Le droit des marques rattrape Google Adwords aux USA

Jérôme Bouteiller
09 décembre 2003 à 00h00
0
Petits nuages gris avant l'IPO ? Après sa mésaventure en France contre le groupe de luxe LVMH ou l'agence de voyage BourseDesVols, le groupe internet Google est désormais attaqué sur le sol américain pour contrefaçon de marque par son outil publicitaire automatique Adwords.

Selon News.com, Google a décidé de porter devant le tribunal de San Jose, en Californie, un différend l'opposant à American Blind & wallpaper Factory, à propos de l'utilisation des expressions "American Blind Factory" et "DecorateToday", déposés par le marchand mais néanmoins utilisés par ses concurrents dans les liens sponsorisés de Google.

Si le tribunal américain adopte le même raisonnement que la justice française, Google pourrait être obligé de repenser son système de liens sponsorisés, actuellement automatisé, et probablement s'aligner sur la politique d'assistance humaine d'Overture et Espotting, quitte à revoir à la hausse ses tarifs...

Reste à savoir si Google attendra le verdict du tribunal avant d'officialiser une introduction en bourse, attendue par les marchés financiers pour les prochains mois.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top