Règlement de compte entre Hi-Media et Rentabiliweb ?

18 septembre 2018 à 14h40
0
00FA000001730424-photo-contre-feux.jpg
C'est la vieille histoire de l'arroseur arrosé. Groupe internet spécialisé dans la « monétisation d'audience » (publicité, audiotel, etc..), Hi-Media est également l'éditeur de nombreux sites web tels que JeuxVideo.com, ToutLeCiné.com ou le tout nouveau Contre-Feux.com, un site « d'analyse et de débat » mariant contenu journalistique et contributions des internautes.

Reprenant des informations notamment publiées sur NetEco au cours de ces derniers mois, le site a publié en début de semaine un article intitulé « Pour surmonter la crise, Messier et Madelin misent sur le web porno ! », revenant sur l'entrée des deux hommes, respectivement ancien PDG de Vivendi et ancien Ministre de l'Economie, au conseil d'administration de Rentabiliweb, un autre spécialiste français de la monétisation d'audience.

« Dans un double contexte de crise financière et des Etats Généraux de la Presse, l'association du peu scrupuleux J2M et du politique Madelin dans la gestion de contenus pornographiques sur Internet ne doit pas passer inaperçu. » écrit Contre-Feux qui estime que près de 60% du chiffre d'affaires de Rentabiliweb et trois-quarts de sa marge brute proviennent de sites pornographiques payants...

Interrogé par NetEco, le patron de Rentabiliweb est surpris par l'article: « c'est une tentative maladroite destinée à nuire à la bonne réputation de Rentabiliweb. Au delà de l'absence totale de neutralité et d'une pratique concurrentielle très contestable, cela pose le problème de l'instrumentalisation des sites d'informations par des entreprises commerciales mais aussi de leur intégrité » estime jean-baptiste-descroix-vernier, PDG de Rentabiliweb.

Depuis le rachat du groupe Montorgueil, notamment éditeur de CarpeDiem, Rentabiliweb est effectivement présent dans les contenus adultes mais la société, qui vient de publier ses résultats financiers, rappelle que les chiffres pointés par le webzine couvrent en réalité l'ensemble de ses activité grand public incluant notamment les sites de rencontre, le jeux ou les communautés.

Le problème dans cette affaire est que l'accusateur n'est pas étranger à l'industrie pornographique puisque le groupe Hi-Media, éditeur de Contre-Feux, est également propriétaire d'AlloPass, un outil de paiement audiotel présent sur de très nombreux sites adultes.

« Contrairement à Rentabiliweb, Hi-Média n'a jamais édité de sites pornographiques et les bénéfices de AlloPass liés à la pornographie ne dépassent pas les 14% » souhaite néanmoins relativiser un responsable de Contre-Feux.

Une précision qui pousse néanmoins à s'interroger sur la réelle motivation de Contre-Feux. Après avoir repris ses accusations contre Alain Madelin et Jean-Marie Messier, plusieurs journaux électroniques ont préféré retirer leurs articles, craignant sans doute d'avoir été associés à un banal règlement de compte entre deux groupes qui restent -en attendant de s'engager sérieusement dans l'édition- des références dans la monétisation d'audience.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Hadopi : amende plutôt que suspension d'abonnement ?
Vidéo chat : Logitech va acquérir SightSpeed 30 M$
Asus prévoit à son tour de lancer un smartphone Android en 2009
Android Market : bilan des 24 premières heures d'activité du kiosque de logiciels de Google
Clubic vous invite à prendre le virage de la TNT HD
MTV se (re)lance dans la musique avec MTVMusic.com
Progression de 543% pour le WiFi sur Paris
Après Free, Orange dénonce le projet Hadopi ? (maj)
SFR : une offre de téléchargement illimité de musiques sans DRM
Quoi de neuf en jeux vidéo ce mercredi ?
Haut de page