UneRencontre.com réclame 95 000 euros à DatingWatch.org

Par
Le 18 décembre 2007
 0
00fa000000679068-photo-datingwatch.jpg
On ne joue plus. Après une première mise en demeure, le site UneRencontre.com, créé par Didier Ryckelynck (Fondateur d'EmailJob) a décidé d'assigner en justice et de réclamer 95 000 euros de dommages et intérêts à DatingWatch.org, un webzine spécialisé dans les sites de rencontre, l'accusant de recourir à de faux membres pour pousser les internautes à souscrire à des abonnements premium.

Malgré l'absence de preuve formelle, Youri Regnier, rédacteur de DatingWatch, s'appuie sur un ?faisceau d'indices? pour justifier son accusation : la diffusion d'un reportage de Capital sur M6 consacré aux sites de rencontres évoquant les pratiques litigieuses d'un sous traitant malgache baptisé Ingedata et la mention du site UneRencontre.com parmi les références client d'Ingedata. Une référence qui disparaîtra quelques jours plus tard du site d'Ingedata, suivie d'une mise en demeure d'UneRencontre.com, demandant à DatingWatch.com de retirer son article sous peine d'engager des poursuites judiciaires.

«Il est vrai que nos propos peuvent être poursuivis pour diffamation puisque nous dévoilons un faisceau d'indices démontrant qu'il est vraisemblable que le site unerencontre.com emploie des faux membres pour inciter les personnes à s'abonner ou les dissuader de se désabonner. (...) Mais comme nous aimons à le dire, nous avons tous nos responsabilités. (...) La nôtre, c'est d'oeuvrer pour l'honneteté, l'éthique et la transparence des sites de rencontre. Nous pensons que le concept du site de rencontre est une bonne chose en soi, puisqu'il peut constituer une réponse moderne à la solitude grandissante. (...) Cependant, étant donné le caractère intime et impliquant de la rencontre amoureuse, nous pensons que les sites de rencontre ont un devoir moral, une intransigeance envers eux même à renouveller chaque jour.» expliquait fin Novembre Youri Regnier, principal rédacteur de DatingWatch.org, pour justifier sa volonté de ne pas se soumettre aux injonctions de UneRencontre.com.

Joint par notre rédaction, Didier Ryckelynck, PDG de NetProd Corporation, éditeur de UneRencontre.com, préfère garder le silence en attendant la tenue du procès. Par contre, Stéphane Guillemot, l'un des dirigeants français de la société Malgache Ingedata a accepté de répondre à quelques questions, confirmant que NetProd était effectivement l'un de ses clients mais affirmant que les accusations de DatingWatch.org étaient infondées. ?Nos effectuons une mission de modération pour le compte de NetProd et suite à des plaintes, notre client nous a demandé ponctuellement de 'tracker' certains profils douteux qui masquaient une activité de prostitution? affirme Stéphane Guillemin.

Chez 40, leader européen des sites de rencontre et concurrent de UneRencontre.com, Mars Simoncini nous précise toutefois n'avoir jamais eu recours à de telles méthodes pour chasser les profils non désirés.

Animation ou modération, tromperie ou simple travail de filtrage d'un site de rencontre, ce sera en tout cas aux juges de la 17ème Chambre du Tribunal de Grande Instance de Paris de se prononcer dans un procès qui débutera dès ce mercredi 19 décembre.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top