Bouygues Telecom publie une lettre ouverte à destination de ses clients

01 février 2012 à 12h38
0
00FA000003943292-photo-logo-rh.jpg
Trois semaines après l'arrivée de Free Mobile sur le marché des opérateurs, la concurrence semble toujours perdre des abonnés et les manœuvres pour freiner le phénomène se multiplient. Après avoir déclaré avoir enregistré 25 000 portages de numéros vers Free Mobile 10 jours après le lancement de l'offre du trublion du Net, Bouygues Telecom publie aujourd'hui une lettre ouverte à destination de ses clients dans la presse.

L'hémorragie de clients semble continuer de plus belle chez les opérateurs de téléphonie mobile : c'est, tout du moins, ce que l'on peut penser à la lecture de la lettre ouverte publiée aujourd'hui par Bouygues Telecom. Signé par Olivier Roussat, le directeur général de BT, le courrier se fixe pour objectif de rappeler les tarifs des offres de l'opérateur, et de mettre en avant ses qualités.

Sans détour, la première phrase de la lettre annonce clairement la couleur : « Depuis l'arrivée de Free sur le marché de la téléphonie mobile, beaucoup de gens se posent des questions. C'est peut-être votre cas ». Bouygues Telecom souhaite donc clarifier les choses, et souligne que son offre mobile sans engagement B&YOU propose aujourd'hui « des tarifs tout à fait équivalents à ceux de notre nouveau concurrent : l'illimité 24/24 avec Internet 3Go pour 19,99 €/mois sans mobile ». « B&YOU peut proposer un prix aussi peu élevé car c'est une offre commercialisée uniquement sur internet » ajoute le courrier.

« Des services que vous appréciez quotidiennement »

Passé le cap de B&YOU et l'explication concernant son tarif, le courrier évoque ensuite les prix pratiqués par Bouygues Telecom sur ses autres forfaits. « Bouygues Telecom vous propose par ailleurs des forfaits à des prix plus élevés parce qu'ils incluent des services que vous appréciez quotidiennement et qui sont très importants pour vous » explique Olivier Roussat, citant par la suite ses 2500 conseillers répartis dans 650 boutiques et ses 2000 conseillers au téléphone. Il met également en avant la subvention des mobiles et le service après-vente. « Ce n'est pas par hasard si nous sommes N°1 de la Relation Client depuis 5 ans en téléphonie mobile. Je peux vous assurer que nous n'avons pas fini d'en faire plus pour vous » conclut-il. Des services qui ont certes un coût, mais cela n'a tout de même pas empêché l'opérateur de revoir récemment à la baisse les tarifs de ses forfaits Ideo et Eden.

En somme, le discours de Bouygues Télécom ne diffère en rien de ceux de SFR et d'Orange, qui se sont tous les deux exprimés par voie de presse ces dernières semaines. L'argument principal mis en avant : les services ont un prix qui se répercute sur les tarifs des forfaits. « Ce n'est pas en proposant des offres à deux euros qu'on finance un réseau de qualité » a expliqué Franck Esser au Monde la semaine dernière, ajoutant « Nous ne sommes pas un opérateur low cost : derrière les offres, il y a un accompagnement et un réseau d'infrastructure dans lequel nous n'avons pas cessé d'investir ». La principale différence vient de la mise en avant du discours : là où les PDG de SFR et Orange ont choisi de s'exprimer dans une interview, celui de Bouygues Telecom s'adresse directement à ses clients. Reste à savoir si ces derniers prendront bonne note des rappels de leur opérateur.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Résultats LG : une progression grâce aux smartphones et télévisions
S. Richard, Orange :
MegaRetrieval : l'EFF aide les utilisateurs US de Megaupload a récupérer leurs fichiers
Copie privée : Apple rembourse jusqu’à 12 euros à certains acheteurs d'iPad
Free Mobile : les ventes de téléphones mobiles sont ouvertes (MàJ)
AMD Radeon HD 7950 : tour d'horizon des premières cartes
IE 10 Metro : toujours pas de plugins, mais une redirection vers la version Bureau
Pour Hotmail, Microsoft veut des publicités pertinentes
De retour en ligne, le site Copwatch et ses miroirs passeront par la case justice
Youtube envisagerait un service d'abonnement payant à ses chaînes
Haut de page