CES 2016 : Breathe Up, l'objet connecté pour mieux respirer

Aurélien Audy
06 janvier 2016 à 11h25
0
La French Tech dispose d'une branche importante spécialisée dans le quantified self et les objets connectés en général. La solution Breathe Up portée par le groupe Tera en est l'illustration parfaite : elle mesure la qualité de l'air et recoupe ses informations en fonction de l'activité de l'utilisateur.

Le groupe TERA se présente comme le « leader français de l'approche globale de la mesure et du suivi de la qualité de l'air ». Plus concrètement, il est constitué d'une cinquantaine de personnes qui travaillent depuis 15 ans dans des domaines scientifiques autour de problématiques environnementales. L'idée de Breathe Up, c'est de mesurer la qualité de l'air ambiant mais surtout de comprendre l'impact de cette qualité, bonne ou mauvaise, sur l'organisme de l'utilisateur concerné, en fonction de son profil (femme, homme, jeune, senior, sportif, sédentaire, etc) et de son contexte (sommeil, déplacement en voiture, à pieds, à vélo, pratique sportive, etc.). Autrement dit, l'application vous dit à quels polluants vous vous exposez, quelles conséquences vous risquez et comment améliorer les choses.

01A4000008298952-photo-breathe-up-capteur-03.jpg
01A4000008298954-photo-mise-en-situation-breathe-up-capteur.jpg

Pour fonctionner, Breathe Up s'appuie sur un écosystème numérique fait d'un capteur personnel à porter sur soi, d'un capteur fixe à mettre dans sa pièce de vie principale et du cloud (pour la remontée et la descente des informations). Les capteurs vont détecter les particules nocives à la santé présentes dans l'air ou encore surveiller le taux de CO2 ambiant, mais aussi mesurer l'activité du porteur. Ces données seront recoupées avec les informations personnelles ou encore la géolocalisation de l'utilisateur.

Pascal Kaluzny, fondateur du Groupe TERA précise qu'on ventile entre 5 et 200 litres l'air par minute, selon notre activité. D'où l'importance de savoir ce qu'on respire. Notamment dans les villes, très peuplées et polluées. Pour aller plus loin, le Groupe TERA veut équiper les collectivités de capteur urbains, afin de disposer de données publiques permettant un quadrillage géographique plus précis pour le recoupement des informations.

000001F408298950-photo-breathe-up-application-1.jpg

On ne sait pas encore quand ni à combien sera commercialisée cette solution mais nous suivrons son évolution de près.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top