Les téléphones mobiles, 500 fois plus sales qu'une cuvette de toilettes

00C8000003312928-photo-violight-uv-cell-phone-sanitizer.jpg
Voici une information qui risque de calmer l'appétit de certains : selon une étude menée par les chercheurs en microbiologie de l'université de Manchester, les téléphones portables seraient de véritables armes bactériologiques qui tiennent dans la poche.

« Parmi ces ennemis intimes qui s'invitent au creux de vos oreilles ou au bord de vos lèvres, on retrouve un vivier de bébêtes microscopiques, allant d'Escherichia coli aux salmonelles, en passant par les streptocoques ou staphylocoques dorés » explique l'étude. Un téléphone mobile pourrait ainsi contenir 500 fois plus de microbes qu'une cuvette de WC.

Interrogés par Le Parisien, les scientifiques expliquent que cette prolifération de bactéries vient de « mains pas toujours propres » qui manipulent l'objet, ainsi que de conditions favorables pour l'évolution des microbes dans la chaleur d'une poche ou d'un sac.

L'étude relativise cependant quant au danger que représente ce degré de saleté au quotidien, mais s'inquiète néanmoins quant à l'impact de cette invasion de microbes dans le milieu hospitalier : « Certains chercheurs soupçonnent le portable d'être un vecteur potentiel d'infections nosocomiales » commente Le Parisien, se basant sur une autre étude récente menée en Israël.

Le décontamineur de téléphone portable à UV paraît tout de suite moins gadget !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

6,88 milliards de CA pour l'e-commerce français au 2e trimestre
Motorola revend ses technologies sans fil à Nokia Siemens
RapidShare continue sa croisade contre les sites qui
Box.net ajoute des fonctions de collaboration à Sugar 6
Mais où est passé le soldat Hadopi ?
Bulldozer : la prochaine architecture d'AMD est en bonne voie
Concept : le Nokia Kinetic avec un électro-aimant
Geek retro : le minitel cartonne encore
Foursquare serait convoité par Google, Yahoo! et Microsoft
Intel souhaiterait investir dans Foxlink pour diversifier ses approvisionnements
Haut de page