NVIDIA Tegra Note 7 : une tablette taillée pour le jeu ?

le 02 mai 2014 à 16h05
0
La Tegra Note 7 est une nouvelle tentative de NVIDIA pour se positionner sur le marché des tablettes Android. En dehors de la plateforme Tegra 4, pensée et conçue par le fondeur, la fabrication du produit reste elle confiée à ses constructeurs partenaires, dont Gigabyte dans ce cas précis. Plus classique que la console portable Shield, il s'agit cette fois d'une tablette 7 pouces, mais pensée pour le jeu et le multimédia, avec des enceintes en façade, des optimisations pour le jeu mobile, et un stylet gérant les niveaux de pression de manière originale. Un cocktail alléchant, puisque proposé par Gigabyte pour 199 euros.

Du Tegra 4 dans une tablette 7 pouces



On dit qu'on n'est jamais mieux servi que par soi-même : avec Tegra 4, NVIDIA semble prendre goût au fait de proposer ses propres concepts d'appareils mobiles. Ca avait commencé avec la console portable Shield, et son gamepad à écran tactile dépliable. La Tegra Note 7, elle, est conçue par NVIDIA, et commercialisée par différents partenaires, qui reprennent son design de référence, mais peuvent apporter leurs propres optimisations logicielles. La version Gigabyte apparaît enfin en Europe : il était temps, car les premières Tegra Note 7 avaient vu le jour aux Etats-Unis en novembre dernier.



Une Tegra Note, c'est quoi ? Pas de joypad ou de sticks analogiques cette fois : il s'agit d'une tablette pensée pour le jeu vidéo, le multimédia et la création, avec à l'intérieur la puce Tegra 4 et son GPU à 72 unités de calcul et ses 4 cœurs processeur (plus un cœur « compagnon » pour les tâches à basse consommation. Bien sûr, il ne s'agit pas du nouveau Tegra K1, annoncé par NVIDIA au dernier CES, puisque la tablette est sortie en 2013. Cependant, on avait pu noter lors de notre test de la Surface 2 de Microsoft que les performances de Tegra 4 se classaient parmi les meilleures puces mobiles, donc pas de crainte à avoir de ce côté là.

Pour séduire les joueurs et les consommateurs de multimédia, NVIDIA met aussi l'accent sur le son : à la manière des derniers smartphones de HTC, la Tegra Note intègre 2 haut-parleurs en façade. Et le côté création ? Il est assuré par l'intégration d'un stylet capacitif. La promesse : une tablette sous la barre des 200 euros, permettant de jouer aux derniers jeux 3D de manière fluide, de lire ses vidéos ou d'écouter sa musique sans avoir les oreilles qui saignent, et de laisser parler l'artiste qui est en vous entre 2 parties de Dead Trigger 2.

Un design taillé pour les joueurs ?



Au premier contact, la Tegra Note 7 ressemble à la tablette de Batman. Disons que le design, à base de lignes futuristes et de textures antidérapantes, fait clairement « gamer » et privilégie l'ergonomie par rapport à l'élégance. Ca n'est pas forcément un mauvais choix, car elle est effectivement plutôt agréable à prendre en main, surtout en mode paysage. On se dit que les 2 enceintes en façade, ça n'est peut être pas une si bonne idée, mais en pratique, elles sont suffisamment larges pour qu'on ne recouvre pas le son par un mauvais placement des pouces, qui, le plus souvent, seront sur l'écran.



Une tablette qui se veut pensée pour le jeu et le multimédia se doit d'avoir un écran digne de ce nom. Sur ce point, on serait tenté de dire « peut mieux faire ». En soi, la dalle LCD IPS de la Tegra Note n'est pas mauvaise, mais les couleurs gagneraient à être peut-être un peu plus pêchues, d'autant plus que l'écran n'est pas des plus lumineux, et renvoie des reflets un peu gênants. On peut aussi reprocher à NVIDIA de se limiter à une définition de 1280x800 pixels, là où une Nexus 7 grimpe jusqu'au 1080p.

Une petite déception aussi sur le son : les haut-parleurs en façade sont un plus, et la stéréo bien perceptible, mais le son manque tout de même de coffre par rapport à un HTC One M8, et sature un peu à un volume élevé. Malgré tout, ça n'est pas pire que la plupart des tablettes concurrentes à l'unique haut-parleur mono au dos, et on apprécie leur présence, notamment pour la lecture vidéo (pas dans un lieu public, bien sûr !)

01F4000007335376-photo-screenshot-2014-04-30-18-31-18.jpg


Côté stockage, on appréciera la présence d'un slot Micro SD qui vient compléter les 16 Go de stockage interne : un petit avantage sur la Nexus 7 2013.

La Tegra Note 7 à l'usage



Ca n'est pas son seul usage, mais NVIDIA mise en grande partie sur le jeu comme argument de vente de sa tablette. Commençons par le plus évident : la puce Tegra 4 assure. Asphalt 8, Dead Trigger 2, Real Racing 3, Dead on Arrival... Tous les jeux que nous avons installés tournent presque parfaitement, à l'exception des micro saccades inhérentes au jeu. Asphalt 8 accroche par exemple sur les replay ou sur les intros des circuits, mais il le fait sur tous les smartphones et tablettes Android testées. La présence de certains détails peut également varier selon l'optimisation pour tel ou tel GPU : dans l'ensemble, on a eu l'impression que la Tegra Note 7 s'en tirait plutôt bien sur ce point.

012C000007335366-photo-screenshot-2014-04-30-18-24-04.jpg
012C000007335368-photo-screenshot-2014-04-30-18-27-16.jpg


NVIDIA compte également sur quelques détails pour faire la différence : la Tegra Zone, une application permettant de trouver, de manière assez efficace d'ailleurs, de bons jeux optimisés pour la tablette, et un outil de mapping, permettant, pour les jeux incompatibles avec une manette, de se substituer aux contrôles tactiles. Un outil que l'on trouvait déjà sur la Shield, où il avait tout son intérêt.

01F4000007335374-photo-screenshot-2014-04-30-18-30-32.jpg


Mais, direz vous, pourquoi se soucier de cette prise en charge sur une tablette tactile dépourvue du moindre bouton ? Une couverture inspirée par la Smart Cover d'Apple apporte peut être la réponse. Avec ses 3 niveaux d'inclinaison, on peut l'utiliser comme écran posé sur une surface, et connecter une manette Bluetooth ou USB, comme une Dual Shock 3, d'autant plus que la prise en charge des manettes est monnaie courante sur Android. Evidemment, cet avantage n'est en rien exclusif à NVIDIA, mais l'efficacité de l'outil de mapping, capable de s'adapter à de nombreux jeux reconnus, permet en pratique de ne jamais se poser la question de la compatibilité.

012C000007335294-photo-tegra-note-7-11.jpg
012C000007335292-photo-tegra-note-7-10.jpg


Et à part le jeu, Tegra Note 7 est-elle une bonne tablette ? On ne va pas s'étendre sur le sujet : elle fait très bien ce que font la plupart des tablettes dans cette gamme de prix : lecture, surf, réseaux sociaux, mail... Et si NVIDIA apporte quelques optimisations, la tablette exécute un Android tout ce qu'il y a de plus standard. Bon point : si notre modèle était livré en version 4.2, une mise à jour 4.4 était disponible sans fil. Vous disposerez donc d'un Android à jour.

01F4000007335360-photo-screenshot-2014-04-30-18-22-49.jpg


Un stylet capacitif original



Comme les Galaxy Note de Samsung, ou certaines tablettes Windows 8, Tegra Note 7 mise aussi sur la présence d'un stylet. Là, on serait tenté de dire que sa présence n'est pas des plus indispensables : à l'exception d'une application de dessin et d'un outil de prise de notes, la Tegra Note est loin de pousser l'intégration de celui-ci aussi loin que le fait Samsung.

01F4000007335302-photo-tegra-note-7-5.jpg


En fait, c'est surtout la technologie derrière le stylet qui est intéressante : avec sa pointe biseautée et une détection de sa forme sur la couche tactile via le GPU, NVIDIA est capable de se passer d'un vrai « digitizer » à la Wacom. En pratique, cette pseudo gestion de la pression permet de varier l'épaisseur des traits, ce qui est impossible avec un stylet capacitif classique. Les dessinateurs, ou le public asiatique à qui s'adresse cette fonction pour le côté calligraphique, apprécieront, mais il s'agit davantage d'un bonus que d'une fonctionnalité clé. On note tout de même que le stylet est bien fini : on aimerait que Samsung fournisse un stylet en métal sur ses Galaxy Note !

Photo et vidéo



On n'attend jamais beaucoup d'une tablette 7 pouces en matière de photos, et dans le cas de la Tegra Note 7, on a plutôt raison : le résultat n'est vraiment pas terrible. Le principal défaut provient des couleurs tirant beaucoup trop sur le rouge sur toutes nos images.

0258000007336326-photo-tegra-note-7-photo-scene.jpg

012C000007336328-photo-tegra-note-7-photo-scene-detail-1.jpg
012C000007336330-photo-tegra-note-7-photo-scene-detail-2.jpg


Les photos manquent également de détails : les textures sont systématiquement adoucies et on remarque une tendance à la surexposition.

0258000007336318-photo-tegra-note-7-photo-exterieur.jpg

012C000007336320-photo-tegra-note-7-photo-exterieur-detail-1.jpg
012C000007336322-photo-tegra-note-7-photo-exterieur-detail-2.jpg


La couche photo de la tablette dispose aussi d'un mode HDR, une des fonctionnalités mises en avant par NVIDIA lors de la présentation de Tegra 4, censé accélérer le traitement via le GPU. En pratique, les photos réalisées avec ce mode gagnent en détail, mais le bruit sur certaines parties de l'image est assez prononcé.

0258000007336324-photo-tegra-note-7-photo-exterieur-hdr.jpg


Les vidéos sont correctes mais souffrent des mêmes problèmes, à savoir une teinte un peu trop rouge et des contours parfois trop accentués.



Autonomie



La Tegra Note 7 est taillée pour le jeu et le multimédia, mais tient-elle la distance en matière d'autonomie ? Tout dépendra de votre usage. Lors de nos tests, on a pu tenir entre 5 et 8 heures selon l'intensité de l'usage. La tablette nous a semblé bien tenir en veille, et si vous ne poussez pas l'écran à fond, vous devriez pouvoir passer une bonne journée sans la brancher à son adaptateur secteur.

En revanche, en forçant un peu, il faut admettre que la batterie peut descendre assez vite : une petite heure de jeu, notamment sur Asphalt 8 et Dead Trigger 2, lui a fait perdre environ 20%. Cela dit, il s'agit de conditions extrêmes, puisqu'on avait, dans ce cas, poussé la luminosité au maximum.

En lecture vidéo, nous arrivons tout de même à tenir 7h40 avec un film au format MP4/H264, en 720p, avec écran à fond et Wi-Fi activé, soit un résultat légèrement supérieur à l'iPad Mini ou la Nexus 7 2013.

Benchmark : 314-3584


Notre avis



000000C807336354-photo-tegra-note-7.jpg
Mission accomplie pour la Tegra Note 7 ? Dans l'ensemble, la tablette de NVIDIA remplit son contrat. Elle offre effectivement de très bonnes performances sur le jeu, même si l'écart par rapport aux autres SoC haut de gamme (Snapdragon 800/801, Apple A7...) n'est pas flagrant. La prise en main est confortable, la présence d'enceintes en façade est un bon point, tout comme les quelques applications supplémentaires de NVIDIA, bien que l'outil de mapping a peut-être un peu moins d'intérêt sur une tablette que sur une « vraie » console portable tactile.

Tout n'est pas parfait pour autant, et on attendait un peu mieux de l'écran : sans être désagréable, il est un petit cran en dessous de celui de la Nexus 7 2013 ou de l'iPad mini Retina. L'autonomie, elle, est tout à fait correcte pour certains usages, mais attention aux sessions de jeux trop gourmands en ressource ! Le stylet apporte un petit plus pour les dessinateurs, à défaut d'être indispensable. En fait, la Tegra Note 7 se distingue surtout, au final, pour son rapport qualité/prix : pour 199 euros, elle saura satisfaire les utilisateurs à la recherche d'une tablette performante mais pas trop chère pour meubler des trajets avec des jeux ou des films.

Tablette : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !

NVIDIA Tegra Note 7 par Gigabyte

Les plus
+ Très bonnes performances graphiques
+ Bonne prise en main
+ Optimisations pour joueurs (mapping tool...)
Les moins
- Ecran un peu en retrait
- Appareil photo médiocre
Finition
Ergonomie
Web
Multimédia
Autonomie
3
Modifié le 20/09/2018 à 14h16
Mots-clés : Tablette Android
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Amazon : la gamification pour rendre le travail en entrepôt
Sophie Viger (école 42) :
La Chine dévoile un prototype de train à sustentation magnétique circulant à 600 km/h
Amazon investit dans deux start-up facilitant l’apprentissage des enfants
Google développe une IA pour prédire les risques de cancer du poumon
#WTF Quand l'Autopilot Tesla suggère de rouler à contre-sens
Uber lance son service de location de sous-marin en Australie
La multiplication des très grands nombres réinventée... et bientôt dans nos ordinateurs ?
Kung Fury 2 mettra en scène Arnold Schwarzenegger et Michael Fassbender
IBM :
scroll top