Concentration en vue dans le câble français

Jérôme Bouteiller
07 novembre 2003 à 00h00
0
A qui va appartenir le câble français dans un an ? En attendant le vote de la "loi relative aux communications électroniques et aux services de communication audiovisuelle", second volet du programme Re/So 2007 du gouvernement français destiné à moderniser le paysage des télécommunications et de l'audiovisuel en France, le petit monde des câblo-opérateurs semble être en pleine restructuration.

Cette loi qui est en fait la transposition des directives européennes dites "paquet télécom", vise à mettre en place la notion de transparence technologique entre tous les réseaux transportant des services de communications électroniques (téléphone, internet, télévision...), quelle que soit la nature de ce réseau : hertzien, satellitaire, filaire, câble, etc. Elle doit également redéfinir les rôles de l'ART et du CSA.

C'est ainsi que la nouvelle loi sera amenée à supprimer un point dans la législation actuelle, qui prévoit pour l'instant un traitement particulier du câble, avec le plafond des 8 millions : celui-ci fixe aux câblo-opérateurs une limite leur interdisant de toucher plus de 8 millions d'habitants potentiels.

Le marché du câble compte une dizaine de sociétés mais est actuellement dominé par 4 acteurs : Câble (Groupe France Telecom), Noos (Groupe Suez Lyonnaise), NC NumériCâble (Groupe Vivendi Universal) et enfin UPC (Société hollandaise, filiale de l'américain LibertyMedia). Or ni France Telecom, (qui détient 100% de France Telecom câble, 27% de Noos et 70% du réseau de NC Numéricâble) très engagé dans l'ADSL et le GSM, ni Vivendi Universal recentré sur les contenus, ni Suez, tourné vers les métiers de l'énergie, de l'eau et de la propreté, n'entendent poursuivre l'aventure du câble...

Selon la presse économique, le groupe France Telecom pourrait revendre ses participations à des banques et encourager la fusion de France Telecom Câble et NC NumeriCâble, tandis que Noos pourrait rejoindre le groupe LibertyMedia, déjà propriétaire de UPC France.

Malgré sa concentration entre les mains d'une ou deux sociétés, la concurrence promet néanmoins d'être rude pour le câble français puisqu'il devra faire face à la télévision par satellite (avec la fusion probable de TPS et Canal Satellite), à la future télévision numérique terrestre (la TNT) et surtout à l'ADSL, très présent en zone urbaine, capable de diffuser non seulement de l'internet mais également du téléphone et demain de la télévision.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Sony dévoile l’hybride Alpha 1, un monstre de puissance à 7 300€
L'Apple Watch Series 7 et la Samsung Galaxy Watch 4 pourraient contrôler la glycémie
Soldes 2ème démarque : pack Philips Hue Play en promo avec un code sur Rakuten
Soldes : le bracelet connecté Xiaomi Mi Band 4 encore moins cher !
Cyberpunk 2077 : CD Projekt RED déploie des outils officiels pour le support des mods
Test Chromecast avec Google TV : la nouvelle star du streaming multimédia ?
Soldes Fnac : le SSD externe Samsung T5 500 Go baisse son prix pour la 2ème démarque
B&You lance une super offre avec son forfait 200 GO à moins de 15€ 🔥
Soldes : une imprimante HP DeskJet 2721 encore moins chère chez Cdiscount
L'interface
Haut de page