iFrame : interface "Web OS" pour tablette tactile

01 juin 2018 à 15h36
0
Les dispositifs de type Web OS, réunissant au sein d'un environnement logiciel léger un maximum de services, seront-ils au système d'exploitation ce que le netbook est à l'ordinateur portable ? Issu des travaux de deux Français, le projet iFrame se présente comme une interface personnalisable, extrêmement simple d'accès, fonctionnant au sein d'un navigateur Web, combinant raccourcis et accès direct vers les sites, réseaux et applications en ligne préférés de l'utilisateur. Un concept comme il en existe tant d'autres, à ceci près qu'ici, l'idée est de l'associer à un appareil bien particulier, le slate PC, tablette tactile dépourvue de clavier qu'on ne trouve aujourd'hui que dans le milieu professionnel.

Toute ma vie numérique dans mon navigateur ?

La comparaison avec les netbooks n'est pas tout à fait innocente. Le premier représentant du genre, l'Eee PC d'Asus, adoptait en effet un système d'exploitation Linux muni d'une interface simplifiée, réunissant les différentes tâches qu'est susceptible d'accomplir l'utilisateur au sein de ce que le fabricant appelait des « univers thématiques ».

« En 25 ans, les systèmes que l'on connait aujourd'hui ont évolué, mais on reste sur une base applicative, éventuellement accompagnée d'un navigateur. Or si l'on s'intéresse aux usages, on voit que l'utilisateur grand public passe 80% de son temps dans le navigateur », constate toutefois Olivier Seres, ancien de Bouygues Telecom et instigateur du projet iFrame, qu'il présente, en anglais, dans la vidéo ci-dessous.

D'où la proposition de valeur suivante, que son auteur se plait à rapprocher de celle d'un éventuel « minitel tactile » : un appareil simple d'emploi, avec lequel toutes les interactions passent par l'écran, muni d'une interface immédiatement appréhensible, constituée de grosses icônes que l'on pourra personnaliser à sa guise. « Nous avons voulu mettre au point une interface embarquée simple, tout le temps disponible, sans que l'utilisateur ait à se soucier de considérations techniques, et qui permet d'accéder à une information le plus rapidement possible », explique l'intéressé.



Pour l'instant, iFrame consiste en une une distribution Ubuntu munie de Firefox, ici passé en plein écran, installé sur un Amtek T10L : un ordinateur dépourvu de clavier ou de souris dont la configuration s'apparente à celle des netbooks actuels puisque l'on retrouve un processeur Atom N270, un disque dur de 80 Go, une connectique WiFi, et différents ports USB, VGA ou Ethernet. L'ensemble offre un écran de 10,2 pouces, tactile de type résistif, et affichant une résolution de 1024 x 600 pixels. Une machine dont le prix reste encore trop élevé pour qu'elle puisse encore se démocratiser auprès du grand public, mais la donne pourrait rapidement changer si certains grands fabricants - comme Acer, dont certains brevets laissent penser qu'un tel projet est dans les cartons - décident de miser sur de gros volumes.

Quel avenir commercial pour les interfaces Web OS ?

Fruit de deux mois de développement, iFrame n'est pour l'instant qu'à l'état de projet, dévoilé en ce début d'année afin de susciter l'intérêt d'éventuels partenaires prêts à prendre le train en marche, explique Olivier Seres. Pendant ce temps, d'autres s'activent sur la piste d'une tablette communicante de taille comparable à celle d'un netbook, et munie d'un environnement ad hoc. Un périphérique mobile pouvant être couplé à une clé 3G, et dont le format se prête tout aussi bien à une rapide consultation de mails sur un coin de table qu'au partage d'informations sur les réseaux sociaux du fond de son canapé, selon ses promoteurs.

Tariq Krim, fondateur de la page personnalisable Netvibes, a par exemple récemment dévoilé une nouvelle capture d'écran de JoliCloud (voir ci-dessous), qu'il présente comme un futur système d'exploitation, reposant sur une base Linux et se liant corps et âme au concept de cloud computing. Partant du principe que ces machines sont toujours connectées, la plupart des applications s'exécute en ligne, par le biais d'un navigateur. Michael Arrington, du célèbre blog américain TechCrunch, prépare de son côté le « CrunchPad », un slate PC disposant d'un OS léger, lui aussi associé à des services en ligne.

015E000001882416-photo-jolicloud.jpg
JoliCloud : un futur « cloud OS » pour netbooks


A mi chemin entre le téléphone mobile et l'ordinateur portable, on trouve également les tablettes de fabricants comme Nokia (N810) ou Archos (Archos 5 et Archos 7), qui ravissent aujourd'hui les utilisateurs les plus geeks, mais peinent à se frayer un chemin auprès du grand public, comme en témoigne la récente baisse de prix opérée par SFR, partenaire d'Archos. Impossible enfin d'oublier les initiatives comme Android, de Google, qui, reposant sur un système de widgets et d'applications à installer d'un clic, offrent un degré avancé de personnalisation et d'adéquation aux besoins.

« Geeks, mère de 50 ans, grand père de 70 ans ou jeunes enfants auront tous un usage différent », commente Olivier Seres, qui insiste sur la nécessité de s'attacher à l'étude du comportement des clients potentiels plutôt qu'à la puissance de calcul ou au foisonnement d'applicatifs.

Simplicité et personnalisation ne se feront toutefois pas forcément au détriment d'une certaine richesse fonctionnelle, d'autant que les modèles économiques qui accompagneront ce genre de machines restent à définir. Au delà de la subvention opérateur, qui permet par exemple d'acquérir pour une centaine d'euros un netbook sous réserve d'abonnement à un forfait 3G, d'autres concepts pourraient être explorés. Dans la lignée du Minitel, un produit dont tout le monde s'accordait à dire qu'il était dépassé technologiquement avant même d'être lancé, et qui a pourtant fait les belles heures de bon nombre d'éditeurs de services ?
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Apple : iPod Nano rayés, $22.5 millions facturés
Une première mise à jour pour  Saints Row 2  PC
IBM, Sprint Nextel et News Corp licencient
Le Sénat US retarde le passage à la TV numérique
Une semaine d'avance pour  Silent Hill : Homecoming
  Resident Evil 5  sur PC : de nouveaux indices...
Un outil pour « désautoriser »  Crysis Warhead
Les numéros de mobiles en 07 pour la mi-2010
Télécoms : l'Arcep lance un site d'aide au consommateur
L'Elysée contre l'extension de la redevance TV aux PC
Haut de page