L'administration fiscale quitte Microsoft pour Mozilla

30 octobre 2009 à 11h57
0
00A0000001988944-photo-mikeklo-thunderbird.jpg
Les solutions libres continuent à séduire l'administration française. L'administration fiscale succède effectivement à la gendarmerie nationale et au ministère de la défense en adoptant notamment le client de messagerie open source Mozilla Thunderbird. La direction générale des finances publiques (DGFP) est ainsi sur le point de basculer 130 000 postes au détriment de solutions propriétaires, dont celle de Microsoft, qui a d'ailleurs récemment fait ses adieux à la ville de Los Angeles.

Fruit de la fusion de la direction générale des impôts (DGI) et de la direction générale de la comptabilité publique (DGCP), la DGFP aurait profité de l'arrivée à expiration des coûteuses licences des solutions actuellement déployées pour harmoniser son parc informatique. Les uns utilisaient jusqu'à présent Microsoft Outlook tandis que les autres s'apprêtent à abandonner IBM Lotus Notes.

Les fonctions de messagerie de Thunderbird seront d'ailleurs étendues par le biais de l'extension de gestion d'agenda Lightning, conçue elle aussi par la fondation Mozilla, ainsi que par le logiciel libre de travail collaboratif OBM, conçu quant à lui par la société française Linagora.

Reste enfin a adopter un système d'exploitation libre tel Linux pour embrasser le libre, comme l'a fait la gendarmerie nationale.
Modifié le 18/09/2018 à 14h41
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Quoi de neuf en jeux vidéo ce vendredi ?
Le marché mondial des biens numériques s'établirait à 681 milliards de dollars
Sony reste dans le rouge, Samsung triple son bénéfice
NetBooster compense ses pertes par une meilleure rentabilité
Bruxelles : des fréquences analogiques à l'ADSL
NTT élit domicile à la Défense, confirme sa prise de participation dans Integralis
Six écrans LCD 22 pouces en test sur Clubic
Perseus : un chiffrement de données responsable
Brevets : Apple se défendra contre les accusations de Nokia
Associations, le don en ligne a-t-il de l'avenir ?
Haut de page