WebOS : un ex-employé de Palm remet en cause le choix de WebKit

01 juin 2018 à 15h36
0
0096000004445668-photo-logo-hp-touch-pad3.jpg
En rachetant Palm pour 1,2 milliard de dollars en avril 2010, HP avait de grandes ambitions pour ses terminaux mobiles. Le système WebOS résulterait cependant de plusieurs erreurs stratégiques.

Paul Mercer, anciennement directeur du département "Software" chez Palm, rapporte au New York Times que Hewlett Packard « était en avance sur son temps en essayant de développer un système entièrement basé sur les technologies web ». Ce dernier devait ainsi être plus ouvert qu'iOS tout en présentant une interface plus attractive qu'Android.

« Nous n'avons tout simplement pas su mettre en oeuvre ce projet ambitieux et novateur », ajoute M. Mercer en affirmant que la technologie n'était pas au rendez-vous. La fondation-même du système serait au coeur du problème. WebOS repose sur le moteur de rendu open source WebKit, généralement utilisé par les navigateurs comme Safari et Chrome. Ce choix technologique est perçu comme une erreur fondamentale puisque les applications conçues ne s'exécuteraient pas aussi rapidement que celles développées nativement sur iOS. Le Palm Pre, le premier terminal doté de WebOS, était décrit par l'opérateur américain Sprint comme le téléphone le plus rapidement vendu. Cependant il aurait également enregistré un taux de retour très élevé par les mobinautes déçus des performances du système.

La conception de WebOS aurait été effectuée en neuf mois et plutôt que de développer certaines briques pouvant être exploitées par différentes applications, HP a décidé au contraire de créer chacune des applications indépendamment du système. Il fallait donc mettre au point ces briques après le développement des applications afin de les faire fonctionner correctement sur WebOS, mais HP aurait eu beaucoup de mal à recruter des spécialistes de Webkit, les principaux ayant déjà été embauchés par Google ou Apple. L'ex-employé de HP n'en démord pas : « si l'objectif est de produire des logiciels dignes de ceux conçus à Cupertino en terme de réactivité et de design, Webkit n'est pas encore prêt parce que le web ne suffit pas à concevoir cela ».

00C8000003655640-photo-hp-webos-2-0.jpg
00C8000003655638-photo-hp-webos-2-0.jpg
00C8000003655642-photo-hp-webos-2-0.jpg


D'autres estiment que HP n'a pas su transformer WebOS en une véritablement plateforme disposant d'un écosystème suffisamment étoffé pour fidéliser le client. Par ailleurs, HP n'a pas su retenir les employés clés ayant fondé WebOS, c'est notamment le cas de Peter Skillman, vice-président du département "Design" chez Palm ou encore de Matias Duarte, vice-président de l'expérience utilisateur de WebOS. A propos de ce dernier, M. Mercer explique : « il était WebOS à lui seul (...) lorsqu'il est parti le vide était palpable ».

Le mois dernier, HP a finalement décidé de publier WebOS en open source. Reste à savoir si la communauté s'emparera du projet... peut-être l'occasion pour l'équipe de WebKit de démontrer de quoi est capable son moteur de rendu...
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

L'Hadopi répond à la polémique sur sa composition
Bruno Bonnell (ex-Atari) monte un fonds dédié à la robotique
Google : une campagne maladroite pour promouvoir Chrome
ClockworkMod Tether : partage de connexion gratuit, sans root et indétectable
Les hackers du CCC pensent à un réseau Internet libre grâce à des satellites
Samsung dévoile le Galaxy Ace Plus
Faute d'App Store, l'émulateur MAME s'installe sur le Chrome Web Store
Intel lancerait des processeurs Sandy Bridge sans GPU
Microsoft autoriserait indirectement la virtualisation de Linux sur Azure
SoundCloud réalise une levée de fonds
Haut de page