Sanyo veut profiter de la 3G pour s'implanter en Europe

Jérôme Bouteiller
08 septembre 2003 à 00h00
0

Numéro trois japonais de l'électronique grand public, le groupe Sanyo entend profiter du déploiement de l'UMTS pour s'imposer sur les marchés européens

A l'image du partenariat entre Nec et les opérateurs i-mode ou du succès du Sharp GX10 équipé d'un appareil photo, l'arrivée d'une nouvelle technologie est souvent l'occasion d'une redéfinition des cartes sur le marché de la téléphonie mobile. Numéro trois japonais de l'électronique grand public, le groupe Sanyo entend ainsi profiter du déploiement de l'UMTS pour s'imposer sur les marchés européens.

Selon le Financial Times, le groupe serait déjà en pourparlers avec Vodafone pour fournir des combinés 3G, basés sur la technologie W-CDMA utilisée au japon depuis l'automne 2001 par NTT DoCoMo pour son réseau UMTS FOMA.

Après deux bonnes années de retard, les premiers réseaux UMTS ont commencé à faire leur apparition en Grande-Bretagne, en Autriche ou encore en Italie, en attendant l'été 2004 pour les premiers réseaux français. L'opérateur UMTS italien "3" souffre d'ailleurs déjà d'une pénurie de combinés 3G et n'a pu fournir, pour le moment, que 300.000 clients. Les équipementiers européens comme Nokia, Siemens ou encore Alcatel auraient-ils sous estimé le succès commercial de la 3G ?
Modifié le 20/09/2018 à 15h39
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Renault présente des résultats en baisse au S1... sauf sur l'électrique, en plein boom
scroll top