Des chercheurs utilisent une intelligence artificielle pour lutter contre Ebola

05 novembre 2014 à 10h35
0
Pour tenter de trouver un vaccin contre le virus Ebola, une start-up canadienne fait équipe avec l'Université de Toronto pour développer une intelligence artificielle capable d'analyser l'efficacité de « millions de médicaments potentiels ». Son nom : Chematria.

L'épidémie actuelle d'Ebola a coûté la vie à près de 5 000 personnes, tandis que 13 000 sont présentement infectées à travers le monde. Pour les scientifiques, il est urgent de trouver un vaccin contre cette maladie dévastatrice, et certains n'hésitent pas à se tourner vers l'intelligence artificielle pour les épauler.

C'est là qu'intervient la start-up canadienne Chematria. Fondée en 2012, cette entreprise a développé un algorithme destiné à accélérer la découverte de médicaments plus efficaces. Pour ce faire, l'intelligence artificielle analyse des modèles statiques de molécules pour prédire leurs effets sur une cible biologique spécifique.


« Le système est piloté par un cerveau virtuel, basé sur le modèle du cortex visuel humain, qui apprend par lui-même en étudiant des millions de points de données concernant la manière dont les médicaments ont fonctionné par le passé. Avec ces connaissances, le cerveau de Chematria peut appliquer les modèles qu'il discerne, prédire l'efficacité d'hypothétiques médicaments, et proposer des utilisations surprenantes pour des médicaments actuels » explique le patron de l'entreprise, le docteur Abraham Heifets. « Ce que nous essayons de faire était considéré comme de la science-fiction auparavant » ajoute-t-il.

03E8000007731129-photo-superordinateur-ibm.jpg

Chematria fait équipe avec l'Université de Toronto dans le cadre de leurs recherches de traitement contre le virus Ebola. L'algorithme de l'entreprise a, ainsi, été installé sur le superordinateur le plus puissant du Canada. Interrogé par Mashable, le docteur Jeffrey Lee, chercheur à l'Université de Toronto, estime que les premières recherches sont « prometteuses » : « Nous mettons l'accent sur les mécanismes d'Ebola pour scruter les cellules qu'il infecte. Si nous pouvons interrompre ce processus avec un nouveau médicament, alors nous pourrions empêcher le virus de se répliquer. »

L'algorithme de Chematria permet aux scientifiques de gagner du temps et de ne se focaliser que sur les médicaments prometteurs, qui peuvent ensuite faire l'objet de tests en laboratoire. Néanmoins, il ne garantit pas pour autant la découverte assurée d'un traitement efficace, même s'il peut accélérer le travail des scientifiques : il a notamment déjà été utilisé dans la recherche contre le paludisme, la sclérose en plaques et la leucémie.

0320000007731127-photo-ebola-chematria.jpg
Une représentation virtuelle d'Ebola
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Contenus racistes et haineux : LEGO retire à son tour ses publicités des réseaux sociaux
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
Malgré le coronavirus, Tesla sauve les meubles au second trimestre 2020 avec plus de 90 000 livraisons
53 millions de tonnes de déchets électroniques en 2019, un record pas très glorieux
Airbus officialise la suppression de 5 000 emplois en France, 15 000 au total
Windows : le futur design du menu démarrer montre ses variantes
Les jeux PS5 et Xbox Series X plus onéreux que sur les consoles actuelles ?
PlayStation suspend temporairement ses publicités sur Facebook et Instagram
Crysis Remastered revient en vidéo et annonce déjà son report
Au tour d'AMD de publier ses pilotes activant la planification GPU
scroll top