Un FAI américain réclame de l'argent à la RIAA

Par
Le 23 décembre 2008
 0
00a0000001835482-photo-logo-de-la-riaa.jpg
La RIAA indiquait vendredi dernier vouloir cesser les poursuites judiciaires incessantes au profit de la mise en place d'une riposte graduée en collaboration avec les fournisseurs d'accès américains. Accueillie certes comme un moindre mal mais néanmoins à bras ouverts, la nouvelle politique de lutte contre le piratage de l'association de défense de l'industrie du disque rencontre aujourd'hui son premier détracteur. Le fournisseur d'accès Bayou Internet and Communications a effectivement fait savoir par le biais du magazine anglophone CNET et de son fondateur Jerry Scroggin qu'il n'était pas de la police et qu'il ne travaillait pas gratuitement.

Dirigeant d'un petit fournisseur d'accès auquel sont abonnés environ onze mille clients en Louisiane, Jerry Scroggin a déjà eu affaire à la RIAA par le passé en recevant régulièrement des demandes de déconnexions d'internautes soupçonnés de partages illégaux. Il a toujours répondu en demandant les coordonnées de facturation de la RIAA, arguant qu'une adresse IP était aisément usurpée et qu'il était nécessaire d'approfondir la plainte. Il a rarement obtenu une réponse et aucune n'a jamais été satisfaisante.

« Ils ont le droit de protéger leurs musiques ou leurs images, » a-t-il déclaré. « Mais ils n'ont pas le droit de me demander d'être celui qui les protège. Je souhaite que personne ne fasse rien d'illégal sur mon réseau, mais nous ne travaillons pas gratuitement, » a-t-il ajouté en précisant qu'il avait déjà collaboré avec les autorités à plusieurs reprises.

Il privilégie néanmoins la protection de son réseau contre les attaques à la protection des droits d'auteurs, jugée moins urgente. Il recommande enfin aux ayant-droits de travailler à la mise en place d'une solution qui convienne à tous, majors, fournisseurs d'accès et clients.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36

Les dernières actualités

scroll top