Pour le Green500, le meilleur supercalculateur est américain

01 juillet 2011 à 16h35
0
012C000003678630-photo-supercalculateur-tianhe-1a.jpg
Le Tianhe-1A, 2e du Top500, n'est que 13e du Green500.
Si le Top500 met à l'honneur deux ordinateurs asiatiques, le K japonais et le Tianhe-1A chinois, ce sont les Etats-Unis qui occupent les deux premières places du Green500, un classement qui prend en compte l'efficacité énergétique. Il s'agit des deux prototypes du futur BlueGene/Q, la prochaine génération de supercalculateurs IBM.

Tous les six mois, le classement du Top500 vient révéler les supercalculateurs les plus puissants du monde. Et tous les six mois, le Green500 le suit de près, avec un point de vue légèrement décalé par rapport à l'autre : il donne le classement des supercalculateurs les plus efficaces énergétiquement. Le Green500 se base sur un calcul simple, les flops-par-watt, afin d'essayer de coller à un standard qui évite au maximum les défauts inhérents à la notion de performance énergétique, souvent controversée.

Pour le Top500, on ne peut plus vraiment dire qu'IBM brille par sa domination. Son Roadrunner, installé aux Etats-Unis, ne pointe qu'à la 10ème place, loin derrière le champion K de Fujitsu, le Tianhe-1A chinois, ou son compatriote le Jaguar de Cray. IBM prépare certes son grand retour - et celui des Etats-Unis - dans la guerre froide du calcul haute-performance, avec un BlueGene en préparation, mais pour l'heure, il a plutôt intérêt à viser le Green500 pour assurer sa communication.

Car sur ce classement bis du calcul haute-performance, c'est une machine de Big Blue qui fait la course en tête. Le second prototype du BlueGene/Q, la prochaine génération de supercalculateurs d'IBM, est en premier du Green500. Son indice de classement est de 2097,19 mégaflops par watt, soit assez loin devant le deuxième du classement et ses 1684,20 mégaflops par watt... Qui n'est autre que le premier prototype du futur BlueGene/Q.

Les premiers du Top500 sont assez loin derrière, puisque le K de Fujitsu, en tête du Top500, n'est qu'à la 6ème place du Green500, avec 824,56 mégaflops par watt. Le deuxième du Top500, le fameux Tianhe-1A, premier ordinateur chinois à prendre la première place du Top500 il y a six mois, pointe pour sa part à la 13ème place du Green500, avec 635,15 mégaflops par watt.

Evidemment, ce classement n'a pas pour but de mesurer la performance brute, et est probablement moins scruté que son grand frère. Mais il apporte un éclairage différent sur cette bataille du calcul haute-performance. D'autant que si les prédictions se réalisaient pour les prochains classement, en novembre, IBM - et les Etats-Unis - raviraient la première place des deux classements.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Hadopi : une
Google Chrome atteint les 20% de part de marché
Une filiale de Groupon laisse filer des données sur 300 000 utilisateurs
Olympus Pen E-P3, E-PL3 et E-PM1 : l'électronique au cœur des améliorations
Clubic Week 2.0 : Google+ = Facebook- ?
Razer lance les
Twitter serait visé par une enquête préliminaire de la FTC
Selon Cisco, le spam paie moins bien
RIM : la direction (encore) attaquée publiquement
Samsung annonce une microSD rapide de 32 Go
Haut de page