Internet est devenu prioritaire pour 91% des annonceurs

27 octobre 2005 à 00h00
0
Selon la dernière étude EIAA / SRI, Internet est une composante essentielle de la stratégie marketing pour 91.7% des annonceurs français

Après l'IAB, c'est son rival le syndicat des régies internet, qui confirme le potentiel de la publicité en ligne. Selon la dernière étude EIAA / SRI réalisée auprès des 50 plus grands annonceurs français, Internet est une composante essentielle de la stratégie marketing de leur entreprise.

Les résultats sont disponibles sous la forme du question -réponse suivant :

Préjugé n° 1 : la publicité en ligne n'est qu'un additif venant se greffer à une stratégie marketing
EIAA : Pour 91,7 % des annonceurs interrogés, Internet est une composante essentielle de la stratégie marketing de leur entreprise.

Préjugé n° 2 : Internet est un support réservé aux annonceurs des secteurs du tourisme et des télécoms
EIAA : Des secteurs qui se tournaient habituellement vers la télévision investissent de plus en plus danssur Internet : en France, dans le secteur des produits de grande consommation, les annonceurs interrogés prévoient d'augmenter leur budget de publicité en ligne de 162 % entre 2004 et 2007, et 33 % de cet investissement proviendra du budget TV.

Préjugé n° 3 : la publicité 'classique' institutionnelle de marque en ligne ne fonctionne pas
EIAA : L'étude de l'EIAA indique que, pour 79 % des personnes annonceurs interrogées en France, la publicité institutionnelle classique en ligne n'est pas une perte financière. Au contraire, pour 87 % des annonceursd'entre eux, la publicité en ligne permet d'atteindre des groupes de cibles difficiles à toucher avec un autre support.

Préjugé n° 4 : Internet vise un public restreint
EIAA : La généralisation du haut débit favorise la croissance du nombre d'internautes. Ce phénomène rend ainsi la publicité en ligne plus intéressante pour les annonceurs : en France, 87 % d'entre eux considèrent Internet comme plus attractif comme support publicitaire, en raison du développement du haut débit.

Préjugé n° 5 : la publicité en ligne ne permet pas d'atteindre à la fois les objectifs de la publicité institutionnelle de marque et ceux du marketing direct
EIAA : L'étude révèle que dans l'ensemble les annonceurs fixent les mêmes objectifs à la publicité en ligne qu'aux autres formes de marketing. Plus précisément, la plupart des annonceurs cherchent à modifier les perceptions de leur marque, influencer les décisions d'achat et générer des ventes. En France, l'influence sur les décisions d'achat est le principal objectif des annonceurs dans les secteurs de la grande consommation, des loisirs et de l'automobile.

" Cette étude met en évidence la disparition de bon nombre des préjugés sur la publicité en ligne et le fait que, pour la grande majorité des annonceurs, la publicité en ligne fait partie intégrante de leur stratégie marketing ", a déclaré Michael Kleindl, président de l'EIAA et directeur associé de Valkiria Network. " Il incombe à notre organisation de sensibiliser les annonceurs aux outils d'étude et de mesure qui existent actuellement et de garantir la mise en place des outils nécessaires pour répondre aux problématiques des annonceurs en ce qui concerne la publicité en ligne. "

Parmi les autres enseignements de l'étude, l'EIAA souligne également la montée en puissance des liens sponsorisés. "près de 60 % des annonceurs du secteur des produits de grande consommation et 50 % du secteur de l'automobile prévoient d'investir dans la publicité sur les mots clés plutôt que dans la publicité des marques".

Une chose est sûre, l'augmentation des dépenses publicitaires sur le net devrait se faire aux dépends d'autres médias. "La majeure partie de ces budgets de publicité en ligne sera essentiellement financée par les budgets précédemment consacrés à la publicité télévisée. Les annonceurs français interrogés dans les secteurs des produits de grande consommation et des loisirs ont déclaré que le budget précédemment consacré à la publicité télévisée financera 33 % de l'augmentation prévue de leur budget de publicité en ligne. Quant aux annonceurs du secteur de l'automobile, ils comptent augmenter leurs dépenses en ligne essentiellement avec leur budget d'investissement en presse écrite (30 %)." précise l'EIAA.

Reste à savoir si les médias issus de la presse écrite ou de la télévision sauront se repositionner rapidement sur le net afin de conserver leurs recettes publicitaires.. avant qu'il ne soit trop tard.
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page