commission invite Amazon à revoir sa politique en matière « de remboursement, d'indemnisation et de plainte pour dommages » afin que celle-ci soit plus lisible par ses clients.

Dans le cas où Airbnb ne se met pas en règle avant le mois d'août, la société américaine pourrait « faire face à des mesures d'exécution ». Si cela devait être le cas, Vera Jourová a indiqué que celles-ci seraient prises en charge par les autorités de chaque pays, ce qui pourrait donner des sanctions différentes.

Modifié le 18/07/2018 à 11h02

Les dernières actualités

scroll top