Test Asus ZenPad S 8.0 : au format de l'iPad mini, pour la moitié du prix

Aurélien Audy
04 décembre 2015 à 17h30
0
Dévoilée d'abord au Computex puis à l'IFA, la ZenPad S 8.0 d'Asus est une tablette de 8 pouces au rapport qualité/prix particulièrement intéressant. Annoncée à 349 euros dans sa version avec 4 Go de RAM et 64 Go de stockage, on la trouve aujourd'hui à 260 euros. Une rivale sérieuse à un iPad mini ?

La famille déjà nombreuse des tablettes Asus s'est agrandie dernièrement grâce à deux nouvelles ZenPad de 8 pouces, dont la S 8.0, nom de code Z580CA, est la version la plus élaborée. C'est précisément celle que nous testons dans cet article. Avec sa dalle IPS en 2K (2 048 x 1 536 pixels), son SoC Intel quadruple cœurs, 4 Go de RAM, 64 Go de stockage et son stylet, le tout, à l'heure où nous écrivons ces lignes, pour 260 euros auprès des meilleurs marchands, la ZenPad S 8.0 a de quoi attirer les regards. Poudre aux yeux ou véritable tour de force du constructeur taïwanais ?

Présentation de la ZenPad S 8.0



La ZenPad S 8.0 est une tablette plutôt bien construite et agréable à prendre en main. Quelconque de face - on n'est pas adepte du cerclage chromé, a priori en plastique -, la tablette se distingue en revanche de dos, avec une élégante plaque métallique texturée, soulignée par un bandeau de simili-cuir. Ce dernier fait tout le tour de l'objet et favorise ainsi la prise en main de la ZenPad S 8.0, grâce à son toucher agrippant. Sans être exceptionnelle, la finition ne souffre d'aucun défaut, l'ensemble reste proprement assemblé.

01A4000008269930-photo-asus-zenpad-s-8-3.jpg
01A4000008269924-photo-asus-zenpad-s-8-10.jpg

Mais le plus plaisant, c'est le format de la tablette : il est strictement identique à celui de l'iPad mini, avec son écran 4/3, et même un peu plus léger (284 g). On peut la tenir d'une main, même sans avoir des paluches de basketteur de NBA. L'écran, pièce maîtresse de l'objet, est particulièrement bien intégré : il couvre un peu plus de 71 % de la façade de la tablette. S'il n'est pas monstrueusement lumineux (entre 390 et 414 cd/m² selon les réglages), il conserve en revanche un niveau de noir bas (0,25 cd/m²) et une température de blanc juste (6 664 K). De quoi atteindre un bon taux de contraste, entre 1560 et 1656 pour un.

01A4000008269938-photo-asus-zenpad-s-8-7.jpg
01A4000008269940-photo-asus-zenpad-s-8-8.jpg

Parmi les différents réglages proposés par Asus, c'est celui appelé Filtre bleu qui donne le meilleur rendu. Amateurs de couleurs plus soutenues, vous pourrez choisir le mode équilibré voire vif. Les angles de vision pourraient être plus généreux si la vitre d'écran, protégée par du Gorilla Glass 3, ne produisait pas autant de reflets. Et la couche tactile n'est pas un modèle de réactivité (on le constate notamment avec le stylet), mais bon, dans l'ensemble et pour le prix, on dispose d'un affichage agréable.

000001C208269968-photo-asus-zenpad-s-8-0-affichage.jpg

Outre les boutons de volume et d'alimentation ou la prise jack, en continuant à faire le tour de la ZenPad S 8.0, on tombe sur le lecteur de cartes microSD. Si les 64 Go ne vous suffisent pas, vous pourrez donc encore accroître la capacité de la tablette. Voilà qui est généreux. Et la connectique USB est ici de type-C : Asus va-t-il tourner la page du micro USB sur tous ses produits dorénavant ?

01A4000008269926-photo-asus-zenpad-s-8-11.jpg
01A4000008269942-photo-asus-zenpad-s-8-9.jpg

Dernier détail notable - et bien mis en avant par Asus : la présence de deux haut-parleurs en façade, avec une compatibilité DTS HD Premium Sound. Qu'est-ce que cela signifie exactement ? Au-delà du caractère pompeux de l'appellation, cela se traduit tout simplement par un traitement logiciel du son, visant à simuler de la spatialisation sonore et à renforcer basses, volume et dialogues selon les réglages choisis. Dans la pratique, il y a de la puissance et une relative amplitude (ne vous attendez pas à entendre des sons derrière vous) mais peu de basses. C'est très aigu, moins chaud qu'une Nexus 9 par exemple. Côté prise casque, rien à redire : les décibels ne se font pas prier, et encore moins si on pousse l'amplification de volume proposée par le mode DTS.

0000016808269934-photo-asus-zenpad-s-8-5.jpg
0000016808269898-photo-asus-zenpad-s8-0-interface-20.jpg


Une configuration musclée pour le prix



Au-delà du design soigné et du bel écran, ce qui séduit chez la ZenPad S 8.0, c'est le niveau d'équipement proposé, élevé pour le prix de la tablette. Asus mise sur un SoC Intel Atom Z3580, plus ou moins équivalent sur le papier à un Snapdragon 801 (quatre cœurs à 2,3 GHz), 4 Go de RAM et 64 Go de stockage. La tablette dispose par ailleurs de Wi-Fi ac double bande, de Bluetooth 4.0 et d'une batterie de 4 000 mAh, seul réel point faible prévisible.

08269808-photo-asus-zenpad-s-8-0.jpg

Asus livre son stylet Z Stylus avec la tablette. Du moins, l'accessoire était présent dans la boîte de notre exemplaire de test. Nous avons demandé à Asus si cette offre était généralisée, mais pas de réponse pour l'heure. Et en même temps, comme l'écran n'est pas très réactif, l'usage du stylet nous semble assez anecdotique. Le Z Stylus, tout en métal, fonctionne à l'aide d'une pile AAAA (oui, quadruple A, ce n'est pas une coquille) garantissant 10 heures d'autonomie ou 225 jours de veille. Tout cela (avec ou sans stylet) pour 349 euros, c'était déjà bien positionné, mais pour 260 euros aujourd'hui, c'est carrément agressif.

0000010E08269972-photo-asus-zenpad-s-8-0-stylet.jpg
0000010E08269998-photo-asus-zenpad-s-8-0-note.jpg
0000010E08269904-photo-asus-zenpad-s8-0-interface-23.jpg

L'usage du stylet n'est pas très précis, la faute notamment à une couche tactile pas très réactive mais aussi à une mauvaise gestion de la détection de paume (le côté de la main réagit sur l'écran). Une pression sur le bouton du stylet active un menu contextuel, comme ce que propose Samsung sur ses tablettes et Galaxy Note.


ZenUI : la surcouche surchargée



Rien de nouveau de ce côté-ci : la surcouche ZenUI dont nous vous parlions déjà à l'époque du test du ZenFone 2 officie toujours. Et notre ressenti n'a pas vraiment bougé. Nous trouvons ZenUI littéralement surchargé : Asus préinstalle près de 50 applications, sans compter la suite Google, dont quatre seulement sont désinstallables. Il reste moins de 52 Go de libres sur 64 Go (ce qui n'est pas si grave avec pareille capacité), et les mises à jour deviennent incessantes. Espérons qu'à l'avenir, Asus se résignera à rendre tout ce beau monde facultatif.

Maintenant, à défaut d'être une surcouche légère, ZenUI est plutôt cohérente dans son approche et complète dans le panel d'applications (communication, outils, photographie, productivité, etc.) proposées. Techniquement, si la suite Asus vous seyait, vous n'auriez presque pas besoin d'aller sur le store Google. On apprécie notamment le fait de pouvoir organiser ses programmes jusque dans le tiroir d'applications, et plus globalement d'avoir autant de latitude sur le paramétrage de la tablette : personnalisation des réglages rapides, format du format de capture d'écran, gestuelle, mode ne pas déranger, mode enfant, gestion de l'alimentation, etc. Et si vous avez peur d'être débordé par tout cela, il reste le mode facile, qui limite l'interface aux fonctions essentielles.

Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails
Interface ZenUI en détails

Nous préférons clairement l'expérience qu'offre l'interface épurée d'un Android stock, mais comme le stockage est moins un problème sur une tablette disposant de 64 Go extensibles, et que les applications non utilisées peuvent être désactivées et masquées, cette surcouche ZenUI reste surmontable.

Photo et vidéo



La section photo et vidéo est moins importante sur une tablette qu'un smartphone, pour la simple et bonne raison que photographier ou filmer avec une tablette est tout sauf confortable. Maintenant, si c'est tout de même pour vous un critère important, sachez que la ZenPad S 8.0 est correcte mais pas transcendante. Le capteur de 8 mégapixels est exploité avec une réactivité satisfaisante, le rendu d'image en plein jour est plutôt propre. En revanche, le piqué et la dynamique demeurent moyens, l'image se dégrade assez méchamment par faible luminosité (de nuit par exemple) et surtout, le menu des paramètres photo est particulièrement anxiogène tellement il est chargé et parfois abscons. Bref, l'appellation PixelMaster n'apporte pas grand-chose de tangible.

Photo de jour
Photo de jour en mode HDR. Ici le résultat fonctionne bien.
Extrait à 100 % au centre
Extrait à 100 % au bord
Photo de nuit à 1600 ISO
Photo de nuit en mode faible éclairage (2 mégapixels)

La HDR donne des résultats aléatoires (comprendre "parfois bon, parfois raté"), tandis que le mode Faible luminosité, s'il parvient effectivement à booster considérablement la sensibilité du capteur en fusionnant des photosites, condamne à une image de 2 mégapixels sans le moindre piqué. Asus a des idées, mais dans le domaine de la photo, la concrétisation n'est pas encore au point.

En vidéo, la ZenPad S 8.0 est vraiment poussive. D'abord, l'angle de champ est étroit : si vous vouliez filmer votre enfant en train de gesticuler dans tous les sens, il va vous falloir du recul. Ensuite, la qualité d'image du flux Full HD encodé en H.264 à 15 Mbps et 30 im/s peine à convaincre : manque de détails, trop de compression, dynamique insuffisante. Enfin, la stabilisation numérique n'est activable que si on descend en flux HD seulement, et là, le résultat n'est vraiment pas beau.



Performances et autonomie



Ce même SoC Intel Atom Z3580 nous avait agréablement surpris sur le ZenFone 2, il en va de même ici avec la ZenPad S 8.0. L'interface pourtant chargée ne ralentit jamais ou presque, les jeux les plus musclés comme Asphalt 8 : Airborne ou Mortal Kombat X tournent sans broncher ni réellement chauffer. Nous avons mesuré au mieux un dégagement de 38° après plusieurs circuits et combats, la puissance est maîtrisée. Ce n'est pas le top niveau de ce qu'il se fait aujourd'hui, mais la configuration est amplement suffisante pour la plupart des usages. PCMark nous retourne par exemple un score élevé de 6 519 sur le bench Work Performance. Seul bémol pendant les phases de jeu : selon les titres, le ratio quatre tiers de l'écran n'est pas bien géré. Exemple avec Mortal Kombat X qui opère un étirement de l'affichage pour éviter les bandes noires... Pas très esthétique.

Benchmark : 526-5544

Benchmark : 526-5546


Reste en suspens la question de l'autonomie, sur laquelle la batterie de 4 000 mAh ne laisse rien présager de bon. Et effectivement, PCMark nous affiche un score de 5 h 23, davantage digne d'un smartphone moyennement autonome (OnePlus X par exemple) que d'une tablette. Notez que ce résultat a été obtenu en mode optimisé : en Economies d'énergie max. la tablette doit pouvoir allez plus loin. Maintenant, tout dépend de comment vous utilisez votre tablette. La question de l'autonomie n'est peut-être pas aussi cruciale qu'avec un smartphone.

Conclusion



00C8000005507335-photo-award-qualit-prix.jpg
L'annonce de la ZenPad S 8.0 avait attiré notre attention, le produit fini entre nos mains confirme nos attentes. Asus a réussi à produire une tablette joliment dessinée et généreusement équipée, tout en maintenant un prix particulièrement compétitif. Le bel écran appâte le regard, la configuration solide fait tourner applications et OS - pourtant bien chargé - sans heurts. Disposer d'une capacité de stockage déjà généreuse - 64 Go - et même extensible à 260 euros est un argument de poids, assurément.

La belle réussite n'est toutefois pas totale. La ZenPad S 8.0 s'embarrasse d'une cinquantaine d'applications préinstallées dont on ne peut pas se délester, et elle manquera un peu d'autonomie pour qui voudrait en faire un fidèle compagnon de route. La partie photo, et surtout vidéo, n'est pas totalement satisfaisante non plus. Mais tout est question d'équilibre, et en la matière, cette ZenPad S 8.0 fait figure de bon élève.

Asus ZenPad S 8.0

Les plus
+ Format 4/3, compact et fin / design sympa
+ Bel écran IPS en 2048x1536 / bon contraste
+ RAM et stockage en quantité / microSD
+ Son de bonne facture / Prix très attractif
Les moins
- Surcouche surchargée / app non désinstallables
- Autonomie légère
- Performances photo et vidéo moyennes
- Utilité et précision du stylet
Finition
Ergonomie
Autonomie
Performances
Rapport qualité/prix
4

Modifié le 17/09/2018 à 10h53
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Un démantèlement des GAFA ?
Un son pour avertir les piétons va être ajouté à la Tesla Model 3
Nintendo s'attaque à nouveau à un site de partage de ROM

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top