Des robots apprennent à tirer

Par Dimitri PAVLENKO
le 27 mai 2017 à 09h42
0
En partenariat avec l'armée américaine, une société privée nourrit un réseau neuronal des données issues de la collecte d'ondes cérébrales de militaires professionnels, afin de lui apprendre à décider ou non d'ouvrir le feu sur une cible...

Surpassant nettement l'homme dans la précision et la rapidité du tir, la machine échoue encore à comprendre comment un soldat prend la décision d'ouvrir le feu. Mais le fossé est en train de se combler.

L'homme entraîneur de la machine



Le sujet ouvre évidemment des questions d'ordre moral que nous vous laisserons apprécier. Faut-il enseigner à une IA pourquoi et comment un tireur d'élite prend la décision d'abattre une cible ? Les chercheurs de la société DCS Corp, en partenariat avec l'Army Research Lab américains, ont en tout cas prouvé qu'il est possible d'apprendre à une machine comment un homme décide de tirer ou non. Ils viennent de présenter leurs travaux à l'occasion d'une conférence annuelle sur les interfaces intelligentes à Chypre, en mars 2017.

01F4000008210664-photo-intelligence-artificielle-artificial-ai-ia-ban.jpg

Le défi est incroyablement complexe : si la machine dépasse manifestement nos capacités dans l'assimilation de données, elle est encore très loin d'égaler le cerveau humain quand il s'agit d'identifier une cible dans le chaos instable et mouvant du monde réel. DCS Corp pense avoir trouvé la solution : entraîner la machine par l'homme.

La machine imite l'homme



Concrètement, l'équipe américaine s'est concentrée sur la collecte de ce que l'on appelle la réponse P300 : il s'agit d'une onde électrique émise par le cerveau en réponse à un stimulus associé à un effet de surprise. Cette réponse du cerveau engage la mémoire, l'évaluation, et donc une prise de décision rapide. Un processus aussi fulgurant que complexe, difficile à enseigner à une IA. Mais celle-ci est en mesure de le singer quand on la nourrit des ondes cérébrales d'un vrai soldat engagé dans l'action, lors d'une simulation par exemple.

Deep learning : quand l'intelligence artificielle tente d'imiter le cerveau humain

DCS Corp imagine ainsi barder de capteurs d'ondes cérébrales une escouade de soldats sur le terrain en intervention réelle, pour multiplier les points de vue et affiner l'apprentissage de son réseau neuronal. L'objectif n'est pas (encore) d'apprendre aux robots à tuer, ce qui serait un défi lancé à l'éthique, mais de leur faire comprendre le processus. Au cas où.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
Tesla dévoile Robotaxi, son service de voitures autonomes en autopartage
Projet Wing : Google obtient l’autorisation de faire voler ses drones de livraison aux US
Accusé à tort par la reconnaissance faciale, un étudiant réclame 1 milliard à Apple
scroll top