Malgré son bannissement sur Blackberry, Kik reste confiant

25 novembre 2010 à 16h15
0
Le 15 novembre dernier, la firme RIM avait décidé de retirer de son magasin en ligne l'application de messagerie instantanée baptisée Kik. Développée par un ancien de la firme canadienne, l'application subissait la rançon de son succès. Pourtant, ses responsables restent confiants.

00A0000003731874-photo-kik-logo.jpg
Kik est une simple application de messagerie instantanée gratuite qui permet à des utilisateurs Android, BlackBerry et iPhone de dialoguer entre eux. Lancée le 19 octobre dernier, Kik a déjà été téléchargée pas moins de 2,5 millions de fois. De bons résultats malgré le bannissement.

Sur son blog, la société qui développe l'application explique donc qu'elle souhaite vivement que RIM modifie sa politique à son égard. En effet, Rim a désactivé la fonction push pour les utilisateurs de Kik sous Blackberry. Du coup, les messages envoyés parviennent aux destinataires avec une heure de retard, rendant l'application inutile.

Pour autant, le patron de Kik, Ted Livingston, confie qu'il reste « confiant sur la stratégie de RIM ». De même, il note que le choix de la firme n'a aucun rapport avec le fait qu'elle propose déjà des services très ou « trop similaires comme la messagerie instantanée BB. Nous serions très déçus de savoir que cette décision a été motivée par ce choix ».

Livingstone garde donc la tête haute même si RIM n'a communiqué aucune date pour le retour de l'application sur le BlackBerry AppWorld.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top