Essai du Zeway swapperOne, le scooter électrique à batteries interchangeables

30 mai 2021 à 12h24
0
Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Zeway propose un scooter électrique original. Disponible à la location, le swapperOne a la particularité d'embarquer une batterie que l'on pourra remplacer plutôt que de la recharger soi-même. Essai dans les rues encombrées de Paris.

L'offre de scooters électriques s'étoffe de plus en plus, avec d'un côté les services de partage tels que Cityscoot, et de l'autre les véhicules proposés à l'achat. Zeway est un nouvel entrant qui a été créé en 2019, et qui se situe entre les deux modèles économiques. Non sans offrir quelques spécificités inédites. Financée par des fonds propres et une levée de fonds, l'entreprise a néanmoins vu son lancement retardé par la pandémie de Covid-19. C'est donc cette année que le service est lancé pour de bon, d'abord à Paris et en proche banlieue

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Zeway, des stations de « recharge » partout dans Paris

D'après les études menées par Zeway, l'autonomie et le temps de recharge sont les deux principaux freins au développement de la mobilité électrique. L'entreprise propose donc un scooter qui tente de contourner ces limitations. En effet, le Zeway swapperOne est équipé d'une batterie interchangeable. Logée sous la selle, il suffit de l'extraire, puis d'aller tout simplement l'échanger chez l'un des partenaires, à savoir les magasins Monoprix, les agences BNP Paribas, ou encore des laveries et autres stations-service Esso.

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Le réseau comporte 40 stations qui sont réparties pour l'essentiel dans Paris intra-muros, avec quelques-unes également présentes en première couronne. Chaque station a été équipée avec une armoire automatisée qui renferme jusqu’à huit batteries. Non sans toujours offrir un espace de libre afin d'insérer la batterie déchargée.

Bien entendu, une application Zeway accompagne le service. Celle-ci recense l'emplacement de ces stations, avec un maillage suffisant pour ne jamais se soucier du niveau de charge de la batterie pendant les déplacements. Mais on y reviendra plus loin lors de notre essai in situ. Sachez également qu'en plus de ce système de batterie interchangeable, il est tout à fait possible de la recharger soi-même.

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Zeway swapperOne, un petit scooter électrique bien équipé

Pour sa part, le Zeway swapperOne est un petit scooter électrique au look néo-rétro. Équivalent à un 50 cm3, il peut accueillir le pilote et un passager. Très léger avec un poids de seulement 74 kg, il dispose aussi d'un plancher plat ce qui rassurera les utilisateurs les moins à l'aise avec un deux-roues motorisé.

Zeway n'a pas lésiné sur l'équipement de son scooter dont le châssis est importé de Chine, tandis que le groupe moto-propulseur est conçu en France et en Europe, avec notamment un moteur Bosch. L'éclairage est à LED à l'avant, avec un phare rond qui n'est pas sans rappeler l'indémodable Vespa de l'italien Piaggio. Les clignotants sont également à LED à l'avant et à l'arrière, et directement intégrés dans la carrosserie. Ce qui évitera de les voir pendouiller en cas de casse.

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Côté freinage, le Zeway swapperOne s'appuie sur deux disques sur les roues de 12 pouces à l'avant et à l'arrière. De plus, si le scooter est dépourvu de l'ABS, il dispose néanmoins d'un répartiteur de freinage pour les débutants. Ces derniers pourront aussi s'appuyer sur la marche arrière lors des manoeuvres. Cependant, nous avons omis de l'utiliser, le Zeway swapperOne étant déjà extrêmement maniable de par sa légèreté.

La batterie occupant l'intégralité du coffre sous la selle, la capacité d'emport du Zeway swapperOne est limitée. Néanmoins, le scooter est livré avec un Top Case Shad SH40 d'une capacité de 40 litres. De quoi ranger son casque et des accessoires. Cerise sur le gâteau, celui-ci est électrique et fonctionne avec la clef mains-libres. De la même façon, le scooter profite d'une jupe Tucano Urbano de grande qualité. Un accessoire qu'on ne s'attendait pas à trouver sur un tel scooter, et qui permet de rester au sec et au chaud. Ceci étant, celle-ci est plutôt étroite ce qui impose de souvent la repositionner sur les jambes.

Enfin, le Zeway swapperOne s'accompagne d'un support pour smartphone qui dispose de sa propre alimentation afin de recharger le terminal durant les trajets. Outre la navigation, l'application permet de désactiver le scooter à distance, et de le géolocaliser lorsque la prochaine mise à jour sera déployée. Bref, le constructeur n'a pas lésiné sur la dotation, et c'est tant mieux.

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Au guidon du Zeway swapperOne

On l'a déjà dit, le Zeway swapperOne est un scooter vraiment très léger. Un avantage certain pour une prise en main vraiment aisée. De plus, c'était également une caractéristique indispensable avec un moteur électrique modeste de 3 kW seulement.

S'il est doté d'un système de démarrage sans clef, le Zeway swapperOne nécessite néanmoins d'appuyer sur le bouton de démarrage avant de s'élancer. Un choix déroutant pour le motard averti, mais qui permet de renforcer la sécurité dixit le constructeur.

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Trois modes de conduite sont disponibles. Avec le mode Éco, le Zeway swapperOne demande 15 secondes pour atteindre sa vitesse maximale qui, 50 cm3 oblige, est bridée à 40 km/h. Le mode Standard fait tomber cette valeur à 10 secondes, tandis qu'il faudra 5 à 6 secondes avec le mode Speed. Dans la pratique, les accélérations n'ont rien de fulgurantes mais cela n'a rien d'étonnant s'agissant d'un scooter de faible cylindrée à vocation strictement urbaine.

Plus gênant, notre modèle d'essai affichait parfois une latence de quelques secondes en remettant les gaz. Non seulement cela surprend le pilote qui peut être déséquilibré pensant repartir, mais aussi les véhicules qui le suivent. Nous en avons discuté avec les équipes de Zeway qui n'ont ont informé n'avoir jamais déploré ce problème. À confirmer donc.

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Très maniable, le scooter est vraiment pratique pour sillonner une ville telle que Paris, où les embouteillages sont légions malgré « l'évaporation » des voitures tant promise. La position de conduite est agréable mais les suspensions sont très fermes. De plus, les grands gabarits risquent d'être à l'étroit d'autant que le guidon est relativement bas.

Nous avons pu alterner entre les différents modes de conduite, mais la différence est finalement peu perceptible, excepté avec le mode Éco très bridé. On préférera les modes Standard ou Speed qui offrent une accélération progressive et rassurante. Enfin, le freinage est efficace, et le Zeway swapperOne dispose d'un système de récupération d'énergie lorsque le niveau de la batterie descend en dessous de 95%.

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Changer la batterie du Zeway swapperOne plutôt que la recharger

À propos de batterie, le Zeway swapperOne affiche une autonomie de 40 km seulement en mode standard. C'est très peu, mais il n'est plus nécessaire de le recharger. En effet, il suffit de remplacer la batterie à l'une des stations qui ont été déployées dans la capitale. L'application indique leur emplacement et permet de programmer automatiquement la navigation dans Google Maps. Une fois arrivé, le « swap » est un jeu d'enfant : on ouvre la selle, puis on saisit la batterie par sa poignée afin de l'ôter du logement. Il n'y a rien à débrancher et le poids de 10 kg est suffisamment contenu pour ne pas poser de problème.

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

La batterie communique automatiquement avec la station via la technologie RFID. En s'approchant, un emplacement s'ouvre automatiquement afin de ranger batterie usagée. Il n'y a aucun sens à respecter, ni limite journalière au nombre de « swaps ». Une fois que le compartiment s'est refermé, un autre s'ouvre dans lequel se trouve la nouvelle batterie. Reste alors à la remettre en place dans le scooter dans se soucier du sens.

L'opération ne demande qu'une minute ou deux, mais gare à la verbalisation si vous êtes garé sur le trottoir dans la capitale. Électrique ou non, le swapperOne reste un deux roues motorisé comme les exècre l'équipe municipale en place.

Bien entendu, il est également possible de recharger directement sur le scooter, ou à destination à l'aide du dock de charge résidentiel qui est proposé en option (150 euros tout de même).

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Un abonnement unique pour le Zeway swapperOne

Le Zeway swapperOne est uniquement proposé à la location contre un abonnement mensuel de 130 euros. Une somme conséquente pour un 50 cm3, mais tout est compris : le scooter avec kilométrage illimité, les accessoires, la batterie, l'accès au réseau de « swap » sans limite quotidienne, ainsi que l'entretien réalisé dans les garages Doc' Biker (y compris les consommables avec un jeu de pneus et de freins sur la durée de l’abonnement). Mais ce n'est pas tout, le scooter électrique est également assorti d'une assurance tous risques. Le cas échéant, le montant de l'abonnement peut éventuellement être revu à la baisse en modifiant le type d'assurance.

L'abonnement requiert un engagement de trois ans, mais le contrat est cessible à tout moment. D'autres offres sont disponibles y compris sur une durée de 12 mois.

Enfin, le Zeway swapperOne est éligible à différentes aides telles que le forfait mobilité durable avec lequel un employeur peut financer la mobilité propre jusqu'à 500 euros par an. De la même façon, les professionnels de la région Ile de France peuvent bénéficier d'une aide jusqu'à 1 500 euros.

Zeway swapperOne
© Thibault Jousse pour Clubic

Faut-il craquer pour le scooter électrique Zeway swapperOne ?

Le Zeway swapperOne est un scooter bien équipé, qui offre des performances similaires à celle d'un scooter thermique de 50 cm3. Pour pallier son autonomie limitée de 40 km, il peut s'appuyer sur un réseau de « stations » dans lesquelles il est possible de remplacer sa batterie en un clin d'oeil. Le système est très efficace et la couverture suffisante pour qui habite Paris intra-muros.

L'abonnement mensuel n'est pas donné à 130 euros par mois, mais il a l'avantage d'être tout compris et sans prise de tête, avec notamment l'assurance tous risques. De plus, les différentes aides disponibles peuvent aider à encore faire baisser ce montant. C'est donc une solution d'électro-mobilité originale pour qui préfère louer un véhicule plutôt que de débourser plusieurs milliers d'euros, ou de s'appuyer sur les scooters en libre-service. Reste maintenant à proposer une version 125 cm3 plus polyvalente, qui pourrait d'ailleurs être lancée prochainement en cas de succès.

Modifié le 31/05/2021 à 10h24
Cet article contient des liens d'affiliation, ce qui signifie qu'une commission peut être reversée à Clubic. Les prix mentionnés sont susceptibles d'évoluer. 
Lire la charte de confiance
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Lectures liées

Selon Toyota, l'hybride et les piles à combustible seront compétitifs face à l'électrique pendant les 30 prochaines années.
Audi va stopper la production de voitures à moteur à combustion d'ici 2033
Porsche crée sa propre entreprise de fabrication de batteries : Cellforce
Trottinettes en libre service : une solution pas si écologique, selon une étude
Tesla détient le cinquième supercalculateur le plus puissant au monde, destiné à former l'IA à la conduite
La nouvelle Audi Q4 Sportback e-tron tout-électrique est disponible en précommande
Le P.-D.G. de Harley-Davidson veut être leader sur l'électrique
Polestar tease son prochain SUV électrique, le Polestar 3
La One, première moto électrique signée LiveWire en lieu et place de Harley-Davidson, aura un moteur de 75 kW
NVIDIA se paie DeepMap, société spécialisée dans la cartographie pour véhicules autonomes
Haut de page