Netflix confirme qu'il ne s'intéresse pas à la France

03 juillet 2013 à 13h32
0
Après avoir investi plusieurs pays d'Europe comme la Grande-Bretagne et l'Irlande, certaines rumeurs faisaient depuis plusieurs années état d'une arrivée de Netflix en France. La direction du service a une nouvelle fois indiqué que sa volonté n'était pas de proposer immédiatement son outil sur notre territoire.

00FA000002544768-photo-netflix.jpg
Depuis près de deux ans, des rumeurs prêtent à Netflix des velléités visant à proposer son service en France. Pourtant, jusqu'à présent, nos côtes ont été soigneusement évitées par le service de vidéo en streaming américain. En juillet 2011, la société annonçait par exemple une offensive de taille sur 43 pays principalement d'Amérique centrale et l'Amérique du sud et sortait donc de sa zone de confort aux Etats-Unis et au Canada.

Quelques mois après cette première annonce, le Royaume-Uni et l'Irlande étaient les autres pays à recevoir l'offre du service de location de vidéos à la demande. Par contre, la France n'est pas une cible, tout du moins à court terme. Ted Sarandos expliquait ainsi au Figaro en 2011 qu'investir sur notre marché national n'était pas une priorité. « Nous irons partout. C'est certain. Il reste à en déterminer l'ordre. Nous nous concentrons sur les marchés où le haut débit est avancé et où le contexte économique nous est favorable. En France pour l'instant le marché est un peu trop régulé », précisait-il.

Des propos confirmés par bfmtv.com et Jonathan Friedland, directeur de la communication de la société. Ce dernier précise alors que « Netflix n'a actuellement aucun projet de lancement en France ». Aucun lancement ne semble donc prévu, cette année en particulier. De son côté, le rapport Lescure évoquait au conditionnel un lancement ne devant « pas intervenir avant 2014 ».

Le document précisait également que l'un des freins majeurs à l'arrivée de concurrents américains comme Netflix ou Hulu s'avère être la chronologie des médias. Celle-ci « impose que les films offerts en VàDA soient sortis en salle au moins trois ans auparavant. L'absence de nouveautés est un frein important à l'intérêt du public pour les offres de VàDA et dissuade certains acteurs majeurs (TF1, M6, Dailymotion) de se lancer sur ce segment. Les producteurs redoutent qu'une offre de VàDA plus fraîche vienne concurrencer la télévision gratuite et surtout payante, et provoque une destruction globale de valeur, dès lors que le prix moyen se stabilise entre 7 et 10 € par mois, bien loin de celui de la télévision payante ». La mission Lescure craignait également que l'arrivée de ce type de service ne bouleverse l'équilibre du marché français.

Reste enfin l'alternative LoveFilm, la plateforme produite par Amazon. Là encore, la date de lancement du service a été repoussée pour 2014 alors que Canal+ avait évoqué mars 2013. De son côté, la direction du géant américain avait confirmé une disponibilité en France mais à une date encore inconnue.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Porn : Macron veut
Émissions de CO2 : Bruno Le Maire milite pour le déplafonnement du malus automobile
Le minage de cryptomonnaies participe au réchauffement climatique
La loi d'orientation des mobilités (LOM) a été adoptée par le Parlement
Bill Gates est de nouveau l'homme le plus riche au monde devant Jeff Bezos
Xavier Niel se dit prêt à investir 1,4 milliard de sa fortune personnelle dans Iliad-Free
Mustang Mach-E : Ford lâche la cavalerie électrique… et ça va faire mal
Votre maison côtière sera-t-elle sous l’eau chaque année en 2050/2100 ?
Pourquoi Stadia ne sera pas intéressant avant un an
Berline électrique BMW i4 : puissance, autonomie et performances révélées

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top