HP arrête les frais : fin de WebOS, des TouchPad et cession possible ? (màj)

Par
Le 19 août 2011
 0
0000005504445676-photo-hpwebos-h-s-bg.jpg
Coup de tonerre à Palo Alto ! L'été est décidément très chaud dans la Silicon Valley : quelques jours après l'annonce choc de Google, le rachat de Motorola (voir Google annonce le rachat de Motorola Mobility), HP jette un nouveau pavé dans la marre. Le fabricant annonce pèle mêle dans un communiqué la fin de WebOS, des téléphones WebOS et de sa première tablette tactile, la TouchPad, et même une possible cession de sa branche grand public !

Un peu plus d'un an après avoir racheté Palm (voir HP s'offre Palm pour 1,2 milliard de dollars), HP défraye à nouveau la chronique. Dans un communiqué de presse, et en à peine moins de deux lignes, la firme annonce qu'elle va cesser les activités autour de WebOS et revoir ses prévisions pour les deux prochains trimestres. Concernant WebOS, HP va restructurer et fermer la division en charge du développement des périphériques WebOS. On savait que la première tablette tactile d'HP, la TouchPad peinait à convaincre, avec un stock important d'invendus et des critiques pour le moins peu élogieuses (voir notre test), de là à ce qu'HP jette l'éponge au premier essai, la surprise est de taille ! Voilà qui mettra en revanche un terme aux improbables annonces de l'arrivée de WebOS sur les ordinateurs portables de la marque. Quant aux smartphones WebOS, il faudra vraisemblablement en faire son deuil. Reste que dans le même communiqué la firme indique qu'elle continuera d'évaluer les opportunités autour des logiciels WebOS... pour mieux les inclure dans les imprimantes ou proposer le système sous licence à des fabricants tiers ? A moins bien sûr qu'un acteur majeur de l'industrie ne décide de sortir son carnet de chèque pour s'offrir WebOS...

0000014004344116-photo-hp-touchpad.jpg


Dans la foulée, HP indique vouloir se séparer de sa division PC baptisée PSG (Personal Systems Group). Le groupe cherche en effet à créer une filiale autonome de son activité grand public (les PC donc) ou à carrément s'en séparer si HP trouve preneur. Le but ? Se concentrer sur le très lucratif marché des logiciels et services pour l'entreprise. Cela ne vous rappelle rien ? IBM en son temps... avait fait la même chose. Qui plus est, HP confirme être en pourparlers pour racheter l'anglais Autonomy Software, spécialisé dans la gestion d'information pour les entreprises.

L'annonce d'HP a de quoi prendre de court l'industrie alors qu'elle ouvre une ère d'incertitudes pour la compagnie et donc pour l'ensemble de ses activités. Quant à la concurrence, elle ne perd pas une seconde et Michael Dell ironise dans un tweet : « Si HP fait une spin-off de son activité PC peut être l'appelleront-ils Compaq ? » En référence bien sûr au rachat de Compaq par Hewlett Packard il y a plusieurs années de cela. Affaire à suivre...

Mise-à-jour d'Antoine : HP a confirmé le rachat d'Autonomy, un éditeur britannique spécialisé dans le cloud computing. Le processus de rachat ne fait que débuter, mais HP l'a accepté. Montant de la transaction : 42,11 dollars par action... Soit un total de 10,2 milliards de dollars ! Enorme rachat, donc, surtout que cela constitue un bonus de 80% par rapport à la capitalisation boursière d'Autonomy, de 5,7 milliards de dollars.

Cette confirmation est venue dans un communiqué de presse annonçant les résultats trimestriels de HP. Au troisième trimestre, le géant a enregistré 31,2 milliards de dollars, soit une hausse mesurée de 1% par rapport à l'année précédente - mais une baisse de 2% une fois l'évolution de la monnaie américaine lissée. Côté bénéfice net, HP se situe à 1,9 milliard de dollars, soit 9% de plus qu'au troisième trimestre de l'année 2010.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top