France Télévisions : un "Netflix" français en septembre 2017

le 07 juin 2017
 0
Le groupe audiovisuel public, France Télévisions, avait depuis plusieurs années l'intention de marcher sur les plate-bandes de Netflix, le service SVOD américain, et ses concurrents. Delphine Ernotte, à la tête de France Télévisions, y est parvenue, non sans peine, après de difficiles discussions avec les sociétés de production.

Le nouveau service sera disponible pour les Français dès le mois de septembre 2017. Mais réussir à s'imposer dans un secteur déjà bien représenté et où Netflix semble dominer risque de s'avérer compliqué.

Un abonnement moins cher que celui de Netflix



Le nouveau service SVOD de France Télévisions, disponible sur France.tv, le nouveau site du groupe, va jouer la carte du prix pour tenter de convaincre les Français. Le prix de l'abonnement mensuel n'a pas encore été communiqué mais il est déjà annoncé comme moins cher que le leader du secteur, Netflix. Un prix bas rendu possible par un business-model différent.

Alors que Netflix et ses concurrents optent pour l'achat des droits de diffusion moyennant des sommes très élevées, le service SVOD de France Télévisions va partager une partie de ses revenus avec les sociétés de production en fonction de l'audience de leurs contenus sur la plateforme. Une manière de réduire le coût initial de la diffusion et de multiplier les titres disponibles.

01F4000007687431-photo-france-t-l-visions.jpg


Un service franco-français qui devra convaincre le public



Si des sociétés de production françaises connues, comme Lagardère ou Elephant, ont accepté l'offre de France Télévisions, le groupe n'a pas réussi à convaincre des sociétés étrangères de jouer le jeu. Résultat : le service SVOD ne devrait proposer que de la production franco-française. Une difficulté de plus pour convaincre les utilisateurs alors que les séries américaines cartonnent partout dans le monde.

De plus, le service de France Télévisions n'a pas pu obtenir des exclusivités de la part des sociétés de production et ne devrait pas, comme le font Netflix, Hulu ou Amazon Prime Video, produire ses propres séries. Malgré ça, il compte proposer un catalogue de 6 500 titres qui variera en fonction de ce qui est diffusé sur les chaînes du groupe et espère conquérir 800 000 abonnés à l'horizon 2022. Il lui en faudra un minimum de 300 000 pour arriver à l'équilibre, selon les calculs du groupe audiovisuel public.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Test Huawei P30 Pro : le nouveau champion de la photographie
Google Chrome : un mode Lecture pourrait bientôt être déployé
Redécouvrez l'intérieur de la cathédrale Notre-Dame grâce à la réalité virtuelle
BlackBerry Messenger (BBM) va fermer ses portes le 31 mai prochain
Salon de Shanghai - Lotus Type 130, l'hypercar qui pourrait faire renaître la marque
Google dévoile son premier assistant connecté pour la voiture : Anker Roav Bolt
Des chercheurs pensent que les voitures volantes permettront de sauver l’environnement
Les vélos électriques ont vu leurs ventes augmenter de 21% en 2018
Rage 2 ne sera pas un jeu service, mais aura droit à du contenu additionnel gratuit
Luke Wood, CEO de Beats : « Le Powerbeats Pro est le premier produit totalement conçu avec Apple »
Un Huawei Mate 20 X compatible 5G apparaît sur Internet
La NASA a découvert le tout premier type de molécule à avoir existé dans l'Univers
Facebook bannit plusieurs grands groupes britanniques d'extrême droite de son réseau social
iPhone 2019 : Apple va muscler son jeu en photo, notamment en autoportrait
Castlevania Anniversary Collection : le 16 mai sur PC, Xbox, PS4 et Nintendo Switch
scroll top