Test du HTC Legend : le digne successeur du Hero ?

19 avril 2010 à 14h43
0
Presqu'un an jour pour jour depuis la sortie du HTC Hero, HTC donne le « go » pour commercialiser la relève. Désormais, le constructeur taiwanais riposte en proposant l'HTC Legend, son tout nouveau Smartphone Android. Depuis la présentation officielle d'HTC qui s'est tenue au Mobile World Congress de Barcelone en février dernier, il nous tardait de pouvoir mettre la main sur ce terminal pour le découvrir plus en détail. C'est désormais chose faite, voyons ce que le HTC Legend nous réserve.

Le HTC Hero fut le premier mobile à avoir intégré l'interface « Sense » d'HTC. Le Legend poursuit sur cette lancée, mais cette fois, la surcouche graphique se bonifie en intégrant de nouvelles fonctionnalités. Comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, avec le Legend, les améliorations logicielles sont accompagnées de quelques innovations matérielles particulièrement bienvenues.

Cette fois, le fameux trackball cher aux modèles Android cède sa place à une souris optique. L'écran n'est pas en reste : technologie AMOLED oblige, l'affichage offre un rendu superbe. Les nouveaux atouts du Legend sont loin de s'arrêter à ces caractéristiques, comme vous pourrez le constater, ce mobile a plus d'un tour dans son sac pour séduire les amateurs.

Attention, ce test a été réalisé à partir de la version qui est commercialisée en exclusivité par SFR. En conclusion, nous vous indiquerons les différences qui séparent ce modèle de la version générique libre d'abonnement.

0258000003113658-photo-legend-front-back-side-sfr.jpg



Un bel écran AMOLED

Dès la première mise en service du terminal, on s'aperçoit que le rendu offert par l'écran du HTC Legend est tout bonnement magnifique. Le thème choisi par défaut par SFR renforce cette impression : l'explosion de couleurs du fond d'écran met bien en valeur la richesse et la luminosité des couleurs. Nul doute que la matrice AMOLED de 320 x 480 donne le meilleur de lui-même. D'autre part, l'interface utilisateur n'est pas en reste : la couche tactile capacitive multipoint répond instantanément aux sollicitations. Il est rare que l'on doive répéter un geste qui n'aurait pas été pris en compte.

00C8000003113620-photo-device2.jpg
0106000003113746-photo-dsc-0052-border-2.jpg



Le multipoint est bien pris en charge par l'écran, mais toutes les applications ne sont pas compatibles avec cette technologie. Il est bien possible de pincer l'écran pour effectuer des zooms avec le navigateur embarqué ou le gestionnaire photo, mais sur Google Maps, il faudra encore utiliser les touches « + » et « - ». Enfin, pour économiser les batteries, HTC a doté son terminal d'un mode de gestion automatique de la luminosité. En revanche, malgré l'activation de cette option, il faut avouer que la lisibilité n'est pas optimale dans les environnements fortement éclairés (journée ensoleillée, par exemple).

Un corps d'athlète !

Le corps du HTC Legend est taillé dans une unique pièce d'aluminium. La conception de type « Unibody » pourrait laisser croire qu'il est impossible de changer la batterie. Plus de peur que de mal : pour extraire cette dernière, il suffit de déboiter la partie inférieure du terminal. Cette trappe d'accès permet également d'atteindre les emplacements SIM et MicroSD.

012C000003113748-photo-dsc-0052-border.jpg
012C000003113770-photo-dsc-0065-border.jpg

Corps unibody aluminium du HTC Legend


Le choix d'une coque de ce type améliore la robustesse de l'appareil. L'aspect esthétique n'est pas en reste : l'aluminium confère un effet chic qui n'est pas sans rappeler le design de certains produits Apple. En revanche, personnalisation SFR oblige, le noir sombre des pièces plastiques du modèle d'origine cède sa place à des tons bordeaux qui ne plairont pas forcément à tout le monde. Sur la version de série libre d'abonnement, ces parties sont teintées en noir.

012C000003113774-photo-dsc-0078-border.jpg
012C000003113768-photo-dsc-0062-border.jpg

Heureusement, il est possible d'accéder à la batterie en déboitant la partie basse du terminal.


Seuls deux points pourront être critiqués : même si l'aluminium est un métal léger, le corps monobloc pèse tout de même son poids sur la balance. D'autre part, certains utilisateurs seront peut-être gênés par l'arête vive située sur l'angle supérieur du terminal. Lorsqu'on pose cette partie sur son oreille, la sensation n'est pas très agréable.

Une souris optique

HTC innove en remplaçant le dispositif de pointage bien connu des utilisateurs de mobiles Android. Désormais, le mini trackball intégré cède sa place à une souris optique qui offre une excellente précision. Dites adieu aux problèmes d'encrassement qui finissaient parfois par survenir avec l'ancien dispositif de pointage : cette nouvelle souris de poche ne comporte plus aucune partie mécanique. Le système est passif, mais il est tout de même monté sur un bouton physique qui remplace le « clic » des anciens trackball. On adopte instantanément ce nouveau pointeur sans regretter l'ancienne formule.

012C000003113756-photo-dsc-0056-border.jpg
012C000003113752-photo-dsc-0055-border.jpg



Connectiques et touches matérielles

Pour les connectiques, HTC embrasse les standards. Le rechargement ainsi que la synchronisation filaire s'opèreront à l'aide d'un câble micro-USB classique. Pour l'audio, le constructeur taïwanais propose une prise jack traditionnelle de 3.5 mm qui pourra accueillir n'importe quel casque stéréo (l'appareil est également compatible avec les casques sans fil Bluetooth).

00C8000003113772-photo-dsc-0068-border.jpg
00C8000003113762-photo-dsc-0060-border.jpg
00B5000003113754-photo-dsc-0055boutons.jpg



Côté interface cette fois, en complément de l'écran tactile multipoint, on trouve 6 touches matérielles. Quatre d'entre elles sont placées à la base de l'écran, elles permettent d'accéder aux fonctionnalités principales d'Android (Page d'accueil, Menu, Retour et Recherche). Contrairement au Nexus One, ces touches ne sont pas tactiles. Le choix d'utiliser des boutons classiques est préférable : cela évite d'actionner une touche par inadvertance lorsqu'on manipule l'écran tactile. En complément, on trouve les classiques touches « Power » et « Volume ». On aurait juste apprécié qu'HTC propose également une touche dédiée à l'appareil photo. Ce n'est pas le cas : pour capturer les instants du quotidien, il faut passer par le menu programme, ou placer un Widget sur le bureau.L'HTC Hero n'est pas équipé de la fameuse puce Snapdragon. En lieu et place, on trouve un MSM7227 cadencé à 600 MHz signé Qualcomm. Il n'y aura toutefois pas d'inquiétudes particulières à avoir, nous pouvons affirmer que l'impression laissée par le Legend est plutôt bonne. Le Smartphone répond au doigt et l'œil, la navigation au sein des menus est parfaitement fluide et les applications « lourdes » (comme Chrome Lite) disposent de ressources suffisantes pour s'exprimer (même si Chrome Lite est plus à son aise sur le Nexus One).

Neocore

Ce test met les capacités 3D de la puce graphique du mobile à l'épreuve. Le Benchmark a été réalisé par Qualcomm. Pour ceux et celles qui ne connaissent pas encore, Qualcomm est l'un des principaux fabricants de puces tout-en-un pour téléphone mobile (puce qui intègre un CPU ainsi que l'ensemble des circuits radio 3G, Wi-Fi, Bluetooth, GPS)

Le test mesure les performances 3D temps réel Open GL-ES 1.1 des mobiles Android. Il utilise également des effets de lumière et du Bump Mapping (impression de relief factice appliquée sur une surface 3D plane). En fin de test, Neocore indique le nombre d'images par secondes moyen calculé par le mobile lors du déroulement de la séquence animée en trois dimensions.

03113782-photo-neocore.jpg


Pendant le calcul de la scène en trois dimensions, la moyenne observée avec l'HTC Legend est de 35.9 FPS. Le score est supérieur à celui qui avait été obtenu avec le Nexus One qui est est pourtant équipé d'une puce Snapdragon cadencée à un Gigahertz. La résolution moindre du Legend comparé au Nexus One explique probablement ce phénomène (800 x 480 pour le Nexus contre 320 x 480 pour l'HTC Legend).

Benchmark Pi

BenchmarkPi est un logiciel de test relativement basique. Il s'agit d'une sorte de SuperPi dédié à l'environnement nomade de Google. L'application mesure la performance brute de l'appareil en déterminant le nombre de millisecondes nécessaires au calcul du nombre Pi. Contrairement à d'autres tests, ici, le résultat le plus faible désigne le Smartphone qui dispose de la meilleure puissance brute.

03113742-photo-benchmark-pi-legend.jpg


À l'issue de ce test, l'HTC Legend ne parvient pas à distancer le Hero (sorti un an plus tôt) de façon significative. Si l'on compare le nouveau Smartphone d'HTC au dernier mobile Android que nous avons pu tester (Nexus One), on constate que le mobile de Google à quelques coudées d'avance. La puce Snapdragon confirme sa suprématie par rapport au MSM7227 @ 600MHz.

CaffeineMark

CaffeineMark est un programme de Benchmark particulier. Il ne mesure pas directement les performances d'une puce, mais se focalise sur la couche logicielle Java de Sun Microsystem.

03113744-photo-caffeine-mark-legend.jpg


La machine virtuelle Java a pu évoluer depuis la sortie du HTC Hero puisque désormais, le Legend est équipé d'un firmware estampillé 2.1 (Eclair). On ne pourra donc pas totalement se fier à ce test pour comparer le Legend à son petit frère. Néanmoins, les résultats confirment tout de même les chiffres que nous avons obtenus avec Benchmark Pi. Le mobile est plus puissant que le Hero, mais l'écart n'est pas foudroyant comparé à l'avance considérable que l'on peut observer avec le Nexus One de Google.

Temps de boot

Il y a un an de cela, la durée du temps de démarrage du Hero nous avait surpris. À l'époque, le triste record du mobile Android dont le temps de démarrage est le plus long s'expliquait par la relative lourdeur de la couche « HTC Sense ». Aujourd'hui, bien que le Legend soit toujours doté de « Sense », le Smartphone est tout de même parvenu à rattraper le retard à l'allumage que l'on pouvait observer chez son petit frère. Le Legend fait un tout petit peu moins bien que le Nexus mais l'OS qui équipe l'appareil de Google ne possède pas de surcouche. D'autre part, l'écart s'explique également par le fait que le Nexus One bénéficie d'une puissance brute supérieure.

03113784-photo-temps-de-boot.jpg



Autonomie

Le HTC Legend est équipé d'une batterie de 1300 MA/h. Sur son site, HTC annonce une autonomie en veille de 23 jours en veille en 3G+ et de 7 heures en communication. Dans la pratique, on n'atteindra pas de tels scores, mais globalement, l'autonomie se situe dans la moyenne de ce qui est généralement constaté avec les bons Smartphones.

En utilisant le mobile pour passer quelques appels et surfer de façon sporadique, on atteint sans mal une autonomie d'une journée et demie. Pour prolonger cette durée, il faudra penser à se passer des Widget « Live » qui effectuent constamment des appels de données (Plug-in météo, Friend Stream, etc.). Autre point positif : la couche réseau donne la possibilité de basculer en mode EDGE uniquement pour éviter les surconsommations liées à la 3G.

Performances GPS (et offre logicielle)

Le HTC Legend a effectué un premier positionnement à froid en une minute et trente secondes. Après redémarrage, en coupant la liaison GSM, le Legend a établi un positionnement valide en une minute. Avec ses derniers terminaux, HTC nous a habitués à des performances bien meilleures. À titre d'exemple, dans les même conditions, 20 secondes suffisaient au Nexus One pour effectuer un positionnement valide.

D'autre part, à l'issue de cette durée conséquente, le curseur de positionnement ne fait pas toujours preuve d'une exactitude absolue. Par exemple, sur la photo d'écran de gauche ci-dessous, nous nous situons physiquement dans l'avenue principale (Jean Jaurès), mais le géo positionnement nous place dans une rue parallèle (sur Google Maps). Rappelons qu'il ne s'agit pas d'un problème de latence entre le positionnement GSM et le positionnement GPS puisque nous avons bien pris le soin de couper l'ensemble des communications Web.

Faut-il incriminer la coque aluminium unibody ? Difficile de le savoir. La partie supérieure arrière en plastique est là pour permettre un bon transfert des ondes radio, mais l'ouverture n'est peut-être pas suffisante pour que l'antenne puisse capter correctement le signal. Quoi qu'il en soit, cette partie n'est pas vraiment convaincante.

Un dernier mot concernant la couche logicielle cette fois : en dehors de Google Maps, aucune application de navigation routière autonome GPS n'est fournie par HTC. Pour se procurer un tel programme, il faudra passer par l'Android Market pour faire l'acquisition de l'application de son choix.

00C8000003113650-photo-gps-x.jpg
00C8000003113654-photo-gps-z.jpg
00C8000003113652-photo-gps-y.jpg

HTC Sense

HTC fait partie des constructeurs qui font le plus d'effort pour améliorer l'interface utilisateur. Le Taiwanais a fait ses premières armes sur Windows Mobile et depuis l'HTC Hero, la fameuse surcouche « Sense » a été adaptée sur Android. Certains apprécient les ajouts d'HTC, d'autres critiquent la lourdeur de cette couche de maquillage. On peut de suite rassurer les futurs acquéreurs sur ce point : si la critique était justifiée pour l'HTC Hero, le Legend parvient sans mal à conserver une fluidité totale en toutes circonstances. D'autre part, en cas de besoin, les réfractaires auront toujours la possibilité de désinstaller « Sense ».

La surcouche « Sense » mériterait presque un article à elle seule. Nous n'allons pas énumérer toutes les modifications apportées par HTC, mais il serait dommage de ne pas se focaliser sur les principaux ajouts. Tout d'abord, le ravalement de façade offre à Android une « skin » noire du plus bel effet. Côté fonctionnalités cette fois, le nombre de bureaux virtuels (sur l'écran d'accueil) passe de 5 (standard Android avec Eclair) à 7. Mieux encore : non seulement HTC a ajouté de nombreux Widgets personnalisés (réseaux sociaux, météo géolocalisée, etc.), mais en plus, il est possible de basculer d'un panneau à l'autre sans forcément les faire défiler.

00C8000003113604-photo-accueil.jpg
00C8000003113606-photo-accueil2.jpg
00C8000003113608-photo-accueil3.jpg

Sense : HTC à fait un travail remarquable pour améliore l'expérience utilisateur


Pour ce faire, il suffit de pincer l'écran avec deux doigts pour accéder à une vue d'ensemble des bureaux (voir photo du milieu ci-dessous). Dernière remarque concernant l'écran d'accueil : à la manière du Hero, le Legend intègre également un gestionnaire de profils capable de retenir plusieurs organisations de bureau (papiers peints et Widgets) en fonction de la situation (bureau, maison, congés, etc.). Seul bémol, contrairement au Nexus One, les fonds d'écran animés ne sont pas de la partie. « Sense » est très loin de se limiter aux quelques points que nous venons de mentionner. La quasi-totalité des programmes embarqués bénéficie de petites améliorations bienvenues.

Un as des réseaux sociaux

Lors du premier démarrage du Smartphone, l'assistant vous demandera de saisir les informations relatives aux réseaux sociaux que vous avez l'habitude de fréquenter. Il est donc inutile d'installer une myriade de programmes si vous souhaitez rester connecté avec vos réseaux sociaux favoris, la couche HTC « Sense » s'interface nativement avec Facebook, Twitter ou FlickR.

00C8000003113678-photo-twitter.jpg
00C8000003113676-photo-social7.jpg
00C8000003113616-photo-contact-4.jpg



Par exemple, dans le gestionnaire PIM, il est possible d'associer le compte FaceBook ou FlickR d'un proche à sa fiche contact. Cela permet de consulter les flux d'images ou d'informations qui sont postés par ce même contact sur l'un ou l'autre des sites pris en charge. D'autre part, plusieurs Widgets de page d'accueil offrent des fonctionnalités relatives aux réseaux sociaux. Le principal d'entre eux se nomme « Friend Stream », il agrège en temps réel l'ensemble des données qui sont postées par ses proches sur FaceBook ou Twitter. L'idée est tout bonnement excellente, mais il faut simplement garder à l'esprit que les requêtes permanentes du Widget se feront au détriment de l'autonomie (tout comme avec certains plug-ins météo live).

Un navigateur qui a fait ses preuves

Sur le Legend, HTC à conservé Chrome Lite qui est intégré sur Android. Le programme est relativement réactif, mais comme on peut s'en douter, ce navigateur est nettement moins à l'aise que sur le Nexus One (avec son processeur cadencé à 600 MHz, le Legend montre ses limites par rapport au Snapdragon à un gigahertz qui équipe le Google phone). D'autre part, le support du flash qui est activé par défaut n'arrange pas les choses. Heureusement, il est possible de désactiver cette fonctionnalité qui est loin de s'avérer être indispensable (voir chapitre suivant). En moyenne, avec le Legend, la page d'accueil de la majorité des sites (Le Monde, Nouvel Obs, etc.) est lisible à l'issue d'une vingtaine de secondes. Le chargement complet des pages double souvent ce laps de temps (même lorsque le flash est désactivé). Dans la majorité des cas, lorsque la page est totalement chargée, les déplacements se traduisent par un défilement parfaitement fluide.

012C000003113640-photo-flash-14.jpg
012C000003113638-photo-flash-13.jpg



Plug-in Flash : oui, mais...

HTC a intégré un plug-in Flash. Néanmoins, il ne faudra pas s'attendre à des miracles. Si les flash légers et peu complexes s'exécutent sans poser de problèmes, il n'en ira pas de même des animations plus élaborées. À titre d'exemple, les vidéos qui ne sont pas hébergées sur YouTube prennent des allures de séance de diaporama ralenti (quand elles acceptent de se lancer). Au final, dans la majorité des cas de figure, la compatibilité Flash n'apporte rien dans la mesure où les animations sont inexploitables. Seules les petites vignettes flash fonctionnent, mais en règle générale, ce format est surtout utilisé par les publicitaires...

012C000003113634-photo-flash-11.jpg
012C000003113636-photo-flash-12.jpg

Grace en plug-in flash, on peut enfin profiter des publicités sur son mobile...


Un zoom tactile multipoint, une loupe et une fonction « copier »

Les mauvaises langues diront peut-être (à juste titre ?) que le monde du Smartphone doit beaucoup à un nouveau venu nommé Apple. HTC donne du grain à moudre aux personnes qui dénoncent les plagiats. Les trois contributions majeures qu'HTC a apportées au navigateur Web de Google clonent purement et simplement les innovations qui ont été mises au point par Apple pour ses iPhone / iPod touch.

Tout d'abord, le navigateur Web profite pleinement de l'excellent écran tactile multipoint qui équipe le Legend. Il est possible de réaliser des zooms le plus simplement du monde en pinçant simplement l'écran avec deux doigts. Pas de doutes, le multitouch est bel et bien de la partie ! Autre point positif plus classique : lorsque l'on agrandit les caractères, le texte se formate automatiquement pour s'adapter à la largeur de l'affichage. La réactivité de l'écran capacitif est tout bonnement excellente : les mouvements sont pris en compte instantanément.

012C000003113642-photo-flash-15.jpg
012C000003113644-photo-flash-16.jpg


Viennent ensuite les fonctions copier / coller et loupe... Cette fois encore, l'air de famille est indéniable. Pour sélectionner du texte, il suffit de taper une fois sur l'écran avec son doigt, puis de tirer sur les tiges vertes pour étendre la zone de surbrillance. Une fois la portion de texte sélectionnée, on peut copier le texte, le partager, ou effectuer une recherche automatique sur Wikipédia ou sur deux dictionnaires en ligne.

00C8000003113612-photo-clonapple2.jpg
00C8000003113614-photo-clonapple3.jpg
00C8000003113610-photo-clonapple.jpg

0280000003113766-photo-dsc-0061-borderddd.jpg


Fonctionnalités de base

L'HTC Legend est équipé d'un appareil photo numérique de 5 mégapixels. La définition de l'objectif n'a donc pas évolué d'un iota depuis l'HTC Hero (sorti il y a tout de même plus d'un an maintenant). En revanche, cette fois, un mono flash LED fait enfin son apparition. Il ne faudra pas forcément compter s'éloigner de sa cible pendant une capture nocturne, mais cet ajout reste bienvenu.

Autre point positif : désormais, on peut choisir la zone de mise au point de l'autofocus en la sélectionnant sur l'écran tactile. En revanche, il est impossible de modifier ce paramètre lorsqu'un enregistrement vidéo est en cours (comme avec le futur firmware 4.0 des iPhone 3GS). Avant d'effectuer une prise de vue, on peut également agir sur un zoom numérique (le ratio du grossissement n'est pas précisé par HTC). Pour vous faire une idée du résultat obtenu, vous pourrez consulter les exemples suivants.

012C000003113386-photo-imag0002.jpg
012C000003113392-photo-imag0008.jpg

De jour, les clichés sont corrects.


012C000003113388-photo-imag0005.jpg
012C000003113390-photo-imag0006.jpg

Exemple de résultat obtenu lorsqu'on place le niveau de zoom à son maximum.


00C8000003113396-photo-imag0010.jpg
00C8000003113398-photo-imag0011.jpg
00C8000003113394-photo-imag0009.jpg

Modification du niveau de luminosité : faible, moyen, fort.


Les petits gadgets annexes

En plus des options classiques que nous venons d'évoquer, on retrouve quelques fonctionnalités annexes auxquelles HTC nous habitue depuis quelques années. Les réglages de luminosité et de contraste sont complétés par un jeu d'effets graphiques qui pourront aussi bien être appliqués aux photos qu'aux vidéos (noir et blanc, sépia, négatif, bleu/vert, etc.).

0078000003113590-photo-imag0014.jpg
0078000003113404-photo-imag0018.jpg
0078000003113402-photo-imag0017.jpg
0078000003113400-photo-imag0016.jpg
0078000003113592-photo-imag0015.jpg

De gauche à droite, balance de luminosité sur une valeur minimum, moyenne ou maximale.


Les accrocs de la photo géo taguée n'ont pas non plus été oubliés puisqu'il est toujours possible d'ajouter automatiquement les coordonnées GPS dans les métadonnées des clichés.

Cette fonctionnalité est complétée par une application intégrée (Footprint) qui permet de capturer des clichés « coup de cœur » géolocalisés. Les habitués de la marque connaissent bien ce service puisqu'il est intégré sur la quasi-totalité des mobiles HTC depuis le Touch Cruise Iolite.


00C8000003113618-photo-device.jpg
00C8000003113646-photo-footprint2.jpg
00C8000003113648-photo-footprint3.jpg

Footprint : réalisez des photos géo taguées des lieux «coups de cœur».


La capture vidéo avec l'HTC Legend

Le module de capture du Legend n'est pas vraiment un foudre de guerre. La qualité vidéo est très moyenne, mais la fonctionnalité pourra tout de même dépanner en cas de besoin. Avant de démarrer la capture, il est possible d'agir sur les réglages vidéo (luminosité, effets fantaisie ou niveau de zoom). À noter également que le mobile peut uniquement générer des fichiers vidéo au format 3GP.

La partie audio

Lecteur embarqué

Le lecteur audio natif d'Android profite de la refonte graphique de l'interface « Sense ». La « skin » noire du programme est en harmonie avec le reste des menus. De plus, les ingénieurs d'HTC ont ajouté quelques effets visuels agréables (lorsqu'on passe d'un album à l'autre, les pochettes défilent avec un effet 3D).

Les modifications n'impactent pas uniquement les éléments esthétiques, l'ergonomie a été améliorée et quelques fonctionnalités font leur apparition. Par exemple, sur le Legend, il est possible d'envoyer une piste audio via une liaison sans fil de type Bluetooth. Pour sa part, la bibliothèque musicale intègre une rubrique consacrée à la musique achetée en ligne, ce qui n'est pas le cas du lecteur standard (même avec la mise à jour Eclair).

00C8000003113662-photo-musique2.jpg
00C8000003113660-photo-musique1.jpg
00C8000003113666-photo-musique4.jpg

Le lecteur offre un bon rendu, mais on aurait apprécié la présence de profils audio.


Les améliorations sont bienvenues, mais on aurait apprécié de disposer d'un égaliseur de tonalité ou d'un système de présélection de style (pop, rock, jazz, etc.). Heureusement, malgré ce petit oubli, le rendu sonore est tout de même excellent. Pour en profiter pleinement, il est simplement recommandé de remplacer le casque intra auriculaire d'origine. Pour ce faire, il est possible d'opter pour un casque filaire (prise Jack standard) ou sans fil Bluetooth (le Smartphone prend en charge des normes A2DP et AVRCP). Les formats supportés en lecture sont les suivants : aac, .amr, .ogg, .m4a, .mid, .mp3, .wav, .wma.

La radio FM

Le Legend embarque un tuner FM qui fonctionne à merveille. Lors de la première ouverture, un balayage des bandes de fréquences enregistre automatiquement la liste des stations environnantes. Lorsqu'on sélectionne une station, son titre se met à jour et s'affiche en clair sur l'écran du mobile. Pour disposer à tout moment des stations que l'on préfère, il est possible de les ajouter dans une liste de favoris. Enfin, comme avec tous les autres Smartphones du genre, les amateurs de casques sans fil ne pourront pas profiter du tuner intégré. Pour que ce dernier fonctionne, il est indispensable de connecter un casque audio filaire classique (qui joue alors le rôle d'antenne).

00C8000003113668-photo-radio.jpg
00C8000003113670-photo-radio2.jpg
00C8000003113668-photo-radio.jpg

La présence d'un tuner FM est appréciable.


La partie vidéo

Le lecteur embarqué

Le lecteur vidéo embarqué du HTC Legend ne fait pas l'objet d'une application à part, pour le trouver, il faudra se rendre dans la galerie « Photos ». Ce programme intégré est compatible avec les formats 3gp, .3g2, .mp4, .wmv. Exit donc le format Divx et ses variantes : pour transformer votre terminal en un véritable cinéma de poche, vous devrez souvent passer par une phase de réencodage, ou adopter un logiciel tiers.

012C000003113622-photo-film1.jpg
012C000003113624-photo-film2.jpg

Lorsque le fichier vidéo est compatible, la qualité de lecture est excellente.


Attention, il ne faudra pas se fier aveuglément aux spécifications constructeur. Lors de nos tests, le Legend n'a pas été en mesure d'ouvrir un fichier .wmv d'une résolution de 720 x 576 ainsi qu'une séquence MP4 en 720 x 432. Le fait que la résolution des séquences de test soit supérieure à celle du mobile n'explique pas tout puisqu'un clip MP4 en 640 x 480 a été lu sans le moindre problème (la définition de l'écran est de 320 x 480).

012C000003113626-photo-film3.jpg
012C000003113628-photo-film8.jpg

On trouve une option de partage... qui ne fonctionne que partiellement.


Concernant les petites options annexes cette fois, intégration de la partie vidéo dans la galerie photo oblige, on trouve un menu de partage (par Bluetooth, email, YouTube). En fait, seule la possibilité d'envoyer les vidéos sur YouTube est fonctionnelle (en Wi-Fi uniquement). Lors d'un envoi par mail, le Legend envoie un courriel vierge. On n'obtient pas de meilleurs résultats en Bluetooth, dans ce cas, rien ne se passe.

Un mot sur les personnalisations de SFR

En apparence, les personnalisations de SFR ne sont pas envahissantes. Dans le menu des programmes et sur l'écran d'accueil, on trouve simplement une collection de raccourcis anodins qui permettent d'accéder instantanément aux services proposés par l'opérateur (TV, SFR, répondeur, SFR Wi-Fi, SFR Music, etc.). L'accès aux différentes rubriques dépendra bien sûr de la nature de l'abonnement.

D'autre part, il est important de préciser que SFR bloque l'accès via GSM (3G ou EDGE) à l'Android Market avec certains abonnements qui pourtant se veulent être illimité (jusque dans leur dénomination). En pareil cas, il est uniquement possible de télécharger des programmes en passant par une liaison de type Wi-Fi... Avant de franchir le pas chez SFR, nous vous recommandons vivement de consulter la notice présente sur le site officiel de l'opérateur . Pour le reste, comme nous l'avons expliqué en page 2, le noir des plastiques de la coque cède sa place à une teinte rouge bordeaux qui ne plaira pas forcément à tout le monde.

La couche téléphonie

La qualité audio des appels est satisfaisante et la couche téléphonie s'avère être agréable à utiliser. Lors de le la première prise de contact, les modifications d'HTC Sense compliquent un peu l'interface par rapport à la version nue d'Android mais heureusement, on trouve très rapidement ses marques et à l'usage, les ajouts sont profitables. Seule l'arête tranchée de la partie haute du terminal pourra gêner au contact avec l'oreille, mais ce ressenti dépendra des utilisateurs.

Conclusion

0096000003113778-photo-legend.jpg
Pas de doutes, le HTC Legend est bel et bien le digne successeur du Hero ! Même s'il ne s'agit pas d'une révolution fondamentale par rapport au Hero sorti un an plus tôt, un certain nombre d'améliorations matérielles et logicielles feront vite oublier le petit frère. Tout d'abord, nous avons particulièrement apprécié les prestations offertes par l'écran AMOLED multipoint capacitif. Ce dernier offre un rendu des couleurs excellent et son temps de réponse est immédiat. De plus, cette interface de saisie est complétée par une toute nouvelle souris optique qui remplace le mini trackball mécanique équipant les anciens mobiles Android. Le principal avantage de ce pointeur réside dans l'absence de parties mécaniques évitant de fait les problèmes d'encrassement.

Autre point positif par rapport au Legend : cette fois, un flash épaule l'appareil photo numérique dans les environnements sombres. Impossible enfin de faire le tour des attributs physiques sans parler de la superbe robe en aluminium de type unibody. Cette conception confère une esthétique agréable et accroit la solidité de l'ensemble.

00C8000003113776-photo-legend-2.jpg
La partie logicielle subit également une cure de jouvence puisque cette fois, la couche Sense intègre un système de bascule rapide d'écran d'accueil utilisant les capacités multipoints du mobile. De plus, à l'heure où les réseaux sociaux ont le vent en poupe, HTC a ajouté quelques nouvelles fonctionnalités FaceBook ou Twitter qui s'intègrent parfaitement dans l'ensemble existant. Concernant le Web cette fois, même si le navigateur ne profite pas d'un écran aussi généreux et d'une puce aussi puissante que le Nexus One, la navigation reste confortable. Il ne faudra simplement pas compter sur le support du flash qui reste au moins aussi anecdotique qu'à l'époque de la sortie du Hero.

Au rang des petites déceptions, on regrettera peut-être les performances moyennes de la partie GPS, même si cela n'empêche pas de profiter du programme d'assistance à la navigation de son choix. Au final, même si tout n'est pas forcément parfait, l'expérience utilisateur quotidienne est à la hauteur des espérances. Avec le Legend, HTC propose un excellent Smartphone doté d'atouts qui ne manqueront pas de convaincre les amateurs du système nomade de Google.

Remarque : Sur le modèle SFR (firmware 1.23.163.1) avons pu constater que parfois, à l'issue d'un hard reset, le compte principal Google n'était pas effacé. D'autre part, lors de la suppression manuelle du compte Google, un message d'erreur renvoie vers un menu qui n'existe pas dans l'interface du téléphone. En cas de revente du Smartphone sur le marché d'occasion, assurez-vous que les informations relatives à votre compte ont bien été supprimées.

HTC Legend

6

Les plus

  • Corps alu unibody robuste
  • Souris optique / APN avec flash
  • Écran AMOLED capacitif multipoint
  • Améliorations d'HTC Sense / Tuner FM

Les moins

  • Performances GPS moyennes
  • Pas de touche pour l'appareil photo
  • Arête supérieure un peu désagréable à l'oreille

0

Fonctionnalités8

Ergonomie7

Autonomie6

Puissance6


Modifié le 19/05/2021 à 13h22
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Mobilefriends : fondez votre communauté par SMS
Nul en orthographe ? Google épelle vos recherches
Asus Turbo Unlocker : un équivalent du Turbo Core avant l'heure
Winscape, une fausse fenêtre sur le (vrai ?) monde
La justice américaine se penche sur la communication des e-mails
Meebo lance un standard pour contrer Facebook Connect
Crucial P300 : de la mémoire SLC pour le SSD de tous les records
L'Hadopi lance ses serveurs-pièges anti-téléchargement
Office 2010 passe en RTM et sera en vente le 15 juin
Orange invite au recyclage de mobiles
Haut de page