Netflix s'interroge sur les conditions de son installation en France

25 mars 2014 à 15h02
0
La plateforme de vidéo en ligne pourrait s'installer sur notre territoire. Avant son implantation, Netflix a été reçu au ministère de la Culture afin de délimiter les obligations qu'il devra remplir en France.

00FA000002544768-photo-netflix.jpg
Les dirigeants de Netflix ont été reçus au ministère de la Culture cette semaine. Le but de cette rencontre était de commencer à délimiter les obligations que devra remplir le service s'il désire s'implanter sur le marché. De son côté, la plateforme de vidéo en ligne dit réfléchir à localiser ses activités en France ou au Luxembourg.

Les échanges entre Netflix et le gouvernement ont donc débuté. Selon l'AFP, reprenant des propos du ministère, la décision de Netflix d'aborder le marché français a bel et bien été prise. Toutefois, certains points doivent encore être étudiés et la société s'interroge quant à ses obligations de financement de la création culturelle sur le territoire. Netflix devrait également mettre à disposition de ses abonnés une part d'œuvres françaises au sein de son catalogue.

Cette question est cruciale pour que la plateforme puisse ouvrir ses portes en France. Récemment, le rapport Bonnell, traitant du cinéma à l'heure du numérique, évoquait les problèmes que peut constituer l'arrivée d'un acteur tel que Netflix. Le document précisait que : « ces compétiteurs sont, à ce jour, exonérés des contraintes pesant sur leurs homologues français (fiscalité, obligations d'investir, respect de la chronologie des médias). De plus, ils utilisent des méthodes commerciales agressives de pénétration des marchés. Une compétition aussi inégale pourrait tourner au désavantage des opérateurs français ».

Malgré ces craintes, certains responsables du cinéma seraient prêts à rebattre les cartes dans ce secteur en autorisant Netflix à proposer à ses utilisateurs la consultation de films en SVOD (vidéo par abonnement) 18 mois après leur sortie en salle. Il s'agit donc d'en finir avec le délai actuel de 36 mois, lorsqu'un film n'est pas préfinancé.

Si ce point est encore loin de faire consensus, Aurélie Filippetti, ministre de la Culture a expliqué au Figaro qu'elle n'entend pas « fermer la porte » à Netflix « mais les sensibiliser à l'intérêt pour eux de participer à notre écosystème. Il faut avoir une vision globale, industrielle de l'ensemble de la filière ».

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture électrique : combien coûte la recharge à domicile ? (MàJ Juillet 2020)
L’ONU tire le signal d’alarme sur la production massive de batteries de voitures électriques
Emmanuel Macron débarque sur... TikTok, pour féliciter les lauréats du bac 2020
En réponse à des accusations de harcèlement des têtes tombent chez Ubisoft
Tesla : le niveau 5 d'autonomie des véhicules, le plus élevé, serait bientôt atteint, d'après Elon Musk
L'administration Trump va bientôt se passer des entreprises qui utilisent des appareils Huawei
Démarchage téléphonique : le parlement donne son feu vert contre les appels abusifs... ce qu'il faut retenir
Bosch dévoile son vélo concept électrique et tout suspendu
L'Union européenne mise sur le développement d'un hydrogène propre
YouTube : préparez-vous à voir davantage de publicités
scroll top