Test de l'Xperia Play : véritable "gamephone" ou Rolls de l'émulation ?

Par
Le 08 avril 2011
 0

Test du XPERIA PLAY

Après les rumeurs, la « PSP phone » se transforme en réalité, et prend le nom d'Xperia Play. Ce nouveau smartphone Sony Ericsson sous Android 2.3 est le premier à proposer une certification « PlayStation ». Dans la pratique, l'Xperia Play se distingue par la présence d'une manette de jeu coulissante qui rappelle la PSP Go. Pari réussi ? Réponse lors de ce test.

0226000004155824-photo-xperia-play-black-screen1.jpg


Sony Ericsson Xperia Play
Caractéristiques principales
Système d'exploitation Android 2.3 (Gingerbread)
Processeur / Fréquence Scorpion ARMv7 @ 1Ghz
Mémoire / Stockage Mémoire interne 400 Mo
Carte mémoire micro SD 8Go fourni (slot compatible 32 Go)
Technologie d'écran et définition TFT capacitif multipoint 4 pouces de 480 x 854 pixels (FWVGA)
Appareil photo 5.1 mégapixels autofocus avec flash LED
GPS Oui (aGPS)
Radio FM NON
Batterie Li-Polymer 1500mAh
Dimensions 119 x 62 x 16 mm
Poids 175 g

Présentation de l'Xperia Play



L'Xperia Play est livrée avec un adaptateur secteur, un câble USB / micro USB ainsi qu'un kit piéton stéréo. Lorsque le slider est refermé, le smartphone à un petit air d'Xperia X10. Une fois qu'on déploie la manette, le mobile se transforme en une sorte de PSP Go.

012c000004151694-photo-dsc-0096-border.jpg
012c000004151698-photo-dsc-0098-border.jpg



012c000004151700-photo-dsc-0101-border.jpg
012c000004151702-photo-dsc-0107-border.jpg


On note toutefois une différence de taille par rapport à la petite console portable de Sony : ici les sticks analogiques cèdent leur place à deux zones tactiles peu pratiques. Toujours sur la partie arrière, on trouve également un appareil photo de 5 mégapixels. Dans l'ensemble, la finition est excellente et le mécanisme inspire confiance.

0096000004155748-photo-test-xperia-play-clubic-com-002.jpg
0096000004155750-photo-test-xperia-play-clubic-com-003.jpg
0096000004155746-photo-test-xperia-play-clubic-com-001.jpg
0096000004155752-photo-test-xperia-play-clubic-com-004.jpg

Interface de l'Xperia Play


Quid de la téléphonie ?

Que ce soit pour l'appelant ou pour l'appelé, l'Xperia Play offre une bonne qualité d'écoute. Le contact de la tranche supérieure arrondie est confortable. En revanche, pour les conversations longues, le poids de l'appareil est loin d'être négligeable. Avec ses 179 grammes, l'Xperia dépasse de 3 grammes le Nokia E7 (à clavier) qui faisait déjà figure de mastodonte.

00c8000004155754-photo-test-xperia-play-clubic-com-005.jpg
00c8000004155758-photo-test-xperia-play-clubic-com-007.jpg
00c8000004155756-photo-test-xperia-play-clubic-com-006.jpg

Couche téléphonie de l'Xperia Play


Du côté de la couche téléphonie, rien ne change par rapport à l'offre native d'Android. Les menus ont simplement été maquillés pour respecter la charte graphique de Sony. L'ergonomie reste excellente, mais l'intégration des réseaux sociaux (FaceBook, Twitter) est moins poussée qu'avec HTC Sense.

Le confort du surf Web est-il au rendez-vous ?

Même si la fluidité est loin d'être parfaite lorsqu'on fait défiler une page relativement lourde, l'expérience Web demeure très satisfaisante. Le navigateur parvient à conserver une certaine souplesse en toutes circonstances, même lorsque le plug-in flash est activé.

01f4000004155744-photo-test-xperia-play-clubic-com-055.jpg

00c8000004155760-photo-test-xperia-play-clubic-com-013.jpg
00c8000004155764-photo-test-xperia-play-clubic-com-015.jpg
00c8000004155702-photo-test-xperia-play-clubic-com-011.jpg

Le navigateur est performant et les vidéos Flash se lisent sans trop de difficultés.



Puisque l'on en parle, le format multimédia d'Adobe est à l'aise sur Xperia Play. Après être passé par l'Android Market pour y dénicher la version 10.2 du lecteur, on peut profiter de la quasi-totalité des contenus multimédias sur son smartphone. Les vidéos sont fluides (hors HD) ce qui reste très appréciable.

00c8000004155704-photo-test-xperia-play-clubic-com-012.jpg
00c8000004155698-photo-test-xperia-play-clubic-com-009.jpg
00c8000004155766-photo-test-xperia-play-clubic-com-016.jpg


Un bon lecteur audio ?

Sony Ericsson nous fait profiter de l'expérience acquise dans le domaine des baladeurs audio et autres musicphones. Exit le lecteur natif d'Android : l'Xperia Play propose une application taillée sur mesure par les développeurs de la marque suedo-japonaise.

00c8000004155768-photo-test-xperia-play-clubic-com-017.jpg
00c8000004155706-photo-test-xperia-play-clubic-com-018.jpg
00c8000004155710-photo-test-xperia-play-clubic-com-020.jpg

L'Xperia Play est équipé d'un bon lecteur audio


La qualité d'écoute est bonne et Sony Ericsson n'a pas oublié l'égaliseur. Ce dernier propose pas moins de 10 profils de préréglage (Danse, Heavy, Hip hop, jazz, pop, rock, etc.) utilisables avec un casque filaire. En revanche, en Bluetooth stéréo (A2DP), ce choix est toujours proposé, mais la validation d'un profil ne semble pas être suivie d'effets (test réalisé sur un kit d'enceintes Nokia MD-7W). À noter également qu'une option propose de créer une sonnerie de téléphone à partir d'une piste musicale. L'ergonomie n'est pas en reste, l'application se maitrise en un tournemain.

0226000004155904-photo-dsc-0097-border.jpg

Casque d'écoute qui accompagne l'Xperia Play


L'appareil photo numérique (+capture vidéo)

L'Xperia Play est équipé d'un objectif photo de 5 mégapixels autofocus avec flash LED. Pour la photo, le smartphone de Sony Ericsson s'en sort plutôt bien. Les clichés sont détaillés et les couleurs sont intenses.

015e000004154500-photo-img-20110406-173038resize.jpg
010e000004154502-photo-crop.jpg

L'APN 5 mégapixels de l'Xperia Play se défend plutôt bien !


Du côté des options annexes, il est possible de géolocaliser les clichés, ou d'appliquer des effets de couleur (sépia, noir et blanc, négatif). La couche photo permet également d'ajuster la balance des blancs, ou d'utiliser l'un des nombreux préréglages qui sont proposés (paysage, nuit, neige, etc.).

0096000004155776-photo-test-xperia-play-clubic-com-026.jpg
0096000004155778-photo-test-xperia-play-clubic-com-027.jpg
0096000004155720-photo-test-xperia-play-clubic-com-030.jpg
0096000004155770-photo-test-xperia-play-clubic-com-022.jpg

Couche photo de l'Xperia Play


Face aux bonnes performances de la partie photo, la capture vidéo fait grise mine. En qualité maximale (paramètres par défauts), l'Xperia Play génère des fichiers flous dont la définition laisse à désirer. L'autofocus semble être aux abonnés absents. Impossible de rattraper le coup pendant la capture : aucune mise au point ne s'effectue lorsqu'on réalise un tap sur l'écran.

Les vidéos sont encodées au format AVC, l'audio au format AAC. La définition est de 480 x 800, ce qui reste assez faible au regard des standards actuels. Le tout est encapsulé dans un fichier .3GP.



La lecture vidéo (Divx, MKV)

Sony Ericsson n'a pas touché à la visionneuse photo et vidéo native d'Andoid. Ici, on retrouve l'application de Google avec ses avantages et ses inconvénients. L'ergonomie est bonne et le gestionnaire photo est plutôt agréable à utiliser. En revanche, le lecteur vidéo fait la fine bouche.

0226000004155806-photo-test-xperia-play-clubic-com-054.jpg

Le lecteur vidéo natif se limite au MP4


Inutile de compter sortir des sentiers battus du H264 et du conteneur .MP4, l'Xperia Play refuse d'ouvrir les fichiers DivX ou Xvid. Évidemment, le support du MKV n'est pas non plus de la partie. Les cinéphiles devront plutôt se tourner vers l'Android Market pour télécharger YXPlayer, RockDivxPlayer ou VPlayer.

012c000004155804-photo-test-xperia-play-clubic-com-053.jpg
012c000004155802-photo-test-xperia-play-clubic-com-052.jpg


Quid du GPS ?

La puce GPS qui équipe l'Xperia Play effectue un fix en moins de 30 secondes. Les bonnes performances sont au rendez-vous et la présence de Google Navigation offre une solution GPS complète sortie de la boite. Cet atout dont bénéficie la quasi-totalité des smartphones Android n'est pas négligeable.

00c8000004155784-photo-test-xperia-play-clubic-com-035.jpg
00c8000004155788-photo-test-xperia-play-clubic-com-037.jpg
00c8000004155726-photo-test-xperia-play-clubic-com-038.jpg

Google Navigation


Zoom sur la manette de jeu

La manette de jeu de l'Xperia Play se déploie en un tournemain. Le mécanisme coulissant fait bien son travail, le concept hérité de la PSP GO avait déjà fait ses preuves. À première vue, si l'Xperia Play s'inspire très largement de cette console portable signée Sony, on note deux différences qui ne plaident pas en faveur du smartphone de Sony Ericsson.

01f4000004153280-photo-dsc-0105-border.jpg



En premier lieu, le pad analogique classique cède sa place à deux zones tactiles nettement moins agréables à manipuler. En l'absence de résistance, on évalue mal la position du doigt, même si une nervure circulaire fait office de repère. De plus, l'absence de revêtement glissant n'arrange pas les choses.

012c000004153572-photo-dsc-0106-border.jpg
012c000004153574-photo-dsc-0112-border.jpg

Pad tactile et gâchettes latérales.


Seconde différence : alors que les gâchettes latérales se laissaient dompter sans trop de difficulté sur la PSP Go, on s'aperçoit vite qu'elles ne sont pas assez larges sur Xperia Play. Ce ressenti dépendra des morphologies, mais plusieurs retours d'expérience confirment le problème.

012c000004153646-photo-dsc-0103-border.jpg
Passons cette fois aux nombreux côtés positifs. En dehors du souci évoqué précédemment, Xperia Play offre une excellente prise en mains. Côté commandes, la croix directionnelle et les boutons nous font vite oublier les contrôles tactiles qui s'avèrent laborieux avec certains jeux. Les contacts sont assurés par des microswitchs qui rappellent les pads proposés par Nintendo sur Game Boy Advance SP et DS. Les touches carrées, rond, triangle et croix sont logés à la même enseigne : une petite pression suffit pour déclencher un clic qui procure de bonnes sensations de jeu. Du tout bon !

Les jeux commerciaux sur Xperia Play

Soyons francs, l'Xperia Play risque de souffrir du manque de clarté de l'offre vidéoludique. On distingue deux types de jeux commerciaux qu'il faut souvent dénicher à plusieurs endroits différents ! Explications.

Tout d'abord, lorsqu'on déploie la manette, l'appareil lance automatiquement une interface qui propose de nombreux titres que l'on pouvait déjà trouver en version tactile / accéléromètre sur les terminaux Android ou iOS. Il s'agit du kiosque Xperia Games. Ici, tous les titres ont été optimisés pour profiter aux mieux de la manette et de l'affichage du terminal. Dès le début, la confusion s'installe : aucun jeu Playstation n'est présent. De plus, en fonction du titre à acheter, on est dirigé vers l'Android Market ou vers une page spécifique du site de l'éditeur !

012c000004155728-photo-test-xperia-play-clubic-com-040.jpg
012c000004155730-photo-test-xperia-play-clubic-com-041.jpg

Kiosque d'applications Xperia Game


Dans ce cas, il faut télécharger un fichier .APK pour l'installer manuellement, en prenant le soin d'autoriser les sources inconnues dans les options sans quoi la manipulation se solde par un message d'erreur... En fonction de l'éditeur, on peut payer par Google Check out, ou par SMS, ce qui ajoute encore toute une série de manipulations dont on se serait bien passés. On aurait préféré que Sony Ericsson centralise le tout pour éviter les complications.

012c000004155790-photo-test-xperia-play-clubic-com-039.jpg
012c000004155792-photo-test-xperia-play-clubic-com-043.jpg

Kiosque d'applications PlayStation Pocket et remake de Crash Bandicoot


Autres jeux autre kiosque : pour dénicher certains titres PlayStation (mais pas tous), il faut se rendre dans le menu programme d'Android pour ouvrir l'application PlayStation Pocket. A l'heure où nous écrivons ces lignes, seul Crash Bandicoot est présent. Contrairement aux titres proposés du kiosque, on peut observer ici l'apparition de bandes noires qui indiquent un certain manque d'optimisation du jeu pour le smartphone. Un cas isolé ? Impossible de le savoir.

Crash Bandicoot fait partie du pack de six jeux proposés gratuitement avec l'Xperia Play qui comprend également FIFA 2010, les Sims 3, Star Battalion, Dragon Warrior et Syphon Filter. Les amateurs de PSX s'étonneront de ne pas trouver Syphon Filter dans le kiosque PlayStation Pocket. En réalité, cet ancien titre PlayStation est à récupérer sur l'Android Market classique... pas très logique.

L'émulation sur Xperia Play

On s'attaque cette fois à la face immergée de l'iceberg qui constitue probablement l'un des aspects les plus attractifs de cet Xperia Play. Manette de jeu oblige, on peut se questionner sur une éventuelle compatibilité des contrôles avec les meilleurs émulateurs disponibles sur Android.

012c000004155742-photo-test-xperia-play-clubic-com-050.jpg
012c000004155740-photo-test-xperia-play-clubic-com-049.jpg

012c000004155738-photo-test-xperia-play-clubic-com-048.jpg
012c000004155800-photo-test-xperia-play-clubic-com-051.jpg


Souvenirs souvenirs


Le verdict est sans appel : l'Xperia Play a plus d'un tour dans son sac pour faire craquer les amateurs de oldies de tous bords ! La majorité des émulateurs que nous avons testés de la Game Boy à la PSX permettent d'assigner l'ensemble des touches de la manette de jeu (mais pas les zones sensitives). Même si le nombre de boutons est un peu juste avec certains titres 32 et 64 bits, la marge de manœuvre reste importante compte tenu du nombre de titres disponibles. Lors de nos tests, nous avons utilisé N64oid, DroidGear, FPse SNesoid, GameBoid et MobileBoy.

012c000004155796-photo-test-xperia-play-clubic-com-044.jpg
012c000004155798-photo-test-xperia-play-clubic-com-045.jpg

012c000004155736-photo-test-xperia-play-clubic-com-047.jpg
012c000004155734-photo-test-xperia-play-clubic-com-046.jpg

Les jeux 32 et 64 passent comme une lettre à la poste, mais gare au manque de boutons


Autonomie

Bonne nouvelle. Alors qu'on pouvait craindre le pire de la part d'un téléphone véloce capable d'exécuter des jeux ou des émulateurs 3D sans broncher, l'Xperia Play force le respect. Lors du test d'activité (graphique ci-dessous), le « gamephone » de Sony Ericsson se paye le luxe de coiffer ses camarades au poteau. La pratique confirme ces résultats puisqu'il est possible d'envisager deux jours d'utilisation entre deux charges en cas d'usage léger.

04157426-photo-autonomie.jpg
Perte de charge après une succession d'activités


Conclusion

0096000004155844-photo-xperia-play-black-front40-screen2.jpg
Depuis les premières présentations, le « Buzz » qui entoure l'Xperia Play ne joue pas toujours en sa faveur. Les premiers observateurs ont souvent mis en exergue les quelques défauts d'ergonomie ainsi qu'un positionnement annoncé comme étant difficile. Il faut dire que l'expérience nous rappelle que de l'hybride rime souvent avec « hi - bide », au moins sur un plan purement commercial.

Au premier abord, le smartphone ne rassure pas. L'Xperia Play parviendra-t-il à trouver son public ? Ce nouveau smartphone part avec un handicap puisqu'il ne profite pas de la force marketing du label PSP, ni de l'expérience acquise par le département jeux de Sony en matière de distribution de contenu numérique. Dommage, Sony aurait pu compléter sa gamme de console portable avec un produit complémentaire, moins puissant qu'une future NGP, mais embarquant des fonctions téléphoniques. Ce positionnement stratégique aurait été préférable à une époque charnière où le tout tactile gagne du terrain, et où la relève des consoles portables se met progressivement en place.

Laissons les spéculations de côté, et venons-en aux faits en commençant par le commencement. L'Xperia Play est-il un bon smartphone ? La réponse est oui. En dehors du rapport poids / épaisseur légèrement supérieur à la moyenne, tous les ingrédients qui font le succès d'un bon mobile sont là. L'autonomie est bonne, la surcouche graphique est agréable, la couche téléphonie donne satisfaction et en dehors des captures vidéo passables, les fonctionnalités multimédias n'ont pas à rougir de la concurrence. Le lecteur audio est performant et la qualité photo n'est pas en reste.
012c000004155848-photo-xperia-play-black-screen2.jpg


Pour ce qui est des fonctions liées aux jeux, même si des imperfections subsistent (pads tactiles, gâchettes), l'Xperia Play s'en sort plutôt bien. Le principal reproche que l'on peut adresser ne vise pas la conception physique, mais plutôt l'absence de kiosque de téléchargement unifié regroupant l'ensemble des jeux Xperia Play « officiels ». Il s'agit d'un premier jet, gageons que Sony Ericsson revoit sa copie via une éventuelle mise à jour.

En résumé, l'Xperia Play est un bon smartphone Android qui ravira les joueurs qui ne se contentent pas du tout tactile, et souhaitent acquérir un appareil polyvalent. Dans le lot, les accrocs d'émulation nomade risque fort de répondre présents à l'appel, voyant en l'Xperia Play une PSP ou un GP32 dotée de fonctions de téléphonie.

Sony Ericsson Xperia Play

Les plus
+ Prise en main (hors L et R)
+ Finition / qualité photo
+ Surcouche Sony Ericsson
+ Bonne autonomie
Les moins
- Accès des gâchettes L et R
- Pas de marché unifié pour les jeux
- Pads tactiles / Poids / Capture vidéo
Fonctionnalités
Ergonomie
Autonomie
Puissance
3


Modifié le 18/09/2018 à 14h43

Les dernières actualités Smartphone Android

scroll top