🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% ! 🔴 Soldes dernière démarque : jusqu'à - 80% sur le high-tech

2023, l'année de la guerre froide pour les semi-conducteurs ?

08 janvier 2023 à 17h00
5
semi-conducteur © © Blue Andy / Shutterstock
© Blue Andy / Shutterstock

L'année 2023 s'annonce pleine de nouveaux défis internationaux, parmi lesquels les semi-conducteurs. Ces puces devenues si vitales pourraient bien provoquer des frictions entre les grandes puissances.

La crise de la COVID a été pour de nombreux pays le révélateur de liens de dépendance incompatibles avec une souveraineté forte. L'un des produits qui a le mieux illustré ces manquements a été le semi-conducteur, en pénurie pendant plus de deux ans. Même si l'offre est meilleure en cette fin d'année, notamment du fait du ralentissement de l'économie mondiale, ces puces pourraient être en 2023 à l'origine de tensions géopolitiques.

Le CHIPS Act, un nouveau « America is back » ?

Il faut dire que les investissements à venir sont colossaux, à l'image du fameux CHIPS and Science Act américain. Avec la signature le 9 août dernier de cette loi, les États-Unis entendent redevenir le premier producteur de semi-composants au monde et inverser une tendance vieille de plusieurs décennies. En 1990, ils assuraient 37 % de la production mondiale de semi-conducteurs, contre 13 % actuellement. Un chiffre beaucoup trop bas au goût de Washington.

C'est ainsi une loi aux proportions démesurées, et bénéficiant d'un soutien bipartisan, qui a vu le jour cet été. Elle va disposer d'une enveloppe totale de 280 milliards de dollars destinée à soutenir le développement de technologies de pointe comme l'intelligence artificielle, les nanotechnologies ou l'informatique quantique. Mais dans ce trésor, ce sont bien les semi-conducteurs qui se taillent la part du lion, avec une part exclusive de 52,7 milliards de dollars, divisée entre des subventions à la production sur les 5 ans à venir (39 milliards), et le financement de la R&D et de la formation (11 milliards).

Joe Biden © BiksuTong / Shutterstock.com
Joe Biden, président des États-Unis © BiksuTong / Shutterstock

Les résultats sont déjà là. Selon la Semiconductor Industry Association (SIA), le CHIPS Act aurait ainsi été à l'origine de plus de 40 projets d'investissement aux États-Unis qui représenteraient plus de 200 milliards de dollars. De quoi se mettre dans une position plus confortable face à la Chine.

La Chine va devoir faire avec les restrictions

Si, lors de la signature de la loi, Joe Biden avait cité pêle-mêle « la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l'Union européenne qui font tous des investissements historiques de milliards de dollars pour attirer les entreprises dans leurs pays pour produire ces puces », c'est bien l'Empire du Milieu qui est visé.

En effet, le financement géant du CHIPS Act a été suivi au mois d'octobre par la mise en place de nouveaux règlements beaucoup plus stricts sur l'exportation des technologies américaines. La vente à la Chine de semi-conducteurs utilisés dans les secteurs de pointe comme l'IA ou les superordinateurs est dorénavant interdite, tout comme celle des équipements employés dans leur production. Des restrictions supplémentaires sont par ailleurs posées sur les échanges dans le secteur, et fait nouveau, les citoyens et résidents permanents américains se voient interdits de participer à la fabrication en Chine des semi-conducteurs frappés par cette nouvelle norme.

Composants Chine

Cette dureté s'impose au-delà des frontières américaines. Ainsi, l'entreprise hollandaise ASML, qui occupe 60 % du marché mondial des machines de fabrication de puces, a dû, à la suite de ces restrictions, demander en urgence à ses employés d'arrêter de traiter avec les clients chinois. De plus, en décembre, Bloomberg annonçait que Washington et Amsterdam étaient arrivés à un accord sur des limitations éventuelles d'exportation dans le domaine.

La Chine et Taïwan, l'épicentre des inquiétudes

Pour les autorités américaines, ces décisions devraient permettre de ralentir le développement militaire d'une Chine présentée comme belliqueuse, mais aussi de réduire son pouvoir de nuisance sur les États-Unis et ses alliés. Et de gagner la bataille économique, chose que n'a pas cachée Joe Biden : « Tout ceci est dans l'intérêt de notre économie, et c'est aussi dans l'intérêt de notre sécurité nationale. »

De son côté, la Chine a rapidement contre-attaqué. Elle a déposé à la mi-décembre une procédure à l'OMC pour pratiques protectionnistes. Pour elle, Washington fait « obstacle au commerce international normal de marchandises, notamment de puces, et […] menace la stabilité de la chaîne d'approvisionnement industrielle mondiale ». D'après l'agence de presse Reuters, elle va par ailleurs engager un plan de financement quinquennal de 143 milliards de dollars pour soutenir ses entreprises de microprocesseurs.

TSMC logo
© TSMC

Mais si l'objectif est d'affamer une Chine trop affirmée, dont les ambitions se matérialisent par la question taïwanaise, le risque n'est-il pas paradoxalement de faire à terme de l'île un territoire d'importance vitale pour l'Empire du Milieu ? Et ce, alors qu'elle est surtout pour le moment une question politique et symbolique pour Pékin. Taïwan abrite en effet TSMC, le géant incontesté des semi-conducteurs, qui fabrique 50 % des puces de taille inférieure à 10 nm et 92 % des puces de dernière génération gravées avec la technologie des ultraviolets extrêmes (EUV).

Et l'Europe dans tout ça ?

Les problèmes de TSMC sont ceux du monde, et plus singulièrement ceux de l'Union européenne, parent pauvre des pays avancés dans le domaine des puces électroniques. Même sur le Vieux Continent, les ambitions ont été revues à la hausse. La toute première usine européenne de TSMC pourrait ainsi voir le jour en Allemagne, alors qu'un CHIPS Act local a été adopté, avec 43 milliards d'euros à la clé.

De quoi soutenir l'installation d'Intel, en Allemagne une fois encore, et tenter de faire de l'Europe le producteur de 20 % des semi-conducteurs mondiaux d'ici à 2030, contre 10 % actuellement. Pourtant, de l'aveu même de la Commission européenne, nos pays ne seront jamais indépendants pour la fourniture des puces.

Union européenne
© Ivan Marc / Shutterstock

Il faudra alors pour l'Union européenne naviguer entre ses alliances politiques et militaires avec les États-Unis, et les nécessités économiques qui la lient à la Chine. Un exercice difficile, comme l'ont encore montré les récriminations de Peter Wennink. Dans une interview publiée le 13 décembre dans le journal NRC Handelsblad, le patron d'ASML avançait que les sanctions des États-Unis touchaient beaucoup plus son entreprise que les producteurs américains eux-mêmes. « Les fabricants de puces américains n'ont aucun problème avec la Chine en tant que client », affirme-t-il. Il ajoute qu'ASML « avait déjà fait des sacrifices ». De quoi poser l'ambiance pour 2023.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
6
MHC
Rien dans l’article concernant le brevet récent de Huawei concernant la lithographie EUV ?
sylvio50
et tenter de faire de l’Europe le producteur de 20 % des semi-conducteurs mondiaux d’ici à 2030, contre 10 % actuellement<br /> Hélas, produire n’est pas concevoir (et produire).
Kratof_Muller
Les chinois n’ont plus besoin d asml.<br /> Et puis c est quoi cette manie d imposer aux autres des restrictions…<br /> Des restrictions bien souvent pénalisantes pour nos entreprises et sans compensation ( par exemple se souvenir de peugeot et l iran)<br /> le libre échange ok mais a sens unique, faut vraiment qu ils se calment.
ullbach
Pour le brevet, comme son nom l’indique, c’est un brevet, pas une production.<br /> L’EUV est cependant la technique la plus complexe. Huawei étant dans le top 10 des dépositaires de brevets au monde (ou top5); c’était prévisible. Ils ont déposé par le passé, un brevet sur l’architecture en 3D. Ils ont aussi (la tech chinoise) la possibilité de faire cohabiter des processeurs multiples =« chiplet » (loongson 3D5000), ce qui permet d’augmenter le nombre de transistors sans disposer d’une gravure ultra-fine;<br /> Il semblerait que les chinois maitrisent déjà la gravure à haut volume pour le 12 nm. La question est de savoir si c’est avec ASML ou avec leurs fabriquants locaux comme SMEE.<br /> De façon général, la recherche s’oriente des deux côtés du pacifique vers d’autres méthodes car l’EUV est couteuse et complexe.<br /> Les chinois annoncent des puces photoniques pour 2023. A voir. On entre dans une zone non pas de guerre froide, mais d’intensification de guerre technologique. Les grands groupes de la tech devissent en bourse, du à un manque de la demande mais aussi de cette intensification qui risque de laisser des cadavres. Il n’est pas certain que l’europe ait quelque chose à gagner de cette confrontation
Than
« Pourtant, de l’aveu même de la Commission européenne, nos pays ne seront jamais indépendants pour la fourniture des puces. »<br /> Faut arrêter de dire ce genre de choses, au risque de les transformer en réalité auto-réalisées.<br /> Et d’empêcher toute tentative de faire l’inverse…
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Star Wars: Visions revient bientôt... et pas à n'importe quelle date !
Sous Windows 10 ? Avez-vous vu cette gigantesque invitation à installer Windows 11 (merci Microsoft) ?
Pénalités, bannissement... Voici ce que change TikTok dans sa modération
Netflix et Ubisoft offrent enfin une suite à cet excellent jeu… et elle est déjà dispo sur mobile !
Soldes Amazon : les 10 offres canons de la dernière démarque
Framework : le laptop modulaire se transforme en un projet triple-écran rétrofuturiste qui fait rêver !
Caméras de sécurité Eufy : oui Anker a menti, mais promet de faire mieux
Semi-conducteurs : les restrictions imposées par le Japon et les Pays-Bas pourraient ne pas suffire
Explorateur Windows 11 : encore des nouveautés dans la prochaine mise à jour
Toujours en croissance, Facebook passe un cap historique !
Haut de page